Publicité

Réseaux sociaux : le candidat Macron peut-il utiliser les comptes du président Macron pour faire campagne ?

Par
Les comptes d'Emmanuel Macron sont désormais gérés par son équipe de campagne.
Les comptes d'Emmanuel Macron sont désormais gérés par son équipe de campagne.
© Radio France - Victor Vasseur

Depuis que la candidature d'Emmanuel Macron a été officialisée, des messages de campagne sont publiés sur ses comptes officiels sur les réseaux sociaux, très suivis. De quoi agacer ses adversaires politiques et interroger sur les règles d'utilisation des comptes du président désormais candidat.

Sur les réseaux sociaux, les comptes d'Emmanuel Macron ne sont plus seulement ceux du "Président de la République française" mais désormais aussi ceux du "Candidat à l’élection présidentielle pour un second mandat". Un changement opéré après la déclaration officielle de candidature du chef de l'État le 3 mars. Le lendemain, sa "lettre aux Français" était publiée sur ses comptes officiels sur Facebook, Instagram, Twitter ou encore LinkedIn. Lundi, le direct de la réunion publique d'Emmanuel Macron à Poissy était aussi relayé sur Facebook et Twitter. Ce dernier compte est ciglé "Officiel du gouvernement - France".

Et c'est là tout le problème, relève L'Opinion. "Le chef de l’Etat utilise ses comptes officiels sur les réseaux sociaux pour diffuser sa propagande électorale. Se mettant dans l’illégalité", écrit le quotidien libéral.

Publicité

"Je croyais que l’utilisation de moyens publics était illégal en campagne électorale ? Ce compte Twitter « officiel du gouvernement » a été « monté » à 7,5 M de followers et géré depuis mai 2017 par des salariés de l’Élysée", interroge de son coté, sur Twitter Charles Prats, membre de la cellule "Riposte" de la candidate Les Républicains Valérie Pécresse.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La CNCCEP saisie

La Commission nationale de contrôle de la campagne électorale en vue de l’élection présidentielle (CNCCEP) a été saisie à ce sujet le mois dernier. Le 28 février, elle a publié un avis et rappelé "certains principes généraux applicables en matière de propagande électorale et, en particulier, l'interdiction d'utilisation de moyens publics à l'occasion d'une campagne".

"La Commission recommande la création de comptes dédiés à la campagne électorale."

Dans cet avis, "la Commission relève qu'il importe que les comptes des candidats sur les réseaux sociaux ne soient pas utilisés d’une manière conduisant à confondre l’exercice de fonctions officielles avec la propagande se rattachant à la campagne électorale". Elle "recommande donc la création de comptes dédiés à la campagne électorale, dans le cas où le compte personnel du candidat ou de ses soutiens aurait été utilisé de longue date et de façon prépondérante pour y relayer des messages afférents à l'exercice de fonctions publiques". Par ailleurs, "le candidat devra veiller à ce qu’aucun moyen public ne soit mobilisé pour la gestion de ce compte personnel dédié à la campagne électorale"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Des comptes gérés à 100% par l'équipe de campagne

Des nouveaux comptes "Emmanuel Macron avec vous" (@avecvous sur Twitter par exemple) ont bien été créés par les équipes de campagne, dès novembre. C'est sur ces comptes que toute la propagande électorale est publiée : direct des meetings, vidéo des interviews, photos des militants, bilan du quinquennat, etc. Mais ils sont bien moins suivis que ceux d'Emmanuel Macron. Sur Twitter par exemple, le compte @avecvous ne totalise que 16.600 abonnés, contre 7,9 millions pour le compte officiel du président-candidat, sur lequel il est donc bien plus intéressant de poster des messages.

L'équipe de campagne d'Emmanuel Macron a donc opté pour une autre solution : "depuis le 4 mars", les comptes d'Emmanuel Macron sur twitter, Facebook et Instagram sont gérés à 100 % par l'équipe de campagne, avec les moyens de la campagne. Y sont postés "surtout des messages concernant la campagne", précise-t-on. En cas de forte actualité internationale - comme c'est le cas en ce moment - des messages d'ordre diplomatique peuvent être publiés mais sont écrits uniquement par les community manager de l'équipe de campagne, et non plus par l'Élysée. Les salaires de ces community manager, comme ceux de tous les personnels de la campagne, seront inscrits à 100% dans les comptes de campagne, à l'exception de la photographe Soazig de la Moissonnière dont le contrat est "50% campagne et 50% Élysée".

Un éclaircissement prévu avec la Commission

Mais les adversaires politiques reprochent à l'équipe de campagne d'utiliser des comptes qui ont été alimentés ces cinq dernières années par les services de l'Élysée - et donc des moyens publics - au profit désormais d'un candidat à la présidentielle. 

D'où la recommandation de la CNCCEP de créer de nouveaux comptes. Pourquoi alors ne pas uniquement utiliser les comptes "avecvous" ? "Nous avons plusieurs relais sur les réseaux sociaux, à la fois les comptes "avecvous" et les comptes du président, qui souhaite porter lui-même certains messages pour plus de cohérence", répond l'équipe de campagne.

Pour s'assurer d'être dans les clous, elle a fixé une réunion avec la CNCCEP pour connaître "exactement quelles sont les recommandations et comment elles s'appliquent". "Tous les comptes personnels des candidats sont liés aux trajectoires des uns et des autres", souligne-t-on dans l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron, en relevant que Valérie Pécresse et Anne Hidalgo ont elles aussi vu leurs comptes grossir avec leurs fonctions politiques.