Publicité

Rincée par les confinements, Dax se prépare au retour des curistes

Par
Grande piscine thermale des Thermes de Borda, à Dax (Landes)
Grande piscine thermale des Thermes de Borda, à Dax (Landes)
© AFP - Philippe Roy / Aurimages

Après des mois de fermeture et une ultime négociation avec le gouvernement, les instituts thermaux ouvriront à nouveau leurs portes le 19 mai. Un soulagement à Dax, première ville thermale de France.

"Les prochains jours vont être intenses", reconnait-on dans l’un des 16 établissements thermaux de Dax, la première ville thermale de France. Nettoyage, remise en eau des bassins, contrôles sanitaires par dizaines et surtout livraison de la précieuse boue produite sur place, dans une seule et unique usine qui alimente tous les lieux de cure. Tout doit être prêt pour accueillir les premiers curistes qui arriveront après le 19 mai. Et tous ici s’activent.

Une économie locale en panne

Ainsi, dans les couloirs du service des eaux du grand Dax, arrivent des dizaines de glacières contenant des bouteilles d’eau prélevée dans les instituts, qui doivent être obligatoirement analysées et contrôlées avant l’arrivée des premiers patients. Mais aucun stress visible, bien au contraire : on sent même comme de l’excitation au fur et à mesure que se rapproche la date de l’ouverture.

Publicité

Il faut dire que pour les professionnels du secteur, c’est un véritable soulagement, car Dax sans curistes était une ville véritablement en panne économiquement parlant. Ici, les cures génèrent en temps normal un chiffre d’affaires de 172 millions d’euros et font vivre directement ou indirectement plus de 4.500 familles. C’est de loin l’un des principaux employeurs de la localité.

Mais du côté des entreprises qui gèrent les instituts, on demeure prudent. Certains, comme le groupe Arenadour, ont décidé de repousser au 9 juin la date de l’ouverture de la totalité des établissements pour une raison simple : le 19 mai, certes, l’ouverture sera possible, mais contraintes sanitaires obligent, ils ne pourront recevoir que 50% de leur clientèle habituelle. Donc pour que cela reste rentable, ils ont décidé de limiter l’ouverture aux plus gros centres.

50.000 curistes attendus en six mois

Reste à savoir si les clients-curistes seront au rendez-vous. Tous à Dax affirment que oui, sans toutefois donner pour le moment de chiffres précis quant aux réservations. Mais du côté de l’office du tourisme, on se veut optimiste en expliquant notamment que de nombreux habitués de Dax, qui viennent ici soigner leurs rhumatismes, sont en manque, faute d’avoir pu se faire soigner l’année dernière à cause des confinements et de la fermeture des établissements.

Dans la ville, tout le monde veut croire à la relance : les hôteliers, les restaurateurs mais aussi d’autres commerçants comme Clément Cazelle, pâtissier et l’un des héritiers de la boutique familiale, où l’on fabrique la spécialité locale : la madeleine. Lors du premier confinement, son chiffre d’affaires avait chuté de 90 % et ces derniers mois, les ventes de ces petits gâteaux avaient baissé de 50 %. "Aujourd’hui l’ouverture des instituts, c’est une excellente nouvelle, et cela fait du bien car les bonnes nouvelles sont tellement rares", reconnait il dans un sourire.

Si tout va bien, Dax devrait accueillir d’ici fin novembre 50.000 curistes.