Publicité

Rugby et Champions Cup : sur les traces d'Antoine Dupont à Castelnau-Magnoac

Par
Avec son frère Clément, Antoine Dupont rénove le domaine familial de Barthas, à Castelnau-Magnoac
Avec son frère Clément, Antoine Dupont rénove le domaine familial de Barthas, à Castelnau-Magnoac
© Radio France - Fanny Lechevestrier

En Coupe d'Europe de rugby, la 6e finale franco-française de l'histoire opposera le Stade Toulousain au Sade Rochelais, ce samedi, à Twickenham, avec un joueur qui attirera à nouveau tous les regards : le demi de mêlée de Toulouse Antoine Dupont. France Inter vous emmène à Castelnau-Magnoac, sur les traces du champion.

Sur la route de la finale de la Coupe d'Europe de rugby, qui aura lieu ce samedi à Twickenha, entre le Stade Toulousain et le Stade Rochelais, on poursuit notre périple. Direction les Hautes-Pyrénées, et plus particulièrement le village de Castelnau-Magnoac, 830 habitants. Nous sommes sur les traces de l'un des meilleurs joueurs du monde, le demi de mêlée de Toulouse, Antoine Dupont. C'est là qu'il a grandi et qu'il revient dès qu'il peut.

Les Pyrénées en toile de fond du village de Castelnau-Magnoac
Les Pyrénées en toile de fond du village de Castelnau-Magnoac
© Radio France - Fanny Lechevestrier

"Les terres sacrées du rugby, parce que c'est là qu'est né Antoine Dupont"

Ici, dans ce décor de carte postale, avec les Pyrénées enneigés pour horizon, Antoine Dupont, c’est juste "Toto. Pour tout le monde ici , c'est Toto", nous dit-on en passant chez le boucher, dans la rue principale du village. "De le voir aujourd'hui à la télé, de l'avoir vu grandir, c'est juste énorme, on a la chance de le côtoyer. C'est un garçon que tout le monde aime bien, c'est un grand, un grand bonhomme, travailleur, humble et tout. Il a une bonne tête quoi !", raconte Jean-Claude.

Publicité

L’enfant du pays est devenu une des stars du rugby, que tous sont fiers d’avoir vu grandir, reconnaît Bernard Verdier, le maire de Castelnau-Magnoac : "C'est de l'admiration, de la fierté, il a mis ses premiers crampons chez nous, au stade de Magnoac. Pour nous, c'est un formidable ambassadeur. Il ne peut que faire parler en bien de Castelnau-Magnoac et on va essayer, bien entendu, de promouvoir notre territoire au travers de sa réputation, mais en gardant cette retenue qui fait que l'on garde les pieds sur terre. Cela risque d'être les terres sacrées du rugby que l'on vient voir parce que c'est là qu'est né et a grandi Antoine Dupont. C'est vrai, on peut le remercier pour ce sacré coup de main pour faire connaître le Magnoac !"

Le Domaine de Barthas pour redynamiser son village

Mais quand il rentre à la maison, oubliée la star, nous dit sa maman, Marie-Pierre : "Quand il revient, c'est le Antoine que je connais. C'est sûr que quand je lis des articles, que quand on va aux matchs à Toulouse, il est sollicité après, mais voilà, quand il revient ici, ce n'est pas le Antoine Dupont de la télé !" Rencontrer sa famille permet d'ailleurs de mieux comprendre le joueur plein de pudeur, un gamin de 24 ans fier de ses racines à Castelnau-Magnoac.

Pour preuve, ce projet qu’il peaufine avec son frère Clément, qui a lui repris l’élevage familial de porcs noirs de Bigorre : rénover la métairie familiale, le Domaine de Barthas, pour en faire un lieu d'accueil et un hôtel-restaurant. "Cela nous tient à cœur, c'est notre point d'ancrage, la première envie, c'était de se retrouver ici, ensemble et de recréer ce fil historique qui s'était un peu perdu depuis quelques années, avec la fermeture du restaurant de nos grands-parents", nous explique Clément Dupont. "On est actuellement en pleins travaux, on est en plein dans l'organisation car on veut gérer nous-mêmes les lieux, à 90 % en tout cas. C'est un apprentissage quotidien, on mobilise tous les soutiens familiaux, c'est important."

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Quant au rugby, "il est omniprésent dans la famille, on y joue tous", nous dit Clément qui s'est prêté, plus jeune, à bon nombre de séances de plaquages pour le plus grand bonheur de son petit frère. "Il a failli aller au foot car il n'y avait plus de club ici, mais je pense que le retournement de situation a bien fait les choses", ajoute-t-il en riant. "C'est culturel ici, c'est sur plusieurs générations, c'est la vie sociale du village aussi, je voyais qu'il se débrouillait bien mais comme son frère", renchérit Marie-Pierre. "Je ne l'ai pas poussé, au contraire. On est venu le chercher. À 14 ans, je n'ai pas voulu le laisser partir. Lui, depuis tout petit, disait qu'il voulait faire cela, mais bon, comme le dit tout enfant de 5-6 ans !" Clément, lui, rêve qu’un jour, pas tout de suite bien sûr, toute la famille rejoue au rugby comme des gamins, sous le même maillot, celui de Castelnau-Magnoac.

La famille Dupont qui, génération après génération, a contribué à la renommée de Castelnau-Magnoac. Ici, le restaurant-hôtel des grands-parents d'Antoine
La famille Dupont qui, génération après génération, a contribué à la renommée de Castelnau-Magnoac. Ici, le restaurant-hôtel des grands-parents d'Antoine
© Radio France - Fanny Lechevestrier