Publicité

Salaire des enseignants : la France toujours mauvaise élève, d’après le dernier rapport de l’OCDE

Par
Les enseignants en milieu de carrière sont moins bien payés que dans le reste de l'OCDE
Les enseignants en milieu de carrière sont moins bien payés que dans le reste de l'OCDE
© AFP - OLIVIER CHASSIGNOLE

Le salaire moyen d'un enseignant français après 15 ans de carrière est inférieur de 19% à la moyenne de l'OCDE, d’après un rapport publié ce lundi, alors que démarre la concertation sur les revalorisations salariales.

La France est à la traine en matière de rémunération de ses enseignants. Si le constat n'est pas nouveau, le dernier rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) devrait néanmoins alimenter les échanges, alors que les concertations sur les revalorisations salariales des professeurs ont démarré ce lundi. Car ceux-ci sont moins bien payés en France que dans la plupart des pays développés, indique ce lundi l’OCDE, dans son étude annuelle "Regards sur l'éducation", qui place la France au 17e rang sur 38.

L’écart est particulièrement grand dans l’élémentaire. Le salaire annuel d’un professeur des écoles débutant français est inférieur de 10% à la moyenne de l'OCDE et de 19% après 15 ans de carrière. Il gagne alors de 34 000 euros bruts par an, contre 42 000 euros pour la moyenne de l’OCDE. Au collège, c’est 16% de moins par rapport à la moyenne de l’OCDE, avec 35 490 euros annuels. Et ce, malgré une augmentation de 4% de salaire entre 2015 et 2021, note le rapport.

Publicité

L’écart se confirme donc, puisqu’en 2019/2020, le salaire des enseignants de l’élémentaire et du secondaire après dix ou quinze ans d’ancienneté était au moins 15 % inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE.

L'écart est le plus important au milieu de carrière

Les salaires restent inférieurs à la moyenne à chaque étape de la carrière, à tous les niveaux d'enseignement sauf en maternelle, ajoute le rapport, précisant que l'écart est plus important avec 10 et 15 ans d'expérience qu'en début ou fin de carrière. Pourtant, à l'exception de la maternelle, les enseignants en France donnent davantage d’heures de cours, indique encore l'OCDE.

Ce rapport est publié alors que des concertations autour des rémunérations des enseignants s'engagent à partir de ce lundi avec les partenaires sociaux. Le gouvernement s'est engagé à ce qu'aucun enseignant ne gagne moins de 2.000 euros net par mois à la rentrée 2023. Cette revalorisation "est un début, ça rapprochera la France de la moyenne des pays de l’OCDE , (…) mais ça ne réglera pas l’ensemble du problème" , d’après Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE. D’après lui, il faut aussi "rendre le métier plus stimulant intellectuellement et offrir davantage de possibilité d’évolution de carrière".

Le diplôme, un sésame indispensable pour l'emploi

L'OCDE s'est aussi intéressée aux études supérieures. Par rapport aux 38 autres pays, la France a un bon taux de diplômés du supérieur. Il a augmenté de 19 points en 20 ans, passant de 31 % en 2000 à 50 % en 2021. La France se situe parmi les 14 pays de l'OCDE où plus de la moitié des 25-34 ans font des études dans le supérieur. La Corée et la Canada sont les grands champions.

Le rapport montre aussi une corrélation entre taux d’emploi et niveau d’éducation, en France comme dans les autres pays de l’OCDE. La moitié des personnes qui n’ont aucun diplôme sont sans emploi. L’inégalité entre hommes et femmes se fait particulièrement ressentir dans cette tranche de la population. Seulement 39% des jeunes femmes qui ont arrêté les études avant la fin du lycée sont employées, alors qu’ils sont 62% chez les hommes.