Capture écran de la vidéo : "Sébastien Goethals : Comment dessiner La Patrie des frères Werner" ?
Capture écran de la vidéo : "Sébastien Goethals : Comment dessiner La Patrie des frères Werner" ?

Sébastien Goethals : Comment dessiner "La Patrie des frères Werner" ?

Publicité

Sébastien Goethals : Comment dessiner "La Patrie des frères Werner" ?

Par

Après "Le Voyage de Marcel Grob", le dessinateur publie avec Philippe Collin "La Patrie des frères Werner": l’histoire de deux frères que la vie et l’histoire politique allemande vont séparer. Une aventure sur fond de championnats de football, d’espionnage et de guerre froide. Il explique ici à Anne Douhaire comment il s'y est pris pour dessiner ses héros. 

Sébastien Goethals : " J'avais envie d'un dessin plus souple. Lorsqu'on fait du dessin réaliste, souvent des petits tics apparaissent. Mon dessin commençait à se rigidifier. 

Je commence souvent par dessiner les yeux, comme énormément de dessinateurs. 

Publicité

Les yeux sont un peu la note d'intention du dessin. Généralement, quand elle est bonne, le scénario est bon. Cela veut dire que le sujet est bon, que le traitement va être bon, etc. C'est la première pierre. Ensuite, dans la première étape de mon dessin, je laisse venir un peu de flou. Je n'essaye pas de tout finir. C'est un réalisme que je cherche.

Konrad, l'aîné, on l'a voulu avec des traits un peu plus émaciés. Après les yeux généralement, je fais une petite silhouette, je ne s'embarrasse pas trop. La silhouette, c'est un peu le contour du personnage.

J'attache beaucoup d'importance au cadrage. 

Andréas est le plus jeune frère. Son visage est  un peu plus poupon, un peu plus rond.  J'aime bien faire des frères avec des regards qui ne se répondent pas comme s'ils se cherchaient en permanence."

J'ai longtemps essayé de chercher un dessin original et complexe, mais je n'avais pas trop de personnalité. 

En fait, ce qui est assez étrange, c'est que depuis que je fais du scénario, depuis Le temps des sauvages, érangement mon dessin s'est libéré. Il a pu prendre de la personnalité. C'est en ne cherchant plus qu'on trouve. 

Ces deux frères sont tout en opposition. Konrad a un regard très masculin avec des gros sourcils. Il est très décidé. C'est l'aîné. Il n' a pas de problème avec son idéologie, il n'est pas flou. Très déterminé, il est acquis à la cause. Il a un nez pointu tandis que son frère a un nez plus rond...."