Publicité

Sept hommes, zéro femme : la Une du magazine "Le film français" crée l’émoi

Par
La une du magazine publié vendredi 30 septembre.
La une du magazine publié vendredi 30 septembre.
- Le film français

Le dernier numéro de l’hebdomadaire "Le film français" affiche en première page sept figures du cinéma français. Guillaume Canet, Pierre Niney, François Civil… Que des hommes et pas une seule femme. Le magazine s'excuse.

"Objectif : Reconquête !" titre l’hebdomadaire "Le film français" en Une dans son dernier numéro. Sept hommes prennent la pose. Jérôme Seydoux, le président de Pathé, est entouré des comédiens Pio Marmaï, Vincent Cassel, François Civil, Pierre Niney et Dany Boon. Cette couverture "revient sur la Journée des Éditeurs de Films organisée jeudi dernier à Deauville", peut-on lire sur Twitter. Mais cette Une du magazine spécialisé interpelle. Il n’y a pas une seule femme sur la photo. Un choix "malheureux et regrettable" écrit l'hebdomadaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Les mecs on ne vous dérange pas ?"

Cette couverture du "premier hebdomadaire des professionnels de l’audiovisuel", comme il se qualifie, génére de vives réactions. "Si on vous gêne, n’hésitez pas à le dire", rétorque laconiquement l’écrivaine et réalisatrice Audrey Diwan. L’an passé, elle a remporté le Lion d’or du meilleur film à la Mostra de Venise pour son film l’Evènement.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Pas de femmes, pas de diversité. La grande classe", s’exclame l’actrice Alexandra Lamy. "Heureusement que vous avez pensé aux femmes qui font, elles aussi, le cinéma français", note avec ironie la romancière Tristane Banon.

La Une a aussi fait réagire du coté des politiques. "Ça va les mecs on ne vous dérange pas ?", lâche l’eurodéputée écologiste Karima Delli. La députée Renaissance des Hauts-de-Seine, Céline Calvez, ajoute : "Dans les médias comme dans le cinéma, surtout quand il y a tant de défis à relever, les femmes devraient avoir toute leur place."

Xavier Alberti, membre du Haut Conseil à l’Egalité et fondateur de l’association #JamaisSansElles, regrette ce choix éditorial : "Quel dommage qu'il n'y ait ni productrice, ni réalisatrice, ni même d'actrice dans le cinéma français... ça pourrait aider pour la reconquête, non ?"

Les excuses du film français

Dans un communiqué publié vendredi en début d'après-midi, l'hebdomadaire regrette un choix "malheureux et regrettable". "Il est le fait de la rédaction, et non des personnalités présentes sur l’image, et ne reflète en rien les convictions de l’équipe, ni la ligne éditoriale du Film français." Sept hommes sur la couverture était "involontaire" écrit le magazine sur son site internet. "Nous avons involontairement, en souhaitant mettre en avant certains des films porteurs de 2023 présentés lors de la journée des éditeurs de films de la FNEF, véhiculé une image non représentative du cinéma français, des artistes et de Pathé. Nous le regrettons et cela prouve combien la vigilance doit être de mise à chaque instant pour que l’emporte le combat de la parité."

Ce n’est pas la première fois que le manque de diversité est critiqué dans le cinéma français. En 2020, l’Académie des César a décidé de mettre en place une "parité intégrale" au sein de ses instances de décision, après des critiques sur son "élitisme" et son manque de transparence.

Dans une enquête publiée fin 2021, le collectif 50/50 a analysé 115 films français sortis en salles en 2019, et dévoilé la faible représentation des femmes et des personnages non-blancs. "Les femmes cisgenres – qui représentent pourtant plus de la moitié de la population française – constituent seulement 38% des personnages principaux des films étudiés",  note le site l'Eclaireur FNAC, là où les femmes de 20-34 ans représentent 51% des rôles principaux, le chiffre chute soudainement à 12% pour les 50-64 ans."