Simon Spruyt : "Comment dessiner Le Tambour de la Moskova ?", la leçon de dessin confinée

Publicité

Simon Spruyt : "Comment dessiner Le Tambour de la Moskova ?" La leçon de dessin confinée

Par

Le dessinateur belge Simon Spruyt ("Bouavert, élégie pour un âne", "Junker"...) s'inspire de "Guerre et paix" dans un album superbe. Une histoire audacieuse, finement tricotée et pleine de souffle sur la campagne de Russie. Il explique ici comment il s'y est pris pour la dessiner. 

"Bonjour, je suis Simon Spruyt, l'auteur du "Tambour de la Moskova" et voilà comment j'ai dessiné Vincent Bosse, le personnage principal.

J'ai déjà préparé des crayonnés. J'ai mis un masque liquide sur le visage et les mains de Vincent Bosse. Je l'enlèverai ensuite quand j'aurai fini le dessin. Comme ça, son visage et ses mains seront les seules choses blanches.

Publicité

Vincent a l'apparence angélique, c'est un symbole de l'innocence. Mais c'est au lecteur de juger s'il est vraiment innocent ou pas. 

Cette première couche est faite pour unifier toutes les couleurs que je veux mettre ensuite. 

Je commence d'abord avec les ombres. Vincent Bosse, je l'ai tiré de "Guerre et Paix" de Tolstoï, chez qui il est surtout un personnage très romantique et très cliché.

C'est l'image de l'innocence. Tolstoï l'utilise surtout pour accentuer la jeunesse et l'innocence de du plus jeune des Rostov. L'innocence dans un conflit tel que la campagne de Russie me fascine et je voulais explorer ce thème avec ce personnage, Vincent, qui a l'apparence tout à fait innocente, mais qui peut-être ne l'est pas. 

J'utilise surtout deux couleurs : le bleu indigo, c'était le bleu des uniformes français. Puis quelques touches de terre brûlée aussi, pour un peu dynamiser la couleur."