Sœur Raffaella Petrini devient la première femme secrétaire générale du gouvernorat du Vatican

Publicité

Sœur Raffaella Petrini devient la première femme secrétaire générale du gouvernorat du Vatican

Par
Raffaella Petrini est devenue l'une des personnes les plus puissantes du Vatican
Raffaella Petrini est devenue l'une des personnes les plus puissantes du Vatican
- Istituto Camillianum

C'est une première dans l'Eglise : le pape François a choisi hier cette religieuse, économiste et sociologue, pour occuper le poste de secrétaire générale de la Cité du Vatican, l'un des plus stratégiques.

Le pape François poursuit son engagement de féminiser un peu plus l'institution. Il a nommé ce jeudi la Soeur Raffaella Petrini au poste de secrétaire générale du gouvernorat de la Cité du Vatican. C'est la première fois qu'une femme occupe ce poste, habituellement pris par une évêque. Le souverain pontif ne l'a pas choisie par hasard.

A 52 ans, Sœur Raffaella est une figure importante de l'Eglise, bien connue à Rome d'où elle est native. Religieuse franciscaine, titulaire d'un doctorat en sciences sociales, spécialiste en science du comportement organisationnel, elle enseigne la sociologie et l’économie à l’université pontificale Saint-Thomas-d’Aquin, à Rome.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Un poste clé

Secrétaire général du gouvernorat de la Cité du Vatican est un poste particulièrement stratégique au cœur du pouvoir exécutif. Avec le président, Mgr Fernando Vérgez Alzaga (qui occupait le nouveau poste de la religieuse juste avant elle), elle devient en charge des opérations administratives. Une tâche clé, puisqu'il s'agit de gérer la poste, la police, mais aussi les musées qui constituent l'une des premières sources de revenus de l'Etat.

Il n'y a pas de femme plus haut placé à ce jour au Vatican. Sa nomination intervient après celle de Sœur Nathalie Becquart, propulsée en février numéro deux du synode des évêques, non sans critiques voyant cela comme un geste de communication du pape François. Mais cet été, il a nommé une autre économiste italienne, Sœur Alessandra Smerilli, secrétaire d'un dicastère (l'équivalent d'un ministère dans la curie romaine).