"Solidarité à la source", retraite à 65 ans, RSA : voici les propositions phares du candidat Macron

Publicité

"Solidarité à la source", retraite à 65 ans, RSA : voici les propositions phares du candidat Macron

Par
 Emmanuel Macron a présenté son projet pour un second mandat jeudi après-midi
Emmanuel Macron a présenté son projet pour un second mandat jeudi après-midi
© AFP - Ludovic Marin

Le président-candidat a dévoilé les mesures phares de son programme pour un second mandat à la tête du pays jeudi après-midi. Emmanuel Macron propose notamment de mettre en place une "solidarité à la source" et confirme son ambition de porter l'âge de départ à la retraite à 65 ans.

Son programme pour son éventuel second mandat était très attendu et même réclamé, à moins d'un mois du premier tour de l'élection présidentielle. Emmanuel Macron a dévoilé, au cours d'une conférence fleuve de quatre heures, les principales lignes de son projet.

Face à des projets politiques qui proposent "le repli", estime-t-il, Emmanuel Macron défend une "position lucide" et une "volonté d'engagement". Face aux crises, à la guerre et aux grands défis écologiques, démocratiques et technologiques, le candidat présente un plan en trois axes : une nation plus indépendante et plus forte, une société unie et un pacte républicain. Le candidat évalue le coût de son programme pour la présidentielle à 50 milliards d'euros par an jusqu'à 2027, avec des baisses d'impôts de 15 milliards par an bénéficiant pour moitié aux ménages et pour moitié aux entreprises.

Publicité

Les réactions n'ont pas tardé, à commencer par celle du camp Pécresse. Emmanuel Macron a "repris un certain nombre de propositions concrètes de Valérie Pécresse", affirme son porte-parole Othman Nasrou, dénonçant "un candidat de la contrefaçon". La candidate LR lui reproche aussi de rester "dans le déni sur l’autorité, le pouvoir d’achat et la dette".

Porter l'âge de départ à la retraite à 65 ans

Il faudra "travailler plus longtemps", estime Emmanuel Macron, qui a donc confirmé qu'il entendait porter l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans. Cela se fera "progressivement" et en prenant en compte "les carrières longues, les questions d'invalidité, la réalité des métiers et des tâches pour avoir un système qui est juste". Ce travail reposera "sur le dialogue social par branches et dans les entreprises pour faire évoluer les dernières parties de carrières". Emmanuel Macron veut aussi simplifier les mécanismes de départ progressif vers la retraite.

Verser les aides sociales de manière automatique

Emmanuel Macron souhaite mettre en place la "solidarité à la source", c'est-à-dire verser les aides sociales de manière automatique. Cela concernera "20 millions de personnes" qui touchent le RSA, les APL, la prime d'activité ou des allocations familiales. L'objectif sera de "simplifier" ces aides afin que tous les Français qui y ont droit puissent les percevoir, mais aussi pour lutter contre la fraude.

Réformer le RSA pour imposer "15 à 20 heures d'activité" hebdomadaire

Le président-candidat souhaite mener une grande réforme du RSA via un "meilleur équilibre des droits et devoirs" puisque les bénéficiaires auront pour "obligation de consacrer 15 à 20 heures par semaine" à une activité facilitant l'insertion professionnelle. L'objectif est d'arriver au plein emploi en cinq.

Une "convention citoyenne" sur la fin de vie

Afin de trancher le débat sur la fin de vie, Emmanuel Macron envisage de faire une "convention citoyenne" sur le sujet. "Je souhaite que nous puissions avancer de manière apaisée, c'est pourquoi je pense que c'est un bon sujet pour une Convention citoyenne", a fait valoir le président sortant, en ajoutant que "sur la base des conclusions" d'une telle Convention, il soumettrait "à la représentation nationale ou au peuple le choix d'aller au bout du chemin qui sera préconisé".

L'égalité femmes-hommes, de nouveau grande cause du quinquennat

Emmanuel Macron souhaite également que les Français vivent "mieux" dans leur pays et traiter les inégalités "par la racine". Pour ce faire, il souhaite de nouveau faire de l'égalité femmes hommes la grande cause de son prochain quinquennat, comme il l'avait déjà annoncé. La mobilisation sera axée sur "l'égalité salariale", "l'accompagnement des familles monoparentales" et la "santé féminine".

Porter le budget de la Défense à 50 milliards d'euros en 2025

La guerre en Ukraine a renforcé le président dans sa volonté d'investir "dans le plan européen de défense". "Nous devons continuer à gagner en flexibilité et adaptabilité pour nos armées, face à de nouveaux types de conflits". L'enjeu est donc de porter le budget de la Défense à 50 milliards d'euros en 2025 (contre 39,2 milliards dans la loi de finances 2021), conformément à la loi de programmation militaire, et d'investir dans la technologie de pointe. Il est aussi question de "remobiliser les différents leviers de l'engagement", via la généralisation du service national universel, du service civique, le doublement du nombre de réservistes et le renforcement des stocks stratégiques de la nation.

Faire de la France la "première grande nation à sortir de la dépendance" énergétique

Emmanuel Macron veut aussi aboutir à une indépendance énergétique. "Nous pouvons être la première grande nation à sortir de la dépendance au gaz, au pétrole et au charbon", estime-t-il. Dans ce but, il souhaite engager la construction de six réacteurs nucléaires et mettre à l'étude la construction de huit autres. Il propose également la création de 50 parcs éoliens en mer et de multiplier par dix la puissance solaire. Le président-candidat souhaite aussi réformer les prix de l'électricité au niveau européen et reprendre le contrôle capitalistique de plusieurs acteurs industriels.

L'objectif est aussi de baisser la consommation d'électricité. Pour cela, Emmanuel Macron a pour ambition de "rénover au moins 700.000 logements par an", de développer des mécanismes de "leasing" pour favoriser l'achat de véhicules électriques par les ménages les plus modestes et développer des filières 100% françaises sur l'éolien, le solaire, les batteries électriques.

Les autres mesures phares proposées par Emmanuel Macron

  • Transformer Pôle emploi en "France travail" pour en faire un lieu où "l'on accompagne toutes celles et ceux qui ont vocation à retourner à l'emploi".
  • Augmenter la pension minimale pour les carrières complètes à 1100 euros.
  • Recruter 50.000 infirmiers et aides-soignants et renforcer les contrôles dans les Ephad.
  • Investir 30 milliards d'euros dans les secteurs industriels d'avenir (bio médicament, réacteurs nucléaire de 3e et 4e génération, cloud, quantique, intelligence artificielle, etc.).
  • Augmentation des rémunérations des enseignants, liée à "la définition de nouvelles missions".
  • Pour lutter contre les déserts médicaux : mettre en place un système de personnels de santé référents sur les territoires (pharmaciens ou infirmier), chargés de réaliser les actes simples, comme délivrer des ordonnances et imposer la 4e année d'internat de médecine dans les zones rurales.
  • Créer 200 brigades de gendarmerie sur le quinquennat.
  • Tripler l'amende anti-harcèlement, étendre les amendes forfaitaires, possibilité de porter plainte en ligne, recruter 1.500 "cyberpatrouilleurs".
  • Recruter 8.500 magistrats et auxiliaires de justice.
  • Réduire les délivrances des visas pour les États qui ne coopèrent pas avec une politique de retour.