Publicité

Soupçons de conflit d'intérêts : l'Académie Goncourt retire un livre en compétition et change ses règles

Par
Lors de la remise du prix Goncourt 2018 au restaurant Drouant à Paris. Didier Decoin, le président de l’Académie Goncourt annonce le résultat.
Lors de la remise du prix Goncourt 2018 au restaurant Drouant à Paris. Didier Decoin, le président de l’Académie Goncourt annonce le résultat.
© Maxppp - Patrice Saucourt

Après les révélations de France Inter, l'Académie Goncourt a décidé ce mardi de rendre inéligibles à son prix "les ouvrages des conjoints, compagnons ou proches parents des membres du jury".

Les académiciens ont finalement clarifié leur position concernant les conflits d'intérêts entre membres du jury et auteurs. Après de premiers questionnements en interne le 7 septembre dernier, jour de la première réunion de délibérations du jury, puis de la diffusion de l'enquête de France Inter le 21 septembre, les membres de l'Académie Goncourt ont modifié à l'unanimité leurs règles à l'occasion d'une réunion mardi 5 octobre. Désormais, le Goncourt ne pourra plus être attribué à l'ouvrage des "conjoints, compagnons ou proches parents des membres du jury". Les jurés devront préalablement révéler une telle proximité avec un écrivain, sous peine d'exclusion.

Cette décision a été prise alors que France Inter a révélé un potentiel conflit d'intérêts au sein de l'Académie le 21 septembre dernier. L’un des écrivains alors sélectionnés, le philosophe François Noudelmann, est le compagnon de l’une des jurées, la romancière Camille Laurens. Les académiciens ont préféré retirer son premier roman "Les enfants de Cadillac" de la sélection pour le prochain prix Goncourt. Pourtant, dans un premier temps, le président de l’Académie Goncourt Didier Decoin avait assumé auprès de France Inter la sélection du roman de François Noudelmann pour le prochain prix. "Ce qui nous intéresse, c’est l’œuvre et elle seule. Les liens que l’auteur peut avoir avec X ou Y, ce n’est pas notre problème", disait alors Didier Decoin.

Publicité

Interdiction de critiquer les livres en sélection dans la presse

Autre mise au point : "les membres du jury qui tiennent une rubrique littéraire dans un média s'abstiennent de chroniquer les ouvrages qui figurent dans la sélection aussi longtemps que ces ouvrages y figurent", ont décidé à l'unanimité les membres de l'Académie. Là aussi, c'est une conséquence de l'affaire qui a occupé les jurés du Goncourt ces dernières semaines. Camille Laurens avait écrit une chronique très sévère dans Le Monde des Livres (daté du 17 septembre 2021) au sujet du livre d’Anne Berest ("La carte postale", éditions Grasset), également sélectionné pour le Goncourt.

Déjà le président de l'Académie Goncourt Didier Decoin avait dit sa désapprobation à France Inter : "Je n’ai pas aimé du tout, du tout, du tout ! À partir du moment où l’Académie vote pour un livre, Camille [Laurens, NDLR] faisant partie de l’Académie, elle doit être solidaire. Elle n’a pas à décréter tout à coup que ce livre est une nullité !" La deuxième sélection dévoilée mardi 5 octobre comporte neuf titres. "Feu" de Maria Pourchet et "Au printemps des monstres" de Philippe Jaenada sont notamment éliminés.