Publicité

Station F proposera un "Fighters Program" pour les entrepreneurs les moins privilégiés

Le bâtiment classé de 34 000 mètres carrés va accueillir plus de 3000 entrepreneurs à compter de juillet 2017.
Le bâtiment classé de 34 000 mètres carrés va accueillir plus de 3000 entrepreneurs à compter de juillet 2017.
- Patrick Tourneboeuf

L'immense campus de Xavier Niel, Station F, qui ouvre ses portes ce jeudi, proposera un programme destiné aux entrepreneurs défavorisés. Candidatures ouvertures jusqu'au 2 octobre.

34.000 mètres carrés, plus de 3.000 entrepreneurs et un programme destiné aux entrepreneurs les moins privilégiés. Alors que le président de la République s'apprête à inaugurer Station F, le gigantesque campus créé à Paris, Xavier Niel a annoncé ce matin le lancement d'un programme pour des jeunes de banlieues ou zones rurales défavorisées.

► REVOIR | Xavier Niel au micro de Patrick Cohen

Publicité

Ce "Fighters program" se destine donc aux jeunes défavorisés, mais aussi aux immigrants ayant eu "des difficultés à s'intégrer", aux réfugiés, aux histoires personnelles difficiles etc. Les entrepreneurs ont jusqu'au 2 octobre prochain pour postuler en ligne et intégrer le Founders Program gratuitement, à compter de janvier 2018. Condition principale : avoir déjà créé sa start-up ou travailler activement à sa création.

"L'entrepreneuriat n'est pas un jeu égal"

"Station F cherche des Fighters, pas des beaux diplômes" reprend le communiqué associé à l'annonce de notre invité. Les entrepreneurs sélectionnés seront intégrés aux 26 programmes d'accompagnement présents sur le campus, pour l'incubation et l'accélération du développement des starts-ups, notamment, et s'appuyeront sur les mêmes moyens techniques que les entreprises sélectionnées par Facebook, Ubisoft, HEC, Naver, Vente-privee, Microsoft etc.

“L’entrepreneuriat peut sembler être un jeu égal pour tous, explique la directrice de Station F, Roxanne Varza, mais ça n’est pas le cas. Selon qu’on a eu accès à une école de commerce, un réseau important ou non, le risque pris et les chances de succès ne sont pas les mêmes. Nous, on cherche des Fighters, pas des diplômes.”