Publicité

Stratèges politiques, activistes, étudiants… Voici les nouveaux visages de l'Assemblée nationale

Par
Quelques uns des nouveaux visages de l'Assemblée Nationale
Quelques uns des nouveaux visages de l'Assemblée Nationale
© AFP - JULIEN DE ROSA / PASCAL GUYOT/JOEL SAGET/VALERY HACHE/GEOFFROY VAN DER HASSELT/THIBAUD MORITZ/SERGE TENANI (HANS LUCAS)/ JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Ils sont activiste pour le climat, femme de chambre ou au contraire, déjà largement installés dans la vie politique et vont faire leurs premiers pas dans les jours à venir au Palais Bourbon. Voici les nouveaux visages de l'Assemblée nationale pour la XVIe législature de la Ve République.

Sur les 577 députés élus ce dimanche, environ la moitié le sont pour la première fois, selon un décompte de France Inter. Parmi ceux-ci, quelques figures politiques aguerries, telles l'écoféministe Sandrine Rousseau, l'ancien directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon Manuel Bompard ou bien le porte-parole du RN, Laurent Jacobelli. Mais aussi de nombreux novices en politique, dont une partie importante issue la société civile. Qui sont les nouveaux visages de l'Assemblée nationale ? Tour d'horizon.

Sandrine Rousseau, l'écoféministe (LFI-Nupes)

Sandrine Rousseau, nouvelle député dans la 9e circonscription de Paris
Sandrine Rousseau, nouvelle député dans la 9e circonscription de Paris
© AFP - JULIEN DE ROSA

Elle est l'une des figures de la campagne présidentielle d'Europe écologie-Les Verts. Battue de peu par Yannick Jadot lors de la primaire écologiste, elle a ensuite fait partie de l'équipe de campagne du candidat, avant d'en être exclue en raison de désaccords politiques. Connue pour ses engagements féministes, l'ex-vice présidente de l'Université de Lille, issue de la société civile, s'était engagée dès 2009 avec EELV, sur la liste de la région Nord-Pas-de-Calais lors des élections européennes.

Publicité

En 2016, elle devient secrétaire générale d'EELV. Titulaire d'un doctorat en sciences économiques et un temps cadre dans le privé, son combat pour l'écologie est né des "recherches (…) menées sur l'exploitation de l'environnement et les responsabilités sociales et environnementales des entreprises". Quant à son engagement autour des question de genres, il est lié à son éducation, comme "seule fille" d'une famille de fonctionnaires de classe moyenne, très engagée à gauche. Elle fait partie des femmes qui ont accusé l'ancien député de Paris Denis Baupin d'agressions et de harcèlement sexuels.

Manuel Bompard, stratège de Jean-Luc Mélenchon (LFI-Nupes)

Manuel Bompard, élu député de la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône
Manuel Bompard, élu député de la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône
© AFP - PASCAL GUYOT

Docteur en mathématiques, âgé de 36 ans, Manuel Bompard a été élu dans le siège de député de Jean-Luc Mélenchon à Marseille. Stratège politique, il a dirigé les campagnes présidentielles du leader de LFI en 2017 et en 2022, et a largement œuvré à la construction de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes). Jean-Luc Mélenchon dit de lui qu'il est une "figure parmi les plus éminentes de la nouvelle génération".

Né à Firminy, près de Saint-Etienne, il a travaillé ces dernières années au développement d'une start-up, dans le domaine de l'intelligence artificielle. Militant LFI de la première heure, il a fait ses premières armes en luttant notamment contre le Contrat première embauche (CPE) et le Traité constitutionnel européen.

Aymeric Caron, ex-journaliste et antispéciste (LFI-Nupes)

Aymeric Caron, élu dans la 18e circonscription de Paris
Aymeric Caron, élu dans la 18e circonscription de Paris
© AFP - MAGALI COHEN / HANS LUCAS

A 51 ans, Aymeric Caron, ex-journaliste de Canal+, Europe 1 et France 2, entame son premier mandat à l'Assemblée Nationale, comme élu de la 18e circonscription de Paris. Né à Boulogne-sur-Mer, celui qui se "destinait à devenir reporter de guerre" s'est fait connaitre auprès du grand public comme chroniqueur dans l'émission "On n'est pas couché", de 2012 à 2015. Figure de l'"antispécisme" (mouvement de pensée qui récuse la supériorité de l'homme sur l'animal), il s'est engagé en politique en 2018 en fondant le parti "Révolution écologique pour le vivant" (REV).

Il est l'auteur de plusieurs livres et essais sur ces sujets, dont NoSteak (2013) et Antispéciste (2016). Début 2022, il s'est rallié à Jean-Luc Mélenchon, en vue des élections présidentielles et législatives.

Rachel Kéké, femme de chambre (LFI-Nupes)

Rachel Kéké, députée de la 7e circonscription du Val-de-Marne
Rachel Kéké, députée de la 7e circonscription du Val-de-Marne
© AFP - JOEL SAGET

C'est l'une des figures émergentes de cette campagne des législatives. Rachel Kéké, ancienne femme de chambre de l'Ibis Batignolles, à Paris, a porté durant 22 mois de grève les revendications de ses collègues pour un meilleur salaire et de meilleures conditions de travail. Au second tour des élections législatives, cette candidate Nupes franco-ivoirienne, au parcours semé d'obstacles, a battu avec moins de 200 voix d'avance l'ex-ministre des sports Roxana Maracineanu, qui se présentait sous la bannière Ensemble!.

"C'est ce que j'appelle une leader de masse", dit d'elle le député LFI Eric Coquerel. À l'Assemblée nationale, elle veut porter la voix des travailleurs "invisibles".

Alma Dufour, "activiste pour le climat" (LFI-Nupes)

Alma Dufour, députée Nupes en Seine-Maritime
Alma Dufour, députée Nupes en Seine-Maritime
© AFP - JULIEN DE ROSA

Alma Dufour, 32 ans, est la nouvelle députée Nupes de la quatrième circonscription de Seine-Maritime. Ancienne porte-parole de l'ONG environnementale 'Les Amis de la Terre', elle s'est notamment illustrée en parvenant à bloquer l'implantation de cinq entrepôts du géant américain Amazon. Titulaire d'un master 1 en droit et d'un master 2 en sciences politiques et stratégie de l'environnement, elle se revendique "activiste pour le climat" et dit avoir été poursuivie par la justice pour avoir décroché un portrait d'Emmanuel Macron, dans le but de dénoncer son inaction climatique.

Celle qui n'est toujours pas encartée s'est ralliée à Jean-Luc Mélenchon durant la campagne présidentielle, ayant apprécié la "dynamique" et la "clarté" des Insoumis. Ce dimanche 19 juin, elle a battu le candidat du Rassemblement national avec 53,72% des voix. Elle veut agir rapidement pour le pouvoir d'achat.

Tematai Le Gayic, 21 ans, étudiant indépendantiste polynésien (régionaliste)

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

C'est le plus jeune député de l'histoire de la Ve République. Né en 2000 à Papeete, il a grandi à Tubuai, dans les Iles Australes, puis à Tahiti. Titulaire d'une double licence en histoire et en sciences politiques obtenue à l'Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, il a mis en suspend ses études le temps de faire campagne. Il milite pour l'accession à la pleine souveraineté de la Polynésie française et a présidé la Fédération des associations des étudiants de Polynésie française (FAEPF). C'est également un excellent orateur, en français et en tahitien, et il a été primé plusieurs fois lors de concours.

Dans sa circonscription, Tematai Le Gayic a remporté 50,88% des voix, soit un peu plus de 600 voix de plus que la candidate de la majorité, Nicole Bouteau.

Philippe Pradal, maire éphémère de Nice condamné pour "prise illégale d'intérêts" (Ensemble !)

Philippe Pradal a été élu député dans la 3e circonscription des Alpes-Maritimes, avec plus de 15 points d'avance sur le candidat Nupes.
Philippe Pradal a été élu député dans la 3e circonscription des Alpes-Maritimes, avec plus de 15 points d'avance sur le candidat Nupes.
© AFP - VALERY HACHE

À 59 ans, Philippe Pradal, proche du maire de Nice Christian Estrosi, va passer pour la première fois les portes du Palais Bourbon. Comme son compère, cet ex-élu de la droite s'est rallié à la majorité présidentielle. D'abord encarté au RPR dans sa jeunesse, il est devenu conseiller municipal de Nice en 2008 sous l'étiquette UMP, puis premier adjoint de la ville en 2013. De juin 2016 à juin 2017, il effectue un bref mandat de maire, pour remplacer Christian Estrosi, alors élu président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

En octobre 2019, il a été condamné à 5.000 euros d'amende, dont la moitié avec sursis, pour "prise illégale d'intérêts", concernant des subventions versées à des associations dans lesquelles il a été membre ou administrateur. Cette amende n'a toutefois pas été inscrite à son casier judiciaire, ce qui lui a permis de se présenter aux élections législatives. Il fait lui aussi du pouvoir d'achat l'une de ses priorités.

Paul Midy, polytechnicien et ex-employé de McKinsey (Ensemble !)

Paul Midy, nouveau député de la 5e circonscription de l'Essonne
Paul Midy, nouveau député de la 5e circonscription de l'Essonne
© AFP - GEOFFROY VAN DER HASSELT

À 39 ans, le candidat de la majorité Paul Midy a battu le mathématicien Cédric Villani dans la cinquième circonscription de l'Essonne, ce dernier concourant cette fois pour la Nupes (il avait été élu sous l'étiquette LREM en 2017). Paul Midy a commencé sa carrière politique aux "Jeunes Pop", la section jeunes de l'UMP, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Partisan d'Emmanuel Macron, il a intégré en 2019 l'appareil du parti LREM, avant d'en être promu directeur adjoint puis directeur général en 2020.

Côté carrière, cet entrepreneur a débuté dans le privé en sortant de Polytechnique, œuvrant notamment de 2007 à 2014 dans le cabinet de conseil McKinsey. Il a ensuite travaillé dans l'entreprise de commerce en ligne Jumia, puis pris la tête de la start-up de repas à domicile Frichti. Paul Midy a remporté cette élection avec seulement 19 voix d'avance sur le député sortant Cédric Villani.

Jérémie Patrier-Leitus, directeur de la communication de la restauration de Notre-Dame (Ensemble!-Horizons)

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Jérémie Patrier-Leitus, 33 ans, a décroché son premier mandat électoral dans la 3e circonscription du Calvados, sous l'étiquette Ensemble!-Horizons. Il devance de 2.400 voix la candidate RN Martine Vilmet, pourtant arrivée en tête au premier tour. Fils d'un expert-comptable et d'une journaliste au magazine Stratégies, l'ancien étudiant parisien, titulaire d'un master en économie et affaires internationales de l'Université Paris-Dauphine, était jusqu'à son élection directeur de la communication, du mécénat et de la programmation culturelle de l'établissement public chargé de la restauration de Notre-Dame de Paris.

Avant cette élection, Jérémie Patrier-Leitus s'était déjà brièvement engagé en politique. En 2017, il a été été porte-parole de "La Droite avec Macron", après avoir milité pour Alain Juppé en 2015-2016 au côté du maire de Deauville, Philippe Augier.

Edwige Diaz, figure montante du Rassemblement national

Edwige Diaz, nouvelle député RN de la 11e circonscription de Gironde.
Edwige Diaz, nouvelle député RN de la 11e circonscription de Gironde.
© AFP - THIBAUD MORITZ

Edwige Diaz, 34 ans, a gravi depuis une dizaine d'années tous les échelons du parti en Gironde jusqu'à intégrer le bureau exécutif du RN lors de la dernière élection présidentielle. "Mariniste" convaincue, elle l'a rejoint en 2012, après avoir assisté à l'un de ses meetings en Corrèze. "J'avais les larmes aux yeux et la chair de poule. Je me suis dit : 'il faut que je m'engage'", se souvient-elle. Ce dimanche, elle a facilement battu au second tour la candidate de la majorité Véronique Hammerer, remportant 58,70% des suffrages.

Titulaire d'un master d'espagnol, elle parle aussi l'hébreu. Elle partage avec Marine Le Pen une passion pour les chats, et est elle aussi titulaire d'un diplôme d'éleveur.

Julien Odoul, porte-parole du Rassemblement national

Julien Odoul, porte-parole du Rassemblement National
Julien Odoul, porte-parole du Rassemblement National
© AFP - SERGE TENANI / HANS LUCAS

Son visage ne vous est certainement pas inconnu. À 37 ans, le très médiatique porte-parole du Rassemblement national Julien Odoul, connu pour ses sorties polémiques, a été élu député de la 3e circonscription de l'Yonne. Il était jusque là conseiller régional en Bourgogne-Franche-Comté (depuis 2015), et conseiller municipal de la ville de Sens (depuis 2020). D'abord engagé au PS, puis au Nouveau Centre et à l'UDI, il rejoint le Front National en 2014, après avoir eu, dit-il, une "révélation", lors d'une université d'été du parti.

Julien Odoul, mannequin dans sa jeunesse (notamment en couverture des magazines gays Têtu et Gab), est surtout connu pour ses sorties polémiques. En 2019, alors qu'il est conseiller régional en Bourgogne, il prend à parti une mère voilée qui accompagne une visite d'élèves, en lui demandant de retirer son "voile islamique", ce qui fait grand bruit. En 2021, Libération diffuse une vidéo où on l'entend blaguer au sujet du suicide d'un agriculteur, chose qu'il conteste. Une sortie sur un plateau télé lui vaut aussi des accusations de sexisme. Dernièrement, il a été mis en examen pour diffamation après une plainte du député de l'Ain Damien Abad, qu'il avait accusé de liens avec une mosquée salafiste.

Laurent Jacobelli, Conseiller régional du Grand-Est

Laurent Jacobelli, élu député dans la 8e circonscription de Moselle
Laurent Jacobelli, élu député dans la 8e circonscription de Moselle
© AFP - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Lui non plus n'est pas un novice de la politique. À 52 ans, l'ancien porte-parole de la campagne présidentielle de Marine Le Pen débute un premier mandat de député de la 8e circonscription de Moselle, après une défaite aux législatives de 2017 dans les Bouches-du-Rhône. C'est cette année-là que l'ancien militant de Debout la France avait rejoint le Rassemblement National. Avant de s'engager en politique, Laurent Jacobelli était un homme de l'audiovisuel. Diplomé de l'Essec, il a d'abord été contrôleur de gestion chez TF1, puis directeur des programmes de la chaîne TV5 Monde (2005-2008).

Élu à la Région Grand-Est depuis 2021, il milite pour le retour à trois régions indépendantes : la Lorraine, l'Alsace et la Champagne-Ardenne. A l'Assemblée, il souhaite défendre le pouvoir d'achat, faciliter la vie des travailleurs transfrontaliers ou encore demander une augmentation des effectifs de police.

Caroline Parmentier, l'atout médias de Marine Le Pen

Caroline Parmentier, nouvelle députée de la 9e circonscription du Pas-de-Calais.
Caroline Parmentier, nouvelle députée de la 9e circonscription du Pas-de-Calais.
© Maxppp - Vincent Isore/IP3 PRESS

À 56 ans, cette ancienne journaliste, proche de Marine Le Pen, est la nouvelle députée de la 9e circonscription du Pas-de-Calais. Elle se félicite d'avoir "déshystérisé" les rapports entre le RN et les médias. D'abord journaliste puis rédactrice en chef du quotidien d'extrême droite catholique Présent (où elle a travaillé durant 31 ans), elle rejoint le RN en 2019. Elle travaille tout d'abord auprès de Jordan Bardella, candidat aux élections européennes, avant de se consacrer uniquement aux relations médias de la cheffe de file du RN.

Frédéric Boccaletti, militant RN historique, condamné pour violence

Frédéric Boccaletti, militant RN élu dans la 7e circonscription du Var
Frédéric Boccaletti, militant RN élu dans la 7e circonscription du Var
© AFP - BORIS HORVAT

S'il entre pour la première fois au Palais Bourbon, Frédéric Boccaletti, 48 ans, est tout l'inverse d'un novice en politique. Militant du Front National depuis ses 20 ans, le presque quinqua a dédié une grande partie de sa vie à ce parti. Il était jusque là conseiller municipal d'opposition à Six-Fours-les-Plages (Var) et conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur. C'est un proche de la famille Le Pen, puisqu'il a été directeur de campagne de Jean-Marie Le Pen puis de Marion Maréchal lors des élections régionales de 2010 et 2015.

Egalement connu pour ses sorties polémiques, ce cuisiner de formation a été propriétaire d'une sulfureuse librairie à Toulon, baptisée "Anthinea", en hommage à un livre de Charles Maurras (figure de l'extrême droite française monarchiste sous la IIIe République). Il assure aujourd'hui qu'il s'agissait d' "une librairie de droite nationale, mais qui ne vendait pas d'ouvrages racistes, xénophobes ou négationnistes".

En 2000, Frédéric Boccaletti a été condamné pour violence en réunion en marge d'un collage d'affiches : il a écopé d'un an de prison dont six mois fermes. Il avait fait quatre mois sous écrou, avant d'être libéré pour raison de santé. Aujourd'hui, il promet d'œuvrer pour "arrêter l'immigration incontrôlée et éradiquer les idéologies islamistes" et défend "un plan massif pour l'hôpital public".

José Beaurain, accordeur de piano, bodybuildeur (RN)

José Beaurain, député de la 4e circonscription de l'Aisne
José Beaurain, député de la 4e circonscription de l'Aisne
© Maxppp - PHOTOPQR/L'UNION DE REIMS

Parcours atypique s'il en est, José Beaurain explique avoir la "sensation de donner un sens à sa vie", grâce à la politique. Élu au second tour face au macroniste Marc Delatte, il était jusque là conseiller municipal et communautaire d'opposition à Chauny, sa ville natale.

Engagé pour l'intégration des personnes handicapées, il milite au RN contre l'insécurité et contre une "société qui se délite". Il dit avoir été séduit lors de son arrivée au Front National, au début des années 2010, par "l'accueil et la bienveillance" du parti. Accordeur de piano, il a également été vice-champion de France de bodybuilding, ce qui lui a permis de "remonter la pente" suite à sa "perte de vision".