Sur les réseaux sociaux, "No-vax" Djokovic nouvelle star des anti-vaccins

Publicité

Sur les réseaux sociaux, "No-vax" Djokovic nouvelle star des anti-vaccins

Par
Le joueur de tennis serbe fédère les anti-vaccins sur les réseaux sociaux.
Le joueur de tennis serbe fédère les anti-vaccins sur les réseaux sociaux.
© AFP - Daisuke Tomita

Le joueur de tennis serbe, bloqué en Australie depuis son arrivée le 5 janvier, a été renvoyé en rétention administrative cette nuit. Non-vacciné contre le Covid-19, il est au cœur d’un imbroglio. Parmi ses nombreux soutiens, ses fans, mais aussi la galaxie anti-vaccin.

Son nom est scandé et applaudi, son visage apparaît sur une pancarte comme lors de la manifestation à Paris le week-end dernier. Novak Djokovic est devenu une icône des anti-vaccins contre le Covid-19. Le joueur de tennis serbe, numéro un mondial, a vu son visa pour Melbourne annulé par deux fois par le gouvernement australien car il n'est pas vacciné. 

Il a de nouveau été placé en rétention administrative cette nuit, dans l'attente d'une décision de justice sur son cas. Sa participation au premier tournoi du Grand Chelem de l’année, l’Open d’Australie, est compromise. Depuis le début du feuilleton le 5 janvier, la position de Novak Djokovic divise. Sur les réseaux sociaux, l’affaire est très commentée, les opposants à la vaccination prennent se défense et l’érige en exemple, même en héros.  

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Le symbole de la liberté"

"No-vax Djokovic, Spartacus des temps modernes !" écrit sur sa page Facebook Richard Boutry. Cet ancien journaliste est une figure du mouvement anti-pass sanitaire. Il dit avoir échangé par le passé et suivi pendant plusieurs jours l’homme aux 20 titres du Grand Chelem. Sous la dernière vidéo de Richard Boutry publiée vendredi, des dizaines de messages de soutiens affluent : "Il est devenu le symbole de la liberté" écrit par exemple l’un d’eux.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Dès le début de l’affaire en Australie, Florian Philippot a lui aussi pris parti du côté du joueur serbe. Le président des Patriotes écrit sur Twitter dès le 6 janvier : "L’homme libre est du côté de #Djokovic". Autre visage de la galaxie "antivax" à poster une photo de Novak Djokovic sur l’un des réseaux sociaux : Thierry Casasnovas. Ce gourou catalan et naturopathe relaie les propos du père de Novak Djokovic. Il le considère comme "le symbole et le leader du monde libre, le monde des nations et des peuples pauvres et défavorisés". Thierry Casasnovas y ajoute son commentaire et fait révérence à la bible.

Sur Twitter, ses soutiens plaident sa cause

Sur Twitter, des utilisateurs très influents comme Mike Borowski (31.000 abonnés) prennent la défense de Novak Djokovic. Ce youtubeur, ancien attaché parlementaire, à l'aise avec les fausses informations, couvrent régulièrement les manifestations anti-pass. Le 4 janvier, il appelle dans une vidéo d’autres sportifs et artistes à imiter Novak Djokovic et à refuser la vaccination. Dix jours plus tard, vendredi, il regrette que le joueur soit considéré comme "un vulgaire criminel" après l’annulation de son visa et avant son placement en centre de rétention.

"Nous avons tous un Novak Djokovic en nous : libérons-le !" clame le CourrierDeStratèges (26.000 abonnés). D’autres comptes, très suivis et dont les messages sont massivement relayés par la sphère "covido-sceptiques" commentent le feuilleton Djokovic. C’est le cas de "l’Infirmier" (6.000 abonnés), "l’ Union Française Contre le #PassVaccinal" (13.700 abonnés) ou encore Alexandra Henrion-Caude (73.000 abonnés), cette généticienne est devenue la caution scientifique des récalcitrants à la vaccination.

En Australie, Novak star de l'extrême droite

Le numéro un mondial apparaît comme un héros aux yeux de certains, un modèle à suivre. Sur Twitter, Jérémie Mercier (19.700 abonnés), qui se qualifie comme "Covid-exilé" en Estonie, commente : "L’affaire Novak Djokovic montre aux yeux de tous l’absurdité du totalitarisme avec faux prétexte sanitaire, en particulier dans un des pays les plus covidistes au monde : l’Australie", suivi du hashtag "#JeSuisNovakDjokovic".

La semaine dernière, plusieurs dizaines de supporters de Novak Djokovic se sont rassemblés près de son hôtel à Melbourne pour manifester. Le joueur serbe a également reçu le soutien d’un groupe d’extrême droite Reignite Democracy Australia, en première ligne dans la désinformation concernant le Covid-19. Selon eux, Djokovic est devenu "la lueur d'espoir pour l'ensemble du mouvement pour la liberté".  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.