Titiou Lecoq : "Le combat pour l'égalité, Gisèle Halimi l'a non seulement théorisé, mais elle l'a vécu"

Publicité

Titiou Lecoq : "Le combat pour l'égalité, Gisèle Halimi l'a non seulement théorisé, mais elle l'a vécu"

Par
Titiou Lecoq et Gisèle Halimi
Titiou Lecoq et Gisèle Halimi
© Getty

Pour les 10 ans du Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes, 7 personnalités féministes présentent une figure féministe inspirante et une chanson emblématique de ces combats. Titiou Lecoq a choisi Gisèle Halimi.

Titiou Lecoq est journaliste, féministe et autrice française. Elle a publié des romans, mais aussi des essais. En 2017, Libérées ! Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale, consacré à l'inégale répartition des tâches ménagères dans les couples hétérosexuels et à la charge mentale qui pèse sur les femmes, et notamment sur les mères. En 2021, Les Grandes Oubliées. Pourquoi l'Histoire a effacé les femmes, préfacé par Michelle Perrot, qui met en lumière des grandes femmes de l'histoire – bâtisseuses de cathédrales ou espionnes – oubliées des manuels scolaires. Et en 2022, Le Couple et l'Argent, qui explique par quels mécanismes les hommes sont plus riches que les femmes.

► Titiou Lecoq à propos de Gisèle Halimi : "La figure féministe qui m'inspire le plus, c'est Gisèle Halimi, parce qu'elle a mené toute sa vie le combat pour l'égalité. Elle l'a non seulement pensé et théorisé, mais elle l'a vécu, elle l'a mené très concrètement. Elle a réussi à faire bouger les choses, elle a changé la vie et pour ça, elle mériterait d'avoir sa place au Panthéon."

Publicité

Titiou Lecoq

1 min

Gisèle Halimi (1927-2020) est une avocate et militante féministe franco-tunisienne. Elle a mené toute sa vie et très concrètement le combat pour l'égalité femmes-hommes. Durant son enfance en Tunisie, elle s'est battue pour ne plus avoir à faire le lit de son frère, puis pour avoir le droit de lire. Adolescente, elle gagne de quoi quitter sa terre natale pour rejoindre Paris en 1945 et y étudier le droit.

Dans les années 1950, alors devenue avocate, elle défend des militants de l'indépendance algérienne. Elle milite elle-même pour l'indépendance de l'Algérie et de la Tunisie. Dans les années 1960, elle prend la défense de Djamila Boupacha, militante du FLN, accusée d'avoir déposé une bombe dans un restaurant d'Alger. Elle a été torturée et violée, en détention, par des soldats français. Pour l'avocate, les aveux obtenus sous la torture ne sont pas valides. Elle sera aidée dans son combat par Simone de Beauvoir et Pablo Picasso, qui vont participer à la médiatisation de l'affaire. D'abord condamnée à mort, Djamila Boupacha sera amnistiée et libérée en avril 1962.

Gisèle Halimi a signé le "Manifeste des 343" femmes qui déclarent avoir avorté. Elle milite en faveur de la dépénalisation de l'IVG. En 1972, lors du procès de Bobigny, elle obtient la relaxe pour une jeune fille de 16 ans, qui avait avorté après un viol. Ce procès contribue à la marche vers la légalisation de l’avortement en 1975.

Tous les engagements de Gisèle Halimi ont eu une dimension politique forte.

Autant en emporte l’Histoire
55 min

La chanson

"Résiste
Suis ton cœur qui insiste
Ce monde n'est pas le tien, viens
Bats-toi, signe et persiste
Résiste
"

D'abord sorti en face B du single « Tout pour la musique » en 1981, « Résiste » est l'œuvre de Michel Berger et de France Gall alors au sommet de leur carrière. C'est un véritable appel à vivre sa vie en toute liberté et une affirmation de soi. Ce titre inspirera le cinéma, mais aussi les mouvements féministes qui s'empareront de cette « chanson-slogan » : « Suis ton cœur qui insiste/Ce monde n'est pas le tien, viens/Bats-toi, signe et persiste ». Un classique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.