Transformation de bureaux en logements : la métamorphose du Cosmopolitan à Bruxelles

Publicité

Transformation de bureaux en logements : la métamorphose du Cosmopolitan à Bruxelles

Par
La transformation de bureaux en logements monte doucement en puissance depuis quelques années. Ici : le Cosmopolitan à Bruxelles.
La transformation de bureaux en logements monte doucement en puissance depuis quelques années. Ici : le Cosmopolitan à Bruxelles.
© Radio France - Claire Chaudière

Ces opérations de "recyclage " urbain se développent progressivement, alors que la vacance des locaux d’entreprise s’est accélérée depuis la crise du Covid. Parmi les réussites récentes de transformation de ce type : une tour bruxelloise entièrement rénovée, que des architectes franciliens ont visité cette semaine.

Au détour d’une rue, on l’aperçoit soudain, surplombant un secteur très populaire, à deux pas du quartier de Molenbeek. 15 étages, façade blanche et élégante, là où se dressait il y a quelques années à peine une imposante tour de bureaux des années 60, austère et vide. "Là voilà... et c'est encore plus beau que ce que je pensais. Le bâtiment est intéressant d'un point de vue architectural et par son empreinte urbaine", se félicite Dominique Boré, présidente d'honneur de la maison de l'architecture d'Ile-de-France, à l'initiative d'un concours international spécialisé dans la transformation de bureaux en logements. Prix décerné depuis 2 ans avec les acteurs économiques du Grand Paris, et qui a notamment récompensé ce projet bruxellois.

"Chaque pièce donne sur deux mètres de terrasse"

Pas de démolition mais un pari :  celui de rénover entièrement et d’habiller le squelette de béton du bâtiment, avec une multitude de balcons. Une extension en forme d'ossature métallique de couleur claire qui redonne de la légèreté à l'édifice. Rentrons à l'intérieur : Léo Van Broeck est l'un des deux architectes, avec Oana Bogdan de ce projet de la société Besix Red. 

Publicité
Leo Van Broeck et Oana Bogdan ont conçu ce projet de transformation de 1500 m2 de bureaux en 158 logements.
Leo Van Broeck et Oana Bogdan ont conçu ce projet de transformation de 1500 m2 de bureaux en 158 logements.
© Radio France - Claire Chaudière

"Chaque pièce donne sur deux mètres de terrasse, ce qui rend les appartements très généreux", explique-t-il. "Ils ne sont pas traversants et nous avons gardé les colonnes porteuses espacées d'1 mètre 20 seulement, typiques des locaux de bureaux (et qui empêche de faire de très grandes fenêtres). Mais avec tous ces extérieurs et la hauteur sous plafond de 3 mètres, les appartements même de taille réduite sont agréables à vivre."

Franck habite un petit appartement au 11e étage du Cosmopolitan. La vue de son balcon est exceptionnelle. Il raconte avoir très bien vécu le premier confinement, grâce à tous ces atouts. "Habiter dans d'anciens bureaux transformés en logements m'a tout de suite séduit. Je suis très passionné par la revitalisation urbaine," dit-il. 

Vue sur Bruxelles depuis le Cosmopolitan.
Vue sur Bruxelles depuis le Cosmopolitan.
© Radio France - Claire Chaudière

"On sent que le mouvement commence à s'accélérer"

Reconstruire, réinventer la ville sur la ville... Une nécessité de l'avis de tous ces visiteurs venus de Paris. "C'est vraiment très intelligent. Deux étages ont été ajoutés par rapport au bâtiment d'origine. Je suis bluffée par ces terrasses, la luminosité. Techniquement, objectivement, on peut dire que c'est une réussite. Et on parle de 158 logements ! " lâche Dominique Boré. Une réussite aussi pour le quartier, au bâti historiquement dégradé et qui change progressivement de visage aux abords de la tour. 

Si le contraintes techniques et financières de ce type de projet restent importantes, "on sent que le mouvement commence à s'accélérer" estime-t-elle. Quant au gisement de surfaces potentiellement transformables, il est gigantesque et a de quoi laisser songeur :  4 millions de mètres carré de bureaux vides, rien que pour l'Ile-de-France.

Au détour d'une rue, on aperçoit le bâtiment qui surplombe tout le quartier.
Au détour d'une rue, on aperçoit le bâtiment qui surplombe tout le quartier.
© Radio France - Claire Chaudière