Publicité

Un mois de mai exceptionnel pour ses arcs-en-ciel

Par
Le mois de mai 2021 est vraiment le mois des arc-en-ciel...
Le mois de mai 2021 est vraiment le mois des arc-en-ciel...
© AFP - Hemis.fr / Mathieu RIVRIN

Nous sommes nombreux à avoir vu ces derniers jours des arcs-en-ciel, beaucoup d'arcs-en-ciel... Est-ce normal ou inhabituel ? Comment expliquer ces apparitions répétées ? Le changement climatique y est-il pour quelque chose ? Les réponses d'un enseignant à l'École nationale de la météorologie.

Un printemps pluvieux, capricieux, mais avec de belles éclaircies. Voilà la recette parfaite pour avoir de magnifiques arcs-en-ciel. Lorsque les rayons du soleil passent à travers les gouttes d’eau devant vous, la lumière blanche se décompose en sept couleurs, du rouge à l’extérieur au violet à l’intérieur. Les scientifiques parlent de photométéores. Le phénomène est le même quand la lumière passe à travers un prisme. Et il y a même parfois plusieurs arcs en ciel.

Mais pourquoi y en a-t-il tellement ce mois-ci ? Sébastien Laflorencie, enseignant à l'École nationale de la météorologie, nous explique.

Publicité

FRANCE INTER : Pourquoi observe-t-on autant d'arcs-en-ciel en ce mois de mai ? 

SEBASTIEN LAFLORENCIE : "Même si nous sommes au mois de mai, nous connaissons en ce moment un temps de printemps avec toute une succession d'averses, de giboulées – les fameuses giboulées qu'on est généralement habitué à observer au mois de mars qui généralement portent bien leur nom : les giboulées de mars. C'est un temps caractéristique pour observer ce phénomène lumineux ! Et il se trouve que ce mois de mai 2021 a été tout-à-fait propice à ce type de temps et donc à ces phénomènes lumineux que sont les arcs-en-ciel. 

Le printemps est l'une des saisons les plus pluvieuses, un temps qui est assez propice aux phénomènes de perturbations et de ciel de traîne, le fameux ciel de traîne dont chaque Français a déjà entendu parler lorsqu'il écoute un bulletin météorologique. Quand on parle des perturbations suivies généralement d'averses dans les ciels de traîne, ces phénomènes de ciel de traîne sont très caractéristiques des situations météorologiques printanières. Mais cette année, le mois de mai a été un petit peu anormal dans le sens où, généralement, ces ciels de traîne se produisent un petit peu plus tôt dans la saison, plutôt en mars ou en avril. Rarement en mai.

Comment l'arc-en-ciel se produit-il ?

"Il suffit d'avoir une concomitance entre plusieurs conditions : un rideau de pluie face à l'observateur, face à ses yeux, et dans le dos du soleil. Lorsque les rayons du soleil sont suffisamment puissants, face à un très beau rideau de pluie bien installé, on peut avoir effectivement l'apparition d'un arc-en-ciel principal, un arc-en-ciel secondaire, voire des arcs-en-ciel surnuméraires. C'est un phénomène optique classique. On peut voir aussi des doubles !" 

Le temps que nous connaissons actuellement, ce printemps tardif, et cette succession d'arcs-en-ciel, sont-ils liés au changement climatique ?

"L'analyse du mois de mai 2021 ne permet pas de tirer de telles conclusions. Un événement ponctuel, sur quelques jours au mois de mai, ne peut pas factuellement témoigner des effets du changement climatique. Cela peut nous donner des indices. Mais nous gardons un œil sur tous ces phénomènes météorologiques qui peuvent nous sembler un petit peu décalés dans le temps. Ce n'est qu'après une longue série d'observations que nous pourrons en tirer des conclusions. Il faut 30 ans de séries de données pour pouvoir dégager ce qu'on appelle une normale."