Publicité

"Un tsunami" : le Rassemblement national fait une poussée historique aux législatives

Par
Le parti de Marine Le Pen fait une poussée fracassante à l'Assemblée nationale.
Le parti de Marine Le Pen fait une poussée fracassante à l'Assemblée nationale.
© AFP - Denis Charlet

En obtenant plus de 80 députés, selon nos estimations Ipsos-Sopra Steria, le Rassemblement national réalise un bond inédit. Jamais le parti de Marine Le Pen, fondé par son père Jean-Marie il y a 50 ans, n'avait réalisé un tel score aux élections législatives.

Du jamais vu depuis plus de 35 ans. Au-delà du pari réussi de la Nupes, qui obtiendrait 149 sièges, c'est l'autre fait notable de ce second tour des élections législatives. Le Rassemblement national a réussi une percée historique. Selon les projections Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, France24/RFI/MCD et LCP, le parti de Marine Le Pen obtient 85 députés, ce qui lui laisse le champ totalement libre pour créer un groupe politique au sein de la nouvelle Assemblée nationale.

Jusqu'ici, le Front national puis le RN n'avait jamais été en mesure de le faire, à l'exception de celui obtenu en 1986 à la faveur d'une élection à la proportionnelle (35 députés). Lors de la précédente législature, les élus du parti fondé en 1972 par Jean-Marie Le Pen siégeaient parmi les non-inscrits. En multipliant par onze son nombre de députés, le Rassemblement national réalise donc un score inédit. Un "tsunami", s'est même félicité le président du parti Jordan Bardella.

Publicité

Des moyens financiers et plus de force de frappe

La majorité (non absolue) obtenue par le parti présidentiel devra donc composer avec une forte opposition de gauche mais aussi avec un RN bien plus fort que jusqu'ici. Conséquence, le RN sera en mesure de former facilement un groupe parlementaire, soit au moins 15 députés, ce qui donne davantage de moyens et de temps de parole en séance.

Autre seuil important franchi : au-delà de 58 députés, un groupe peut signer une motion de censure pour signifier son désaccord avec la politique gouvernemental et déclencher un débat et un vote dans l'hémicycle. Au-delà de 60 députés, un groupe peut aussi solliciter le Conseil constitutionnel pour s'assurer de la conformité de la loi et, potentiellement, bloquer des projets gouvernementaux.

Les figures du RN réélues, de nouveaux visages

Parmi les figures du RN, Marine Le Pen est largement réélue dans le Pas-de-Calais, tout comme Sébastien Chenu dans le Nord ou Julien Odoul dans l'Yonne. De nouveaux visages sont également élus, tels Edwige Diaz dans la 11e circonscription de Gironde. Dans le Loiret, la circonscription briguée au premier tour par l'ancien ministre Jean-Michel Blanquer est remportée par le RN Thomas Ménagé. Laure Lavalette, porte-parole du parti, est également élue dans le Var.

La ministre de la Santé Brigitte Bourguignon a été défaite par la RN Christine Engard dans le Pas-de-Calais. C'est aussi un député RN qui l'emporte dans l'ancienne circonscription du ministre des Armées Sébastien Lecornu. Enfin, le parti de Marine Le Pen l'emporte dans 100% circonscriptions des Pyrénées-Orientales, l'Aude et la Haute-Marne.

Dimanche soir, Marine Le Pen s'est félicitée que son parti soit parvenu à faire d'Emmanuel Macron "un président minoritaire". Au premier tour, le RN avait totalisé 18,7%, soit 5,5 points de plus qu'en 2017, devant Les Républicains et ses alliés de l'UDI tombés à 11,3%, alors qu'ils représentaient jusqu'ici la deuxième force de l'Assemblée.