Publicité

Une association lance le "couscous challenge" pour les chibanis

Par
La semaine dernière, 500 parts de couscous ont été offertes aux chibanis d'Argenteuil.
La semaine dernière, 500 parts de couscous ont été offertes aux chibanis d'Argenteuil.
© AFP - Foodcollection GesmbH

L'association d'Argenteuil (Val d'Oise) Génération entraide lance le "couscous challenge". L'objectif : distribuer 500 portions de ce plat traditionnel à des chibanis, ces anciens travailleurs immigrés touchés par la crise de la Covid-19 et la solitude.

"On faisait une distribution alimentaire dans des foyers d'Argenteuil et là un chibani m'interpelle." Sadi Hamichi se souvient du moment où il a décidé de lancer le "couscous challenge". "Il me dit : 'Mon fils, j'ai 80 ans, j'ai peur la Covid-19 ou la vieillesse m'emporte. J'aimerais tellement regoûter un couscous avant.' Je lui réponds que je lui promets de lui en apporter un." Promesse tenue le lendemain. "Je lui ai apporté une cinquantaine de part. Mais le problème, c'est que ça a créé une émeute : tous les vieux en voulaient ! Du coup on fait quoi ? C'est là qu'on qu'on décidé de créer le 'couscous challenge'."

500 parts de couscous offertes

Le président de l'association Génération entraide organise la première distribution de couscous vendredi 30 avril, dans les foyers d'Argenteuil et de Bezons (Val-d'Oise). "On a distribué 500 portions", annonce-t-il. Ce vendredi 7 mai, c'est au tour des foyers de Nanterre de bénéficier de cette bonne action. Alors, dans le local de l'association à Argenteuil, quatre bénévoles épluchent, coupent et lavent les légumes pour le couscous du lendemain. "Il y a dix kilos de carottes, autant de navets et de courgettes", précise Samia, les mains dans les carottes. "Comme il y a de grandes quantités, on épluche aujourd'hui pour faciliter la tâche aux cuisinières qui vont s'occuper de mettre sur le feu les légumes et la viande demain."

Publicité
Les bénévoles coupent les légumes avant la cuisson le lendemain.
Les bénévoles coupent les légumes avant la cuisson le lendemain.
© Radio France - Selma RICHE

Pour les membres de l'association, il est essentiel de venir en aide à ces personnes âgées. "La problématique de ces personnes-là, c'est que à 80 %, ce sont des personnes qui vivent seules ici en France", explique Sadi Hamichi_. "Elles sont venues en France dans les années 50-60 et ont perdu tout contact avec leur famille en Afrique du Nord, notamment en Algérie. Ensuite, il y en a d'autres qui sont bloqués tout simplement par les frontières, à cause de la Covid-19._" 

Ils ont l'âge de nos grands-pères, de nos pères, ça nous tient à cœur de les aider.

"Ce sont des personnes isolées, qui n'ont pas l'occasion de manger des plats comme ça. Ça nous a touchés, raconte Mina, secrétaire et trésorière de l'association. Et puis bon, ce sont des papys qui ont l'âge de nos grands-pères, de nos pères et ça nous tenait à cœur de les aider."

Partager avec son voisin

Créée l'année dernière pour distribuer à manger aux personnes touchées par la crise de la Covid-19, Génération entraide a imaginé cette nouvelle action à l'occasion du Ramadan. "On est complétement dans les valeurs du Ramadan, assure Mina. C'est le partage avec son voisin, ses amis, sa famille mais il s'agit aussi de voir plus grand.

Sadi Hamichi voit très grand : il souhaite que son "couscous challenge" prenne à l'échelle nationale. "C'est un challenge que je lance à tout le monde, à toutes les associations, à toutes les mamans, à toutes les personnes qui savent cuisiner un couscous. Préparez-en un bon et distribuez-le aux chibanis qui sont dans les foyers près de chez vous."

La Ville de Pierrefite-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) a déjà contacté Génération entraide pour lancer une distribution de couscous dans les foyers de la commune.  

À réécouter : Couscous pour tous !
1 min