Publicité

Une semaine dans la vie d'un délégué du procureur

Par
Jean-Emile Vaesen, ancien gendarme et délégué du procureur de la République d'Arras
Jean-Emile Vaesen, ancien gendarme et délégué du procureur de la République d'Arras
© Radio France - Jean-Philippe Deniau

Jean-Emile Vaesen était gendarme jusqu'à l'automne dernier. Aujourd'hui, il occupe sa retraite entre sa famille, les travaux à la maison, et sa passion, la chasse. Mais depuis le mois de décembre, il est aussi délégué du procureur de la République d'Arras.

Jean-Émile Vaesen était gendarme jusqu'à l'automne dernier. Aujourd'hui, il occupe sa retraite entre sa famille, les travaux à la maison, et sa passion, la chasse. Mais depuis le mois de décembre, il est aussi délégué du procureur de la République d'Arras. 

Sa mission consiste à signifier les décisions prises par le parquet d'Arras à l'encontre des auteurs de "délits du quotidien" : des rappels à la loi, des mesures d'éloignement, des réparations financières, des obligations de soins ou de stages de citoyenneté... Tout un arsenal permettant à un auteur "d'incivilités" d'échapper aux poursuites pénales tout en restant sous le coup de la mise à exécution de sanctions plus lourdes en cas de récidive. 

Publicité

Une semaine par mois, Jean-Émile Vaesen convoque les justiciables, les reçoit longuement dans une maison de justice proche de leur domicile, leur explique la décision du parquet et gère ensuite le suivi des mesures prises à leur encontre. 

Le point d'accès au droit d'Arras, où Jean-Emile Vaesen officie, une semaine par mois
Le point d'accès au droit d'Arras, où Jean-Emile Vaesen officie, une semaine par mois
© Radio France - Jena-Philippe Deniau

Jean-Philippe Deniau a suivi ce délégué du procureur lors d'une journée d'audience au Point d'Accès au Droit (PAD) de Saint-Nicolas-lès-Arras. 

Épisode 1 

Jean-Émile Vaesen se rend au PAD de Saint-Nicolas pour son premier rendez-vous avec un homme qui a mordu son ex-conjointe. 

Une semaine dans la vie d'un délégué du procureur / EPISODE 1

4 min

Épisode 2 

Un homme a frappé un livreur de burger : Jean-Émile Vaesen lui signifie son rappel à la loi. "Je pense qu'il a compris le message".

Une semaine dans la vie d'un délégué du procureur / EPISODE 2

4 min

Épisode 3 

"Je mets en œuvre les décisions du procureur". Jean-Émile Vaesen reçoit un homme qui a tiré au pistolet à bille sur le pare-brise de la voiture de son voisin. 

Une semaine dans la vie d'un délégué du procureur / EPISODE 3

4 min

Épisode 4 

Un homme est convoqué pour avoir tiré à la carabine sur le chat de ses voisins. "Il faut être humain tout en faisant preuve d'autorité" estime Jean-Émile Vaesen. 

Une semaine dans la vie d'un délégué du procureur / EPISODE 4

4 min

Épisode 5  

Parfois, Jean-Émile Vaesen convoque également des mineurs pour des vols à l'étalage ou de la consommation de stupéfiants. "Il y a dans ces audiences "mineurs" un aspect éducatif tant pour le mineur que pour les parents qui l'accompagnent" observe Jean-Émile Vaesen. "On fait de la marteau-thérapie et si la justice ne les revoit pas, je pense qu'on a gagné quelque chose". 

Une semaine dans la vie d'un délégué du procureur / EPISODE 5

3 min

Sur le ressort de la cour d'appel de Douai, qui couvre les départements du Nord et du Pas-de-Calais, il y a aujourd'hui 74 délégués du procureur comme Jean-Émile Vaesen. "Ce qui permet de réduire les délais de traitement des dossiers" constate le procureur général Frédéric Fevre. En France, il y avait l'an dernier un millier de délégués du procureur, effectif que le ministre de la justice Eric Dupond-Moretti souhaite doubler dès cette année. 

Jean-Emile Vaesen, délégué du procureur de la République d'Arras
Jean-Emile Vaesen, délégué du procureur de la République d'Arras
© Radio France - Jean-Philippe Deniau