Publicité

VIDÉO - Un jeune migrant tente de se suicider à Ceuta, l'homme qui lui a sauvé la vie témoigne

Par
Un jeune candidat à l'exil a tenté de se pendre vendredi sur la plage El Tarajal, à Ceuta
Un jeune candidat à l'exil a tenté de se pendre vendredi sur la plage El Tarajal, à Ceuta
© Radio France - Thibault Lefèvre

Des milliers de candidats à l'exil affluent vers l'enclave espagnole de Ceuta depuis le début de la semaine. Alors que la police multiplie les reconduites à la frontière marocaine, Yassine, livreur, a sauvé in extremis un jeune Marocain qui tentait de se pendre sur la plage. France Inter a recueilli son témoignage.

C'est une nouvelle illustration du drame qui se joue à Ceuta, enclave espagnole située au nord du Maroc et en face de Gibraltar, vers laquelle affluent depuis plusieurs jours des milliers de candidats à l'exil, avant souvent d'être reconduits à la frontière. 

Ce vendredi, sur la plage El Tarajal de Ceuta, à 500 mètres de la frontière marocaine, un jeune migrant a tenté de se pendre. "J'ai entendu quelqu'un qui m'appelait, désespéré", raconte à France Inter Yassine, livreur, qui passait par là au volant de sa camionnette. "Je me suis arrêté, et quand je me suis approché, je l'ai vu, pendu. Il avait les yeux fermés. Je suis sorti, je l'ai pris dans mes bras, j'ai retiré le nœud." Les pompiers sont rapidement arrivés sur place, avec de l'oxygène et un défibrillateur. "On l'a réanimé. Heureusement, il s'est remis à respirer", souffle Yassine. 

Publicité

Un Marocain de 27 ans

"C'est l'un des garçons qui sont arrivés ces jours-ci, il a une pièce d'identité marocaine, il a 27 ans", poursuit le livreur. "C'est ce qui se passe en ce moment ici avec ces garçons qui ne veulent plus vivre. Les pauvres, ils sont des victimes. Ce n'est pas de leur faute. J’espère que les gens vont comprendre que ces jeunes ne sont pas coupables. Si ces gens étaient dans la même situation, ils feraient exactement la même chose."

Depuis lundi, près de 8 000 migrants ont rejoint Ceuta par la plage ou par la mer, profitant d'un relâchement des contrôles en raison d'une crise diplomatique entre Madrid et Rabat. Parmi eux, 6 000 ont déjà été expulsés vers le Maroc, selon les autorités espagnoles. Jeudi, la police a repêché le corps sans vie d'un homme qui avait tenté la traversée.