Publicité

"Vider les lieux" : le merveilleux voyage d'intérieur d'Olivier Rolin

"Vider les lieux" d'Olivier Rolin : un merveilleux roman à ne pas oublier dans les bagages cet été
"Vider les lieux" d'Olivier Rolin : un merveilleux roman à ne pas oublier dans les bagages cet été
© Getty - Nikada

Un inventaire avant liquidation où l'auteur fait le bilan de sa vie après être resté 37 ans dans son appartement parisien situé dans la très prestigieuse rue de l’Odéon. Une plongée dans les profondeurs et les fantômes de son passé que les critiques du Masque & la Plume ont unanimement saluée.

Le roman présenté par Jérôme Garcin

L'auteur de "Port-Soudan" de "Tigre en papier" et ex-maoïste de la Gauche prolétarienne s'est soumis à une expérience :  un déménagement en plein confinement. Il est viré à 75 ans du très laid appartement parisien de la rue de l'Odéon où il a passé la moitié de sa vie. Un bel endroit. Il s'agit pour lui d'extraire tout ce qu'il avait entassé, les bouquins, les journaux, les lettres, les photos, les archives familiales, les chapeaux, les cartes, les objets rapportés de Sibérie, d'Argentine, du Texas… Et Rolin de citer Michel Leiris, pour qui "un déménagement, c'est une fin du monde au petit pied", surtout quand on doit quitter la fameuse grand rue du Village des Lettres, puisque c'est là qu'Adrienne Monnier tenait autrefois sa librairie 'La Maison des amis du livre' et que sa compagne Sylvia Beach créa la sienne 'Shakespeare & cie' juste en face. Les écrivains d'alors, Hemingway, Aragon… passant de l'une à l'autre.

"Un livre extrêmement beau" qui a très ému Arnaud Viviant

Pour le journaliste de la revue Transfuge, toute la beauté du livre réside dans le fait que l'écrivain voyageur peine à se faire à l'idée qu'il doit quitter son très vieil appartement où il y a passé la moitié de sa vie : "ll est condamné à la double peine puisqu'il doit déménager pendant le confinement. Olivier Rolin est avant tout un écrivain voyageur qui, là, ne peut pas sortir de chez lui, ce qui donne un livre extrêmement beau dont le concept consiste en un voyage autour de ma chambre, de mon appartement, de mon quartier. C'est drôle. C'est aussi un grand livre sur la culture et la littérature russe dont il est un grand connaisseur, et qui donne vraiment quelque chose d'émouvant".

Publicité

Nelly Kapriélan touchée par "une beauté presque poétique"

La critique de L'Obs l'a elle aussi trouvé très beau et très émouvant : "malgré quelques phrases un peu geignardes, ce passage en revue de toute sa vie, des temps qui changent à travers ses lettres, c'est d'une beauté qui relève d'une forme de poésie, de sensibilité, de délicatesse magnifique".

Patricia Martin totalement émerveillée

La critique de France Inter a tout particulièrement été émue par la fragilité intérieure de l'auteur qui parvient toujours à surpasser le grand désordre que ce déménagement entraîne : "Je pense surtout à son côté grand maniaque désordonné qui transparait en permanence. On imagine bien l'appartement tel qu'il a dû être, plein de poussière, où tout déborde de partout, des placards, une bibliothèque avec 7 000 livres en tout. C'est comme ça pour tout. Il aime exprimer cette fragilité et, en plus, c'est vraiment très drôle".

Jean-Claude Raspiengeas salue un très beau voyage littéraire à travers les souvenirs de l'auteur

Pour le journaliste de La Croix, "ce livre est une plongée rétrospective dans toutes les traces d'une vie. Il n'y a pas que les livres qui comptent puisque le moindre objet est l'occasion d'une évocation vagabonde de tous ses voyages. C'est une démarche très proustienne qui le pousse à souffler sur la poussière de tous ses vestiges pour faire naître tout un univers.

De même, quand il évoque les souvenirs de son quartier chargé d'histoire, il se comporte comme un notaire de la mémoire. Il est très précis sur les fantômes de cette rue.

Il y a aussi une très belle évocation de la Russie. Surtout, en le lisant, on voit comment ce peuple est coincé entre le marteau du communisme et l'enclume du Poutinisme.

Dans ce grand remuement des choses anciennes, il fait plein de digressions, de parenthèses, de bifurcations, d'errances où il passe du coq à l'âne, s'égare même par moment. Même s'il étire ses phrases, il retombe toujours sur ses pieds et c'est magnifique !"

Le livre

Écoutez l'intégralité des critiques échangées sur le livre :

"Vider les lieux" d'Olivier Rolin

7 min

📖 LIRE - "Vider les lieux" d'Olivier Rolin (Gallimard)

🎧 LIVRE OUVERT | Toutes les autres œuvres passées au crible des critiques du Masque et de la Plume à retrouver sur le site et l'app Radio France.