"Vintage", "autre époque" : plongée dans la Star Academy du début des années 2000

Publicité

"Vintage", "autre époque" : plongée dans la Star Academy du début des années 2000

Par
Lors du premier prime de la Star Academy sur TF1, en octobre 2001.
Lors du premier prime de la Star Academy sur TF1, en octobre 2001.
© Maxppp - Philippe de Poulpiquet

Le télécrochet lancé en 2001 a marqué une génération, qui a grandi avec la Star Academy. L’émission revient sur TF1 ce samedi. Sur Twitch, deux vidéastes se sont replongés dans les premières saisons. Un retour dans le temps surprenant.

Quel est le point commun entre Jennifer, Elodie Frégé, Grégory Lemararchal ou encore Nolwenn Leroy ? Tous sont passés par la Star Academy. Le télécrochet culte des années 2000 revient samedi soir sur TF1, après quasiment dix ans d'absence. Les ingrédients sont les mêmes : Nikos Aliagas à la présentation, des jeunes chanteurs en devenir, un château pour les héberger, des 'primes' à la télévision. Les plus grandes stars sont venues sur le plateau chanter avec les académiciens lors des huit premières saisons : Johnny Hallyday, Elton John, Ray Charles, Madonna, Rihanna, Mariah Carey, etc.

Au printemps 2020, lors du premier confinement, le compte YouTube de la Star Academy a mis en ligne toutes les émissions. Du pain béni pour les fans de l’époque, et un moment idoine pour redécouvrir ces émissions et les candidats. Sur la plateforme de streaming Twitch, deux vidéastes Flonflon et Newtiteuf les ont visionnés et commentés. Moment de nostalgie, et de gêne parfois, face aux propos sexistes tenues par les candidats. Interview croisée.

Publicité

FRANCE INTER : Quels sont vos souvenirs de la Star Academy ?

NEWTITEUF (alias Julien) : "J’étais en école primaire, je me souviens que l’on regardait la Star Ac avec ma mère, tous les vendredis ou samedis, ça dépendait des saisons. J’ai vraiment commencé à suivre à partir de la saison 3. Avec toutes les stars, c’était un moment à passer en famille, un truc intergénérationnel. On débriefait le lundi avec nos amis à l’école. J’avais même fait un site internet de soutien à Grégory Lemarchal à l’époque."

FLONFLON (alias Benjamin) : "C’était une émission de mon enfance, surtout les trois premières saisons. Quand j’ai vu la teneur, je me suis dit ‘waouh, il va y avoir des choses à raconter’. J’ai retrouvé dans mes affaires la carte du fan-club membre de la Star Academy. Lors de la finale de la saison 1, qui a rassemblé 12 millions de téléspectateurs, je me souviens d’avoir voté pour Jennifer à l’époque. C’était comme une finale de Coupe du monde de foot."

Avec le recul, vous en pensez quoi de cette première saison de la Star Academy ?

Newtiteuf : "Elle est assez lunaire. Elle n’a rien à voir aux saisons suivantes. On sent que la production ne sait pas trop dans quoi elle se lance. Lors du premier 'prime', il y a seulement deux ou trois académiciens qui chantent. C’est très axé téléréalité au début. Au fur et à mesure de la saison 1, le vrai schéma se dessine, avec une émission qui met en avant les performances musicales et scéniques des candidats. On sent que c’est une autre époque. Il n’y a pas trop de règles. Des choses dites ne passeraient pas. Ils boivent de l’alcool à la télé.

Flonflon : "Ça ne ressemblait à rien le premier 'prime'. Il y a un aspect très téléréalité, la musique est secondaire. Pourtant, c’était l’argument de vente pour contrer à l’époque Love Story sur M6. Il n’y aucun rythme. Nikos cherche ses marques. Le rythme est lent, c’est assez chiant. On ne comprend pas la mécanique de sélection des candidats. Ils ne referont pas toutes ces erreurs sur les saisons suivantes."

Il y a des propos qui vous ont choqué ?

Flonflon : "Quand j’ai regardé le premier 'prime', je voulais savoir comment la musique était traitée à la télévision. Mais on se rend compte vite, que c’est grossophobe, misogyne, parfois homophobe, c’est un enchaînement catastrophique et cela ne s’arrange pas au fil des primes. Le premier 'prime' est parfois très violent à regarder. La présentation de Jennifer montre son tour de poitrine et son poids. On lui demande même de perdre des kilos. En 2001, c’était l’époque. Et même aujourd’hui, elle ne dirait pas qu’elle a souffert à l’époque, je pense. J’ai interviewé Michal, il m’a dit qu’il n’avait jamais ressenti de la violence dans les propos tenus. Nikos a été confronté à ça d’ailleurs dans l’émission de Sonia Devillers sur Inter. Quand j’ai commencé à regarder sur ma chaîne la Star Academy, je me suis dit "c’est trop drôle, je vais revoir le petit rigolo Jean-Pascal". Or, on se rend compte qu'il profère des insultes homophobes et qu'il est extrêmement sexiste."

L'invité de 9h10
19 min

En regardant les primes, vous avez remarqué que des candidats chantent faux ?

Newtiteuf : "Sur les deux premières saisons, ils ont vraiment pris des amateurs. Ils ont plus fait un casting téléréalité, qu’un casting de chanteurs. Sur les saisons suivantes, les candidats avaient les bases du chant. C’est très vintage la première saison, le plateau est cheap. Les vêtements des années 2000 sont aussi très datés. Au début, il n’y avait pas de musiciens sur scène. C’était limite des bandes karaoké qui étaient diffusées, de très mauvaise qualité sur les premiers 'primes', parfois ce n’était pas la bonne tonalité. Au fur et à mesure, ils avaient un orchestre, et même des orchestres philarmoniques."

Le plateau des primes, c’était aussi "the place to be" pour de nombreux artistes ?

Newtiteuf : "Toute la France était devant la Star Academy. C’était un tremplin pour faire la promo de son nouvel album et se faire connaître en France. Rihanna est venue pour le début de sa carrière et a enflammé la scène."

Flonflon : "De mémoire, sur le même 'prime', il y a l’enchaînement Stevie Wonder, Madonna et Johnny Hallyday. Il y même eu Ray Charles. Il n’y avait pas de plateforme qui pouvait faire un relais pour les maisons de disques."

Vous allez regarder la nouvelle saison ?

Newtiteuf : "Je vais forcément regarder. Si j’avais pu, j’aurais même participé, mais c’est autre chose, il faut savoir chanter... Regarder, ça me met des papillons dans le ventre. J’ai trop envie de découvrir ça. Le plus, c’est Nikos Aliagas à la présentation. C’est le taulier du direct. Le revoir à l’exercice, c’est quelque chose qui va être trop cool. La nouvelle saison va durer six semaines, contre 14 auparavant. J’ai peur que les cours ne soient pas si intéressants. J’ai peur que l’on prenne le côté apprentissage. Si ce sont déjà des bons chanteurs, ce sera redondant avec The Voice. Je vais faire des débriefs sur ma chaîne Twitch après les émissions."

Flonflon : "Je vais regarder par curiosité, et aussi parce que j’ai fait des ‘réacts’ sur les saisons précédentes. Je regarde The Voice, et j’ai envie de voir les talents de demain, quels sont les profils qui seront mis en avant. On sent bien que les gens aiment bien les émissions que j’appelle les émissions "doudou", nostalgiques, on a envie de se réfugier dedans. La nostalgie, ce sont des souvenirs altérés. Alors, avec cette nouvelle Star Ac, certains ne vont pas forcément retrouver le charme de l’époque."