Publicité

À Lyon, la mairie s'apprête à tailler dans la subvention du Centre de création musicale

Par
La baisse de la subvention au Grame devrait être votée ce jeudi par la ville
La baisse de la subvention au Grame devrait être votée ce jeudi par la ville
© AFP - Antoine Boureau

La ville devrait voter ce jeudi une coupe de 40% de la subvention allouée au Grame, centre national de création musicale. "Nous nous interrogeons sur l’intérêt que la municipalité porte à la création musicale", alerte Anouck Avisse, sa co-directrice.

De 172.000 à 105.000 euros, soit une coupe de 40%. La ville de Lyon devrait voter demain jeudi une baisse de la subvention municipale accordée au Grame, le Centre national de création musicale. "Nous pensions pouvoir parler ensemble de cette baisse, nous avons plutôt de très bon rapports avec la ville de Lyon. Mais elle n’était pas négociable", indique à France Musique Anouck Avisse, sa co-directrice. Le Grame a été convoqué en tout début d'année pour une réunion budgétaire, durant laquelle la ville a détaillé les raisons de ce choix. Pas d' "inadéquation" des projets du Grame avec la politique culturelle lyonnaise, mais une redistribution : "Beaucoup de structures municipales ont été touchées par des baisses de subvention de la région, comme la Villa Gillet, qui étaient en danger. La ville a donc décidé de se concentrer sur ces établissements municipaux."

Pas de programmation de septembre à décembre

Créé en 1982, le Grame développe, à Lyon et alentours, un large panel d'activités autour de la création musicale, de la réalisation à la diffusion d'œuvres en concert, dans le champ de la musique contemporaine. La structure dispose d'un budget total qui oscille entre 1 et 3 millions d'euros, en grande majorité versés par l'État. Il n'empêche que la décision interpelle. "Nous nous interrogeons sur l’intérêt que porte la ville de Lyon porte à la création musicale. C’est une ville qui a maintenu son budget à la culture dans une période difficile, une décision courageuse. Une baisse de 5 ou 10%, c’est une chose, une baisse de 40%, c'en est une autre", poursuit Anouck Avisse, qui pointe des conséquences à court terme : "Nous ne ferons pas de programmation de septembre à décembre, car nous n’en aurons pas les moyens. Très concrètement, nous devions aussi remplacer deux salariés, nous les remplacerons finalement par des contrats courts."

Publicité

Le Grame avait aussi décidé d'annualiser à partir de 2024 son festival, la Biennale des Musiques exploratoires, ce qui ne sera finalement pas possible au vu de la baisse annoncée de subvention. "Et je pense que globalement, au niveau des collectivités locales, la création musicale est souvent le parent pauvre. Nous avons jusque là été épargnés par des coupes de la région, mais le risque est grand, cela nous inquiète", conclut la co-directrice. Dans un communiqué, le Grame presse donc la municipalité de revenir sur sa décision : "Nous suggérons à l'adjointe au maire, madame Nathalie Perrin-Gilbert, de reconsidérer cette baisse, aux conseillers municipaux lyonnaise de ne pas la voter et au maire de Lyon de réaffirmer son soutien à la création musicale."