Publicité

La soprano russe Anna Netrebko se retire provisoirement de la scène

Par
En raison du conflit en Ukraine, la soprano russe Anna Netrebko se retire de la scène
En raison du conflit en Ukraine, la soprano russe Anna Netrebko se retire de la scène
© Maxppp - FLORIAN WIESER

Sommée de réagir face à la guerre en Ukraine, la soprano russe Anna Netrebko annonce son retrait de la scène musicale.

Nouvelles conséquences de la guerre en Ukraine. En raison d’un manque de position claire de la part d'Anna Netrebko contre le conflit mené par la Russie, le directeur du Bayerische Staatsoper Serge Dorny a annoncé sur Twitter l’annulation de tout engagement avec la soprano russe, ainsi qu'avec le chef d’orchestre Valery Gergiev :

« En raison de la terrible guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine et du manque de distance suffisante de la part de Valery Gergiev et Anna Netrebko, le Bayerische Staatsoper annulera ses engagements existants », annonce le directeur sur Twitter.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Comme pour Valery Gergiev, c'est la proximité d'Anna Netrebko avec le Kremlin qui pousse les institutions musicales à demander à l'artiste de clarifier sa position. En 2015, la soprano posait avec le drapeau des rebelles séparatistes pro-russes à Donetsk. Elle avait également remis un chèque d'un million de roubles au dirigeant ukrainien pro-russe Oleg Tsarev.

La soprano russe a pour sa part annoncé un retrait provisoire de la scène, préférant annuler ses engagements à Milan, Munich et Zurich en précisant que « ce n'est pas le bon moment pour [elle] de jouer et de faire de la musique ». Elle dénonce également l’obligation des artistes de se positionner pour ou contre le conflit en Ukraine :

« Forcer les artistes, ou toute personnalité publique, à exprimer leurs opinions politiques en public et à dénoncer leur patrie n'est pas juste. Cela devrait être un choix libre. Comme beaucoup de mes collègues, je ne suis pas une personne politique. Je ne suis pas un expert en politique. Je suis un artiste et mon but est d'unir les gens au-delà des clivages politiques. »

Le Metropolitan Opera de New York a également démontré une intolérance totale du silence de ses artistes face au conflit en Ukraine. Choisissant de ne pas répudier son soutien public de Vladimir Poutine, la soprano russe s'est faite ainsi limogée par le Met pour une durée de deux ans. Elle ne participera donc pas aux productions de Turandot et de Don Carlo.

«  C'est une grande perte artistique pour le Met et pour l'opéra, a déclaré dans un communiqué le directeur général du Met, Peter Gelb. Anna est l'une des plus grandes chanteuses de l'histoire du Met, mais alors que Poutine tue des victimes innocentes en Ukraine, il n'y avait aucune autre voie à suivre. »

D'autres artistes appellent également à plus de clarté, à l'instar de la mezzo-soprano lettone Elina Garanca qui déclare sur son compte Facebook :  « Je ne peux pas soutenir les personnes qui soutiennent Poutine et son régime, même si elles sont piégées par l'impossibilité de faire une déclaration honnête ».

À lire aussi : Partout dans le monde, des institutions et artistes russes mis au ban