Publicité

Adèle Charvet remplace au pied levé un soliste dans le Messie de Haendel à Radio France

Par
Adèle Charvet, lauréate du prix d'honneur du Verbier Festival
Adèle Charvet, lauréate du prix d'honneur du Verbier Festival
© Radio France - Alice Pacaud

Mardi 1er octobre, à l’Auditorium de Radio France, la mezzo-soprano Adèle Charvet a remplacé au pied levé le contre-ténor David DQ Lee qui ne pouvait plus chanter, en pleine représentation du Messie de Haendel. Elle était seulement venue assister au concert.

« J’ai rarement autant tremblé avant de monter sur scène ». Mardi 1er octobre, Adèle Charvet pensait simplement assister à une représentation du Messie de Haendel, un concert qui ouvrait la saison baroque de l'Auditorium de Radio France et dirigé par son ami, le chef Valentin Tournet, à la tête de La Chapelle Harmonique. Installée dans le public pendant la première partie, c’est cependant sur scène qu’elle a vécu la seconde. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

« Pendant l’entracte, je suis allée demander si tout se passait bien. On m’a répondu que pas du tout », raconte la mezzo-soprano. On lui explique alors que le contre-ténor David DQ Lee « ne peut plus chanter une note » et qu’il « annule tout ». Il faut donc le remplacer, et rapidement une solution s’impose : c’est elle qui montera sur scène. Pourtant, Adèle Charvet n’a jamais chanté le Messie, « je ne connaissais pas du tout la partition, je ne l’avais pas dans l’oreille ». Elle court donc retrouver le chef et part en coulisses déchiffrer la partition, à l’aide du ténor David Webb et de la violoncelliste Natalia Timofeeva. 

Publicité

Il restait un air entier, un récitatif et un duo avec le ténor. « Au début, avec le stress, je me trompais tout le temps en répétant, mais j’ai continué, c’était la seule solution », relate Adèle Charvet avant d'ajouter qu'elle a « le goût du challenge ». 

Après avoir déchiffré la partition pendant un quart d’heure, c’est les mains tremblantes que la mezzo-soprano entre en scène, « en jeans et t-shirt, au milieu de tous les chanteurs, super classes, habillés en noir ». 

Quelques palpitations cardiaques plus tard, la chanteuse a quitté la scène sous l'ovation du public, après avoir chanté pendant toute la seconde partie. « C’était une sacré aventure », conclut-elle, tenant à souligner la bienveillance et l’encouragement de tous les musiciens à son égard. Une aventure qui l’a tout de même tenue éveillée jusqu’à trois heures du matin, « impossible de m’endormir, j’étais trop pleine d’adrénaline ». 

Un concert enregistré par France Musique et qui sera diffusé le mardi 5 novembre à 20h.