Publicité

Au Conservatoire Royal de Bruxelles, l’organisation de concerts classiques confiée à des détenus

Par
La salle du Conservatoire Royal de Bruxelles va accueillir un spectacle monté par des détenus.
La salle du Conservatoire Royal de Bruxelles va accueillir un spectacle monté par des détenus.
- Conservatoire Royal de Bruxelles

Pour la première fois, des détenus belges en réinsertion et des patients d’institutions psychiatriques vont présenter un concert classique qu’ils ont imaginé et organisé en-dehors de leurs prisons, institutions psychiatriques ou centres de désintoxication.

Avec le projet Escapades, imaginé par le compositeur Patrick de Clerck et son collectif ASBL Music Projects for Brussels, le pouvoir libérateur de la musique prend tout son sens. Le but : permettre la réinsertion de détenus et de patients d’institutions psychiatriques par l’organisation de concerts classiques, désormais ouverts au grand public.

Pendant de nombreux mois, à raison de plusieurs séances hebdomadaires, les détenus et patients volontaires écoutent, certains pour la première fois, les musiques de compositeurs comme Bach, Haydn, Cage ou même Fafchamps et échangent leurs impressions sur les extraits entendus. Après quoi, tous ensemble, ils déterminent un programme, imaginent l’affiche et commencent leur travail d’organisation, tout en tentant de respecter un budget, pour monter un concert. C’est à eux, également, que revient de choisir quels solistes prendront place sur leur scène. « Comme ce sont des gens qui sont peu acculturés avec la musique classique, ils choisissent les artistes en fonction de leur qualité réelle, et non en raison de leur popularité », abonde Patrick de Clerck.

Publicité

« Ce travail au long cours participe activement à la construction de l’estime et de la confiance en soi des participants, développe l’ASBL. Pour beaucoup d’entre eux, la série de concerts représente un tremplin, un point de stabilisation pour la période fragile de transition qui suit leur libération ou leur réinsertion. »

Préparer sa sortie avec la musique classique

Après cette création et tout leur travail, les ex-détenus, tout comme les ex-patients d’hôpitaux psychiatriques, peuvent prétendre à des stages rémunérés à Bozar, le Palais des beaux-arts de Bruxelles, qui rassemble de larges disciplines, qu’il s’agisse de musique, d’arts plastiques, de théâtre, de danse, de littérature, de cinéma ou d’architecture.

« Je voulais faire quelque chose d’extrêmement ambitieux et prouver que la haute culture peut changer des gens dans la société », poursuit Patrick de Clerck. Le compositeur était également à l’origine, il y a quelques années, d’un projet similaire, lancé avec des détenus de la prison de Forest (l’une des communes de la région Bruxelles-Capitale). En 2019, pendant quatre mois, neuf détenus s’étaient réunis afin d’organiser deux concerts de musique classique.

À lire aussi : En prison, la musique et la danse comme outils de réinsertion sociale

Cette année, pour la première fois, les concerts organisés par les détenus et les patients de ces institutions psychiatriques se dérouleront hors des prisons, institutions psychiatriques et centres de désintoxication, où ils étaient précédemment distribués. Le concert d’ouverture aura lieu le 4 mars au Conservatoire Royal de Bruxelles, avec la participation de la violoniste coréenne Clara-Jumi Kang accompagnée du pianiste Sunwook Kim. Jusqu’au 9 juin, une série de représentations sera présentée dans la prestigieuse salle de spectacle de la capitale belge.