Publicité

Brexit : les musiciens britanniques dispensés de visa pour 19 pays de l'Union Européenne

Par
Sir Simon Rattle au festival d'Aix le mois dernier. Il faisait partie de ceux qui réclamaient la simplification des tournées pour les musiciens britanniques dans l'UE
Sir Simon Rattle au festival d'Aix le mois dernier. Il faisait partie de ceux qui réclamaient la simplification des tournées pour les musiciens britanniques dans l'UE
© Radio France - Louis-Valentin Lopez

Les artistes n'auront plus besoin de présenter de visa ou de permis de travail pour "les tournées de courte durée" dans l'UE. Cela concerne la France, l'Allemagne ou encore l'Italie.

C'est un soulagement pour les musiciens, qui réclamaient la mesure depuis de longs mois. Le gouvernement britannique annonce ce mercredi sur son site officiel être parvenu à un accord : les artistes n'auront plus besoin de présenter de visa ou de permis de travail pour "les tournées de courte durée" dans 19 pays de l'Union Européenne. Cela concerne la France, l'Italie, l'Allemagne, l'Autriche, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, le Danemark, la Suède, la Finlande, l'Irlande, la Slovénie, la Pologne et les trois états baltes (Lettonie, Lituanie, Estonie). 

Certains pays en revanche n'ont pas ratifié l'accord, comme l'Espagne, le Portugal ou encore la Grèce. Le gouvernement s'adresse à eux : "Nous leur demandons d'aligner leurs dispositions sur les règles généreuses du Royaume-Uni, qui permettent aux artistes en tournée et au personnel qui voyage avec eux de venir au Royaume-Uni pour une durée maximum de trois mois sans visa."

Publicité

À lire aussi : Au Royaume-Uni, une plateforme pour aider les musiciens à faire repartir leur carrière

"Faire des tournées facilement à l'étranger"

"Nous souhaitons que les fantastiques artistes britanniques, ainsi que les autres professionnels de la culture, puissent faire des tournées facilement à l'étranger", indique aussi le gouvernement. De nombreuses voix, comme celle de Sir Simon Rattle, dénonçaient le casse-tête administratif auquel les musiciens étaient confrontés depuis le Brexit pour pouvoir se produire dans l'UE. "Depuis sa création, le London Symphony Orchestra a été une formation internationale. Ça va le devenir de moins en moins", regrettait ainsi Simon Rattle le mois dernier, précisant que la nationalité britannique avait été demandée pour les musiciens français du LSO.

À lire aussi : À Aix, le London Symphony Orchestra confronté aux premiers effets du Brexit