Publicité

Chanter dans une maîtrise, comment ça marche ?

Par
La Maîtrise de Radio France
La Maîtrise de Radio France
© Radio France - H. Béraud / RF

Ensemble vocal constitué des voix d’enfants, on associe souvent la maîtrise à la liturgie catholique. Or, une maîtrise est surtout un moyen pour les collégiens et parfois des lycéens de mener de front les études et une formation musicale complète.

Selon le recensement de l’Institut français d’art choral de 2018, on compte en France une cinquantaine de maîtrises. Selon certaines statistiques, somme toute assez rares, les enfants qui chantent dans des maîtrises ne représentent qu'environ 3% de l'ensemble des élèves qui suivent une formation musicale en écoles de musique et dans les conservatoires. Pourtant, les maîtrises participent bel et bien aux dispositifs qui permettent aux élèves de la fin de primaire et du collège de suivre un enseignement général tout en poursuivant une pratique musicale de haut niveau.

Les maîtrises, des chœurs d’enfants rattachés à l’Eglise

Faux. Aujourd’hui, le terme «  maîtrise » renvoie d’abord à un chœur d’enfants qui reçoivent en parallèle de leur cursus scolaire en horaires aménagés, un enseignement musical complet. Pour schématiser, les maîtrisiens suivent le programme scolaire habituel le matin et se consacrent à la musique l’après-midi.

Publicité

Cependant, les maîtrises sont historiquement liées à la liturgie : pendant des siècles, du Moyen Âge à la Révolution française, les maîtrises désignaient à la fois un ensemble vocal et une école et dispensaient une formation musicale de haut niveau et une solide formation générale et religieuse. Leur fonction première étant de chanter le répertoire sacré pour les besoins de la liturgie, mais elles offraient en même temps un accès très prisé à l’instruction et une promesse d’ascension sociale pour des familles dont les garçons sélectionnés bénéficiaient aussi d’une formation à la musique, parfois à l’instrument et à la composition. C'était en quelque sorte l'antichambre d'une carrière, soit au sein de l'Eglise, soit à la cour du roi. De nombreux musiciens : Bach, Schubert, et en France Couperin ou Rameau, ont reçu au sein de la maîtrise leur formation musicale initiale.

Mais à la différence des autres pays européens, la tradition des maîtrises en France s’interrompt avec la Révolution. Supprimées en 1791,  elles sont remplacées par le Conservatoire de Paris,  créé en 1784 par Louis XVI, qui centralise désormais l’éducation musicale.

Les écoles du chant disparaissent presque entièrement des églises françaises. Leur renouveau sera lent : quelques maîtrises rattachées aux cathédrales peinent à subsister, et c'est notamment la fondation des Petits Chanteurs à la croix de bois, en 1906, constitué comme un ensemble vocal indépendant de toute paroisse ou cathédrale, qui marque un tournant. Composé exclusivement de garçons qui chantent le répertoire sacré, le chœur dispense une formation musicale autour de la voix en dehors du temps scolaire, pendant les week-ends et les vacances.

Il faudra attendre les années 1980 pour que les maîtrises en France reprennent véritablement leur forme actuelle. L’initiative vient du Ministère de la Culture qui voit dans le chant choral le moyen le plus démocratique d’accéder à une formation artistique des enfants. Avec le ministère de l'Education nationale, une politique volontariste de renouveau des maîtrises traditionnelles et de création de nouvelles structures est mise en place. En plus des maîtrises existantes - les quelques maîtrises rattachées aux cathédrales (Rheims ou Dijon) ou la maîtrise de Radio France fondée en 1946, de nouvelles structures voient le jour : la maîtrise du Centre de Musique Baroque de Versailles, par exemple, ou encore les maîtrises régionales, notamment en Bretagne, Nord-Pas-de-Calais, Pays-de-la-Loire, Bourgogne, soutenues aussi par les collectivités territoriales. Aujourd'hui, les maîtrises, parfois appelées les manécanteries, rattachées à l'église ne représentent qu'un tiers du nombre total des maîtrises en France.

Et cette politique commence à porter ses fruits, estime Gilles Gérard, directeur artistique de la Maîtrise de Sainte-Anne-d'Auray située dans le Morbihan : « Ce n'est pas comme les maîtrises anglaises, où les parents et les grands-parents eux - mêmes étaient petits choristes dans les cathédrales, et dont les enfants ont reproduit la tradition, il faudrait 200 ans pour y arriver. Mais ça fait quand même presque 40 ans, et là, on commence à voir des exemples des enfants qui sont des enfants des anciens maîtrisiens qui rejoignent la maîtrise. On parle des choses très infimes, mais ça vient quand-même. »

Il faut être inscrit dans une école privée pour intégrer une maîtrise

Pas du tout. L’aménagement horaire se fait dans le cadre d’un dispositif reconnu par l’Education nationale aussi bien dans les établissements publics que dans les établissements sous contrat privé. Toutes les maîtrises dites religieuses, à savoir dépendant d'une église, sont rattachées aux établissements privés, mais les ¾ des formations relèvent du public et sont en même temps rattachées à une autre structure ou institution que l'église : école de musique ou conservatoire, institutions musicales, à un opéra, une radio…

Les élèves ne suivent pas le même programme scolaire que les élèves non-musiciens

Faux. L'allègement des horaires sur l’ensemble du programme ne signifie pas pour autant la suppression de certaines matières : selon les textes, toutes les disciplines figurant au programme sont dispensées, mais peuvent être organisées différemment. Déployé en général du CE1 jusqu'à la fin de la 3e, et dans certains cas, au lycée, l’aménagement d’horaires peut prendre plusieurs formes : un mi-temps pédagogique (environ 1/3 des maîtrises, dont la Maîtrise de Radio France ou la Maîtrise populaire de l'Opéra comique), en dispositif CHAM (classes à horaire aménagé musique) ou horaires intégrés. Pour palier la réduction du volume horaire dans l'enseignement général, les enseignants adaptent la pédagogie au rythme des maîtrisiens, y compris par rapport aux contraintes des répétions extra-scolaires, concerts et tournées. Il va sans dire que cette organisation demande du maîtrisien ou de la maîtrisienne une autonomie et une discipline de travail de haut vol.

À lire : Classes à horaires aménagés : comment ça marche ?

Il n’y a que des filles dans les maîtrises

Faux. D’autant plus que, historiquement, les maîtrises au sein des églises furent réservées uniquement aux jeunes garçons, les femmes étant interdites de chanter à l’église. Depuis les années 1970, la généralisation de la mixité dans l'éducation s'est accompagnée par le développement des chœurs d’enfants mixtes, sauf quelques exceptions, comme la Maîtrise de Sainte-Croix de Neuilly, ensemble fondé il y a 65 ans, qui a gardé le chœur historique des garçons comme sa marque de fabrique « pour garder la couleur tout à fait exceptionnelle qui est la couleur des voix de garçons. » Rattachée au collège lycée privée de Sainte-Croix de Neuilly, cette maîtrise s'est quand même dotée d'un choeur de jeunes filles à la demande des familles des élèves. Deux autres maîtrises non mixtes, celles de Colmar et de Caen sont rattachées aux établissements scolaires publics.

Ceci étant dit, les maîtrises restent majoritairement féminines, avec un peu plus de 60% de filles. Un chiffre qui reflète une tendance générale : le chant choral en France est une pratique majoritairement féminine.

Les maîtrises sont réservées aux petits musiciens

Faux. Le recrutement se faisant sur audition, aucune formation préalable en musique n'est requise, même si évidemment elle peut constituer un avantage. L'audition est le plus souvent composée d'un test d’écoute et de chant pour vérifier la santé vocale de l'enfant, la justesse et l’écoute, et d'un entretien pour connaître la motivation de l'enfant. Certaines maîtrises mettent à disposition des candidats une liste des chants à préparer, comme la Maîtrise de Radio France, d'autres laissent le choix libre. Même si les compétences musicales de l'enfant sont importantes, ce qui pèse quasiment autant dans la balance, c'est la motivation de l'élève et de la famille à s'engager dans un cursus relativement chargé et exigeant autour du chant choral.

Outre le chant choral, les maîtrises proposent généralement la formation musicale, la pratique d’un ou de plusieurs autres instruments que la voix, pratique d’ensemble, parfois la composition, la direction de chœur, ou les arts de la scène,  apprentissage des langues étrangères…ou encore des modules particuliers, comme le chansigne ou les claquettes pour la Maîtrise populaire de l'Opéra comique à Paris, ou l'initiation au chant grégorien et la préparation à l'option Bac Musique pour la Maîtrise de Sainte-Anne-d'Auray.  Donc forcément, la motivation du candidat pour intégrer un cursus à très forte dimension pratique et théorique, est primordiale. Et le dispositif a l'air de bien intégrer cette diversité des profils : le taux d'abandon est très faible dans des maîtrises comparé aux 40% des élèves qui arrêtent à la fin du 2e cycle dans les conservatoires de musique.

Et s'il n'y a pas de maîtrise près de chez moi ?

L'accès aux classes à horaires aménagés et aux maîtrises n'est pas sectorisé, chaque candidature sera pris en compte. L'origine sociale du candidat, comme d'ailleurs sa provenance géographique, n'a aucune importance. Les maîtrises sont un outil d’inclusion aussi sur le plan social. Comme le critère principal d’intégrer une classe à horaires aménagés est la motivation de s’engager dans un parcours artistique, c’est aussi le moyen d’intégrer tous les élèves.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

C'est même l'une des revendications fortes pour les maîtrises à forte dimension sociale, comme l'antenne de Bondy de la Maîtrise de Radio France, appartenant au réseau d'éducation prioritaire (REP), ou de la Maîtrise populaire de l'Opéra comique. Ainsi au moment des recrutements, en plus d'une audition traditionnelle, les deux formations auditionnent tous les élèves de CM2 dans différents établissements du REP.  « J'écoute 200 à 300 CM2. Et parmi ces enfants on détecte les petits talents et les grandes envies qui forment la moitié de notre effectif pour la rentrée en 6e » raconte Sarah Koné, directrice musicale de la Maîtrise populaire de l'Opéra comique.

D'autres formations, à l'image de la Maîtrise de Sainte-Anne-d'Auray située dans le Morbihan, en milieu rural, profitent de la période de recrutement pour faire de la sensibilisation au chant choral en organisant des ateliers auprès des enfants éloignés de la pratique musicale. « Une grande majorité des enfants découvrent le chant choral. Par la médiation la pratique chorale et la musique se révèlent aux gens parce qu'ils ne savaient pas que ça pouvait exister, tout simplement, » raconte Gilles Gérard.

En savoir plus : Sarah Koné, cheffe de chœur : "Je n'aime pas les frontières, j'essaie de les gommer de ma vie"

Parfois le désir d'intégrer une structure artistique prestigieuse comme la Maîtrise de Radio France oblige l'élève (et parfois la famille entière) à changer non seulement de quartier, mais aussi de région. Par contre, les contraintes logistiques et financières peuvent parfois être décisives si l'élève habite trop loin de l'établissement scolaire et de l'établissement artistique.

Intégrer une maîtrise, cela coûte cher

Pas du tout, l'enseignement y est gratuit. Selon la loi sur la gratuité de l’enseignement obligatoire en France, les classes à horaires aménagés ne sont pas payantes. Par contre, la plupart des maîtrises demandent une cotisation comparable aux tarifs pratiqués dans les conservatoires et écoles de musique. Quelques - unes sont gratuites, mais toutes  peuvent demander aux familles de participer financièrement à certains frais liés au matériel ou aux déplacements. Globalement, les maîtrises qui ne demandent aucune cotisation s’attachent à être complètement gratuites, traduisant là une véritable politique de gratuité, poursuivant un objectif social.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une classe à horaires aménagés mène vers des métiers artistiques

Faux. Nombre des témoignages des anciens maîtrisiens de Radio France prouvent le contraire. D'autant plus que le cursus dans une maîtrise s'arrête généralement en fin de 3e, peu de structures continuent à proposer un cursus complet au lycée.

Cela est d'ailleurs un problème pour de nombreux élèves, formés depuis leur plus jeune âge non seulement à une pratique musicale intensive, mais aussi au métier d'artiste. A la sortie de la maîtrise, à l'âge de 14 ou 15 ans, les anciens maîtrisiens qui veulent continuer à chanter s'orientent le plus souvent vers l'enseignement spécialisé en école de musique et au conservatoire, vers l’option musicale au lycée ou intègrent un chœur de jeunes. Mais comme il n'y a pas vraiment d'équivalence à leur niveau de formation, qu'ils sont trop jeunes pour intégrer une filière de chant au conservatoire, la fin du cursus dans une maîtrise est souvent vécue comme une rupture.

Certaines maîtrises permettent de poursuivre le cursus au lycée comme la Maîtrise de Radio France, par exemple, d'autres ont mis en place des équivalences : à la maîtrise du CNR de Lyon existe une classe préparatoire dite de « pré-chant » à la classe de chant du conservatoire, alors que la Maîtrise du CMBV propose, après un cursus en horaires aménagés du CP à la fin du collège, d'intégrer le choeur des jeunes avant de rejoindre une formation professionnelle supérieure de chant baroque à l'âge de 18 ans.

En savoir plus : Les anciennes maîtrisiennes de Bondy racontent leur maîtrise