Publicité

Concert improvisé devant le Ministère de la Culture : les artistes mobilisés contre le couvre-feu

Par
Roselyne Bachelot, Ministre de la Culture
Roselyne Bachelot, Ministre de la Culture
© Getty - Francois G. Durand / French Select

Très touché par le couvre-feu, le spectacle vivant se mobilise par un “Concert à Roselyne”, prévu demain à 15h devant le Ministère de la Culture.

Pour faire face au couvre-feu imposé dans huit métropoles françaises de 21h à 6h pour au moins quatre semaines, des artistes ont décidé d’organiser un concert baptisé "Concert à Roselyne", devant le Ministère de la Culture demain à 15h, soit une semaine jour pour jour après les annonces du gouvernement.

À réécouter : Couvre-feu : tensions entre Castex et Bachelot

Les organisateurs ont mis en ligne quelques partitions sur le compte Facebook de l’événement, aux titres évocateurs : “Va pensiero”, le célèbre choeur des esclaves tiré de Nabucco de Verdi, la Sarabande de Haendel, Le Déserteur de Boris Vian et la chanson Bella Ciao.

Publicité

Dans une interview accordée à La Lettre du Musicien, le pianiste et compositeur Grégoire Letouvet, au cœur de l’événement, invite tout le monde du spectacle vivant, “les artistes, les producteurs, les lieux de spectacles” à participer au concert. Selon lui, le couvre-feu est “un véritable drame pour tout le monde du spectacle vivant”. Ne pouvant avancer leurs horaires, un certain nombre de salles doivent fermer, notamment “la moitié des clubs de jazz”. Et pour les autres, peu de chance d’avoir beaucoup de public à 18h… 

Grégoire Letouvet a déclaré à La Lettre du Musicien trouver la situation “injuste" : "nous nous sommes tus, en essayant de sauver nos structures, en nous adaptant. Nous avons drastiquement adopté les mesures sanitaires demandées et, jusqu’à preuve du contraire, aucun foyer de contamination n’est parti d’une salle de spectacle.”

Il espère que les salles de spectacles et les cinémas obtiendront une dérogation pour décaler l’horaire du couvre-feu d'une heure.

À lire aussi : Couvre-feu : Castex écarte tout assouplissement pour le monde de la culture