Bach : Messe en si mineur BWV 232

Publicité
Bach : Messe en si mineur BWV 232 Publié le

Leonardo García Alarcón dirige l'Orchestre philharmonique de Radio France et le Choeur de Radio France dans la Messe en si de Bach, avec Mariana Flores, Marianne Beate Kielland, Paulin Bündgen et Julian Prégardien.

L’œuvre d’une vie ? Littéralement. La gestation de la Messe en si mineur s’étale sur trente-cinq ans, de 1714 à 1749, et continue bien après la mort du compositeur Jean-Sébastien Bach en 1750.  

En 1724, Bach dirige lui-même un des mouvements du Sanctus pour chœur à 6 voix et orchestre, le jour de Noël à l’église Saint-Thomas de Leipzig. Dix ans auparavant, en 1714, à Weimar, il a composé sa Cantate BWV 12 « Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen », dont l’ouverture deviendra le « Crucifixus » de la Messe en si mineur, un des sommets émotionnels de toute la messe. 

Publicité

Toute sa vie, Bach compose, sans le savoir, des fragments de son immense Messe en si mineur dissimulés dans ses cantates : le « Laudamus te » provient de sa Cantate BWV Anh. I 14 « Sein Segen fliesst daher wie ein Strom » (1725), le « Et expecto » provient de la Cantate BWV 120 « Gott, man lobet dich in der Stille » (1730), etc. Cette Messe en si mineur est le fruit du principe dit de parodie : appliquer des paroles nouvelles sur de la musique qui a été pensée pour d’autres mots. Ce principe était fréquemment utilisé, et ce n’est qu’après Bach que le concept de parodie musicale, voire de reprise, est apparu dans une lumière défavorable. 

25 min

C’est en revanche en 1733 que le grand projet de mise en musique de la messe catholique voit le jour. Il faut savoir que la présence des cinq épisodes (Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus et Agnus) est propre aux catholiques. Les luthériens quant à eux composaient des Missae, avec uniquement le Kyrie et le Gloria. Bach écrit en 1733 une Missa pour l’envoyer à l’électeur de Saxe, Friedrich August II, à Dresde, en sollicitant le titre de Kapellmeister de la cour de Saxe (titre qu’il reçoit en 1736). Avec cette Missa, Bach confirme sa vision esthétique, religieuse et musicale, au sein du débat souvent houleux entre piété et orthodoxie dans la religion luthérienne : il montrera toute sa vie une affection toute particulière pour l’intime spiritualité de la piété dont la musique est le parfait véhicule.

Kyrie et Gloria

  1. Kyrie eleison 
  2. Christe eleison 
  3. Kyrie eleison 
  4. Gloria in excelsis 
  5. Et in terra pax 
  6. Laudamus te 
  7. Gratias agimus tibi 
  8. Domine Deus 
  9. Qui tollis peccata mundi 
  10. Qui sedes ad dexteram Patris 
  11. Quoniam tu solus sanctus 
  12. Cum Sancto Spiritu

Credo

  1. Credo in unum Deum 
  2. Patrem omnipotentem 
  3. Et in unum Dominum 
  4. Et incarnatus est 
  5. Crucifixus 
  6. Et resurrexit 
  7. Et in Spiritum Sanctum 
  8. Confiteor 
  9. Et expecto

Sanctus

  1. Sanctus

Osanna, Benedictus, Agnus Dei, Dona nobis pacem

  1. Osanna 
  2. Benedictus 
  3. Osanna 
  4. Agnus Dei 
  5. Dona nobis pacem

Compositeur.rice.s

Portrait de Johann Sebastian Bach, Staatliche Museen, Berlin
Portrait de Johann Sebastian Bach, Staatliche Museen, Berlin

Artistes

Leonardo Garcia Alarcon
Chef d'orchestre
Thibaut Lenaerts
Chef de choeur
Mariana Flores
Interprète
Julian Prégardien
Interprète
Andreas Wolf
Interprète
Des mêmes compositeur.rice.s
vidéo
Bach : Variation 30 (Quodlibet) des Variations Goldberg BWV 988
Bach : Variation 30 (Quodlibet) des Variations Goldberg BWV 988
Fanny Vicens (accordéon) interprète la variation 30 (Quodlibet) des "Variations Goldberg BWV 988" de Jean-Sébastien Bach.
vidéo
Bach : Variations Goldberg BWV 988 - Aria / Variations 1, 13 et 14
Bach : Variations Goldberg BWV 988 - Aria / Variations 1, 13 et 14
Fanny Vicens (accordéon) interprète l'Aria, ainsi que les Variations 1, 13 et 14 des "Variations Goldberg BWV 988" de Jean-Sébastien Bach.
vidéo
Bach : Prélude en ut majeur BWV 846a (Petit Livre de Wilhelm Friedemann)
Bach : Prélude en ut majeur BWV 846a (Petit Livre de Wilhelm Friedemann)
Benjamin Alard interprète au clavicorde le "Prélude en ut majeur BWV 846a" du "Petit Livre de Wilhelm Friedemann" de Jean-Sébastien Bach.