Beethoven : Sonate pour piano n°18 (T. de Williencourt) - #BeethovenIntégrale
Beethoven : Sonate pour piano n°18 (T. de Williencourt) - #BeethovenIntégrale

Beethoven : Sonate pour piano n°18 en mi bémol majeur op. 31 n°3

22 min
Publicité
Beethoven : Sonate pour piano n°18 en mi bémol majeur op. 31 n°3 Publié le

Le pianiste Tanguy de Williencourt joue la Sonate pour piano n°18 en mi bémol majeur op. 31 n°3 composée par Beethoven en 1802.

En octobre 1802, Beethoven rédige le « Testament de Heiligenstadt », une lettre destinée à ses frères, jamais envoyée, et qui sera retrouvée dans ses papiers après sa mort : il y confie les progrès inéluctables de la surdité, sa tentation du suicide, puis sa volonté d’affronter le destin. Mais force est de constater que toutes les œuvres composées en 1802 ne reflètent pas ce sombre état d’esprit. Dans l’opus 31, seule « La Tempête » pourrait traduire cette tension intérieure. Les deux autres sonates, elles, se distinguent par leur ton humoristique

De prime abord, la Sonate n° 18 intrigue, amorcée sur un accord instable : le pianiste commencerait-il au milieu d’une phrase dont il aurait malicieusement coupé les premières mesures ? Les ralentis et les silences (effets exploités également dans le Scherzo et le finale) ajoutent à l’indécision. Plus loin, lorsque le début du développement fait entendre les accords initiaux, on a l’impression de revenir en arrière : une ruse déjà présente dans la Sonate n° 16. Ce suspens met d’autant plus en valeur le caractère espiègle et sémillant de ce mouvement.

Publicité

Fait inhabituel, Beethoven place à la suite un Scherzo et un Menuetto. On pourrait craindre une trop forte proximité de structure et d’esprit entre les deux mouvements. Il n’en est rien, le Scherzo se coulant dans une forme sonate, tandis que le menuet adopte la construction habituelle avec trio central. Ce deuxième accentue les effets humoristiques de l’Allegro initial en opposant la légèreté de lignes staccato au fracas d’accords (faussement ?) péremptoires. En l’absence de mouvement lent, le Menuetto chante avec grâce, avant la tarentelle endiablée qui referme la partition. Seul mouvement de toute la production de Beethoven à porter l’indication Presto con fuoco, le finale mêle au joyeux tournoiement de son thème principal une effervescence volcanique.

Structure

  1. Allegro
  2. Scherzo ; Allegretto vivace
  3. Menuetto ; Moderato e grazioso
  4. Presto con fuoco

Compositeur.rice.s

Ludwig van Beethoven
Ludwig van Beethoven

Artistes

Des mêmes compositeur.rice.s
vidéo
Ludwig van Beethoven : Quatuor à cordes n° 2 en sol majeur op. 18 n° 2 - I. Allegro
Ludwig van Beethoven : Quatuor à cordes n° 2 en sol majeur op. 18 n° 2 - I. Allegro
vidéo
Beethoven : Trio avec piano n° 5 en ré majeur op. 70 n° 1 (Allegro vivace e con brio)
Beethoven : Trio avec piano n° 5 en ré majeur op. 70 n° 1 (Allegro vivace e con brio)
Le Trio Ernest interprète Trio avec piano n° 5 en ré majeur op. 70 n° 1 "des Esprits" de Beethoven. Une émission enregistrée le 23 janvier 2021 au Théâtre de l'Alliance Française et présentée par Clément Rochefort.
vidéo
Ludwig van Beethoven : Sonate n° 23 en fa mineur op. 57 "Appassionata", I. Allegro assai
Ludwig van Beethoven : Sonate n° 23 en fa mineur op. 57 "Appassionata", I. Allegro assai
Le pianiste Gabriel Cassagnes interprète le premier mouvement (Allegro assai) de la Sonate n° 23 en fa mineur op. 57 "Appassionata" de Ludwig van Beethoven. Extrait du concert Génération France Musique, le Live, enregistré le 2 décembre 2020.