Thea Musgrave : Black Tambourine (extraits)

Thea Musgrave : Black Tambourine (extraits)

Publié le

Sous la direction de Morgan Jourdain, la Maîtrise de Radio France et l'ensemble Links interprètent deux extraits de Black Tambourine, de Thea Musgrave.

  1. North Labrador
  2. Legend

« Au revoir tout le monde », tels ont été les derniers mots de Hart Crane au moment où le poète s’est jeté dans la mer des Caraïbes depuis le pont d’un paquebot. Il n’avait pas encore fêté ses trente-trois ans, déjà abîmé par le doute, les soucis financiers et l’alcool. Inspiré par Rimbaud, il avait publié quelques années plus tôt son premier recueil, White Buildings, chantant le mythe de Faust et d’Hélène comme les lettres d’amour de sa grand-mère. Marquée par l’homosexualité, la quête de l’amour et la modernité américaine, sa poésie s’avère souvent obscure. Terrible vision que celle de « l’homme noir, désespéré dans la cave, [qui] erre dans un royaume intermédiaire, sombre, qui ment ». L’image d’un tambourin accroché au mur, et l’évocation d’une carcasse attaquée par les mouches en Afrique rappellent bien sûr le psaume des juifs captifs se souvenant de Sion, ce même psaume que Zad Moultaka mettra en musique des années plus tard, en grec cette fois.

Née en Angleterre, ancienne élève de Nadia Boulanger en France, Thea Musgrave se rend en 1958 au Festival de Tanglewood et devient l’élève d’Aaron Copland. Est-ce à lui qu’elle doit sa découverte de la poésie de Hart Crane ? Le célèbre ballet Appalachian Spring avait lui-même emprunté son titre à un vers des White Buildings. Enseignante à l’université de Californie puis au Queen’s College de l’université de New York, déjà récipiendaire du prix Koussevitzky et de deux bourses de la fondation Guggenheim, Thea Musgrave imagine avec Black Tambourine une étonnante combinaison vocale et instrumentale.

Ce sont en effet les membres du chœur qui sont appelés à jouer des percussions : tambourin, cymbale suspendue, caisse claire, triangle, bongos, maracas et autres crotales. Les percussions, précise la compositrice, doivent être si possible disposées à l’arrière du chœur afin de ne point être trop évidentes et de se fondre dans l’ensemble. Un choriste peut être même appelé à jouer directement dans les cordes du piano à queue. Accompagnant le texte lu de Black Tambourine par de simples vocalises, les voix préservent généralement l’intelligibilité des poèmes. Alternant entrées décalées et sections homorythmiques, la polyphonie varie notamment les effets par l’ajout ou le retrait des voix, comme pour « instrumenter » les mots. Et les voix de faire surgir la propre musique des vers obscurs comme pour répondre à la question de de Hart Crane : « Le silence est-il assez fort pour ramener la musique à sa source ? »

À réécouter : 1988, Thea Musgrave crée The Seasons

Artistes

Morgan Jourdain
Chef de choeur
Des mêmes compositeur.rice.s
vidéo
Xenakis : Persephassa (Collectif Xenakis)
Xenakis : Persephassa (Collectif Xenakis)
Le Collectif Xenakis (Adélaide Ferrière, Emmanuel Curt, Jean-Baptiste Bonnard, Emmanuel Jacquet, Othman Louati et Rodolphe Thér) interprète Persephassa, de Iannis Xenakis.
27 min
vidéo
Xenakis : Okho (Trio Xenakis)
Xenakis : Okho (Trio Xenakis)
Le Trio Xenakis (Adélaide Ferrière, Emmanuel Jacquet et Rodolphe Thér) interprète Okho, pièce composée en 1989 par Iannis Xenakis. Extrait du concert donné le 8 mai 2022 à l'auditorium de la Maison de la Radio et de la Musique.
11 min
vidéo
Xenakis : Rebonds B / A (Trio Xenakis)
Xenakis : Rebonds B / A (Trio Xenakis)
Le Trio Xenakis interprète le Rebond B puis le Rebond A composés par Iannis Xenakis en 1987-88. Extrait du concert donné le 8 mai 2022 à l'auditorium de la Maison de la Radio et de la Musique.
11 min