Rameau : Que ce séjour est agréable, Ariette badine, ext. de Platée (Act.1, Sc.3)

Publicité
Rameau : Que ce séjour est agréable, Ariette badine, ext. de Platée (Act.1, Sc.3) Publié le

Les Arts florissants ... Marcel Beekman sous la direction de William Christie interprètent un extrait de Platée de Jean Philippe Rameau. En direct de la Grande Salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris.

Le personnage principal de l’œuvre, Platée, est une nymphe-grenouille qui règne sur un marécage. Celle-ci, persuadée de son irrésistible pouvoir de séduction, va croire que Jupiter est tombé  amoureux  d’elle.  Ce  personnage est écrit pour un homme qui  l’interprète donc en étant doublement travesti : en personnage de genre féminin d’une part, et en animal d’autre part.Les situations cocasses vont donc être largement exploitées dans le livret et donnent ainsi à cette œuvre un caractère proche de l’opéra-bouffe, caractérisé par sa tonalité amusante. Bijou de  l’opéra baroque français, Platée se range parmi les « ballets  bouffons ».

Comédie lyrique ou Ballet bouffon de Jean Philippe Rameau composée en un prologue et trois actes est créée le 31 mars 1745 à Versailles d'après le Livret issu de Platée ou Junon jalouse, du dramaturge Jacques Autreau, inspiré des Béotiques, IXe livre, chapitre III, de la Description de la Grèce, du géographe-historien grec Pausanias. La première représentation eut lieu le 31 mars 1745, dans le grand  manège couvert de Versailles, lors du mariage du Dauphin avec l’Infante  d’Espagne. Lorsque  Rameau  écrit  la  partition,  il  note  en  en-tête  comédie-ballet.  Ultérieurement,  cette œuvre reçoit le qualificatif de comédie lyrique.

Publicité

Le livret de Platée est émaillé de danses qui s’insèrent dans l’action. Le rôle du ballet est donc capital  dans  cette œuvre, ce qui justifie pleinement les appellations le mettant à l’honneur (comédie-ballet, ballet  bouffon).  Nous verrons dans l’analyse plus détaillée de l’œuvre que le choix des danses et de leurs  caractéristiques musicales joue un rôle important dans son déroulement.

Chaque scène est un mélange iconoclaste d’airs, de chœurs et de danses  qui viennent peupler une intrigue truffée de rôles et de péripéties  secondaires. 

L'Air : « Que ce séjour est agréable » marque l'entrée de Platée qui fait sa première apparition sur scène, chante un air accompagné de l’orchestre. Ce moment est crucial puisqu’il permet au compositeur de présenter le personnage principal et sa personnalité. Afin de brosser les traits ridicules de la nymphe, Rameau écrit sur un rythme de menuet  qui  peut  smbler  élégant au premier abord, mais qui s’avère rapidement maladroit et quelque peu trop emprunté.  Cet air répond au modèle du genre en suivant le plan aria da capo, la fin reprenant le début. La partie centrale (« Dis-moi, mon cœur... »), offre un léger contraste de caractère. Les violons répondent à la voix par de courts motifs, comme pour apporter de la légèreté mais qui montre surtout de la maladresse. 

Compositeur.rice.s

Jean-Philippe Rameau sera mis à l'honneur pour le Bac musique 2015. (DR)
Jean-Philippe Rameau sera mis à l'honneur pour le Bac musique 2015. (DR)

Artistes

Paul Agnew
Chef d'orchestre
Les Arts Florissants
Ensemble vocal instrumental
Marcel Beekman
Interprète
Jacques Autreau
Librettiste
Des mêmes compositeur.rice.s
vidéo
Jean-Philippe Rameau : Troisième Concert - III. Premier Tambourin - Deuxième Tambourin en rondeau
Jean-Philippe Rameau : Troisième Concert - III. Premier Tambourin - Deuxième Tambourin en rondeau
Les Accents sous la direction Thibault Noally interprètent le 3e pièce (Premier Tambourin - Deuxième Tambourin en rondeau) de Jean-Philippe Rameau, dans une transcription anonyme du XVIIIe siècle.
vidéo
Jean-Philippe Rameau : Cinquième Concert - II. La Cupis
Jean-Philippe Rameau : Cinquième Concert - II. La Cupis
Les Accents sous la direction Thibault Noally interprètent la 2e pièce (La Cupis) du Cinquième Concert de Jean-Philippe Rameau, dans une transcription anonyme du XVIIIe siècle.
vidéo
Jean-Philippe Rameau : Castor et Pollux, Acte IV scène 5 « Séjour de l'éternelle paix »
Jean-Philippe Rameau : Castor et Pollux, Acte IV scène 5 « Séjour de l'éternelle paix »
A Nocte Temporis et Reinoud van Mechelen (haute-contre) interprètent « Séjour de l'éternelle paix » (Castor et Pollux, Acte IV scène 5) de Jean-Philippe Rameau.