Saint-Saëns : Concerto pour violoncelle et orchestre n°1 en la mineur op. 33

19 min
Publicité
Saint-Saëns : Concerto pour violoncelle et orchestre n°1 en la mineur op. 33 Publié le

Sol Gabetta joue, avec l'Orchestre national de France placé sous la direction de Cristian Macelaru, le Premier concerto pour violoncelle et orchestre de Camille Saint-Saëns. Extrait du concert donné le 26 novembre 2021 à la Philharmonie de Paris.

Structure

  1. Allegro non troppo
  2. Allegro con moto
  3. Molto allegro

Saint-Saëns fait partie de ces compositeurs arrivés à point nommé. Né en 1835, il avait en 1871 suffisamment de maturité, déjà, et suffisamment de fougue, encore, pour incarner ce qu’on appelle le renouveau de la musique française. Car si l’on ne peut pas réduire « la belle époque de la musique française », comme l’appelle François Porcile, aux conséquences de la guerre franco-prussienne et au désir des Français de se relever, il est un fait qu’un bouquet de compositeurs remit la musique, singulièrement la musique symphonique, la musique de chambre et la mélodie, à l’honneur dans notre pays. Lalo, Fauré, Duparc, Chausson, Saint-Saëns, Chabrier et bien d’autres, en attendant Dukas, Debussy, Ravel, furent de ceux qui ne se contentèrent pas de composer des opéras mais eurent à coeur d’écrire les grandes heures d’une musique inventive dans tous les registres. Saint-Saëns, ainsi, composa deux concertos pour violoncelle, le premier en la mineur, entrepris alors que le compositeur avait déjà écrit trois concertos pour piano, le second en ré mineur. C’est le Premier Concerto qui est le plus souvent joué. L’attrait qu’il exerce est dû, sans doute, à sa concision, à son orchestration légère, à la grâce du menuet qui fait figure d’épisode central mais non de mouvement lent, car les trois parties de cette partition sont enchaînées. Comme le rappelle Roger Nichols, Saint-Saëns, « lorsqu’il était étudiant, avait reçu des cours d’accompagnement pianistique d’Auguste Franchomme (1808-1884), le violoncelliste auquel Chopin avait dédié sa Sonate pour violoncelle et piano et qui développa une technique d’archet légère spécifique généralement qualifiée de “française”. » Créé à Paris le 19 janvier 1873 par la Société des concerts du conservatoire, ce concerto est typique de la manière du Saint-Saëns hédoniste et détaché.

Compositeur.rice.s

Camille Saint-Saëns
Camille Saint-Saëns

Artistes

Cristian Măcelaru
Chef d'orchestre
Sol Gabetta
Interprète
Des mêmes compositeur.rice.s
vidéo
Saint-Saëns : Le Carnaval des animaux XIII. "Le Cygne"
Saint-Saëns : Le Carnaval des animaux XIII. "Le Cygne"
Théo Degardin (piano) interprète "Le Carnaval des animaux XIII. Le Cygne" de Camille Saint-Saëns, selon une transcription de Leopold Godowsky.
vidéo
Saint-Saëns : Le Carnaval des animaux, Finale
Saint-Saëns : Le Carnaval des animaux, Finale
Barbara Hannigan dirige l'Orchestre philharmonique de Radio France en compagnie de Mathieu Amalric (récitant) dans le Finale du Carnaval des Animaux de Camille Saint-Saëns.
vidéo
Saint-Saëns : Le Carnaval des animaux, Le Cygne
Saint-Saëns : Le Carnaval des animaux, Le Cygne
Barbara Hannigan dirige l'Orchestre philharmonique de Radio France en compagnie de Mathieu Amalric (récitant) dans Le Cygne, extrait du Carnaval des Animaux de Camille Saint-Saëns.