Scarlatti : Sonate pour clavecin en sol mineur K 426 L 128 (Andante), par Enrico Baiano

Scarlatti : Sonate pour clavecin en sol mineur K 426 L 128 (Andante), par Enrico Baiano

Publié le

Une sonate douce qui étudie un motif musical sous tous ses aspects.

Certains aiment à penser que les dernières sonates composées par Domenico Scarlatti sont plus simples mais aussi plus profondes, sans doute en corrélation avec l’âge du compositeur qui aurait gagné en sagesse avec les années. Cette hypothèse trouve un écho à l’écoute de la Sonate 426. Dans cette partition lente, Scarlatti a rythmé l’œuvre par des silences très marqués, offrant ainsi à l’ensemble une impression de douceur enveloppante.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

À lire aussi : Musicopolis : Scarlatti à Madrid en 1746

Compositeur.rice.s

Domenico Scarlatti
Domenico Scarlatti
Domenico Scarlatti
Compositeur

Artistes

Enrico Baiano
Interprète
Des mêmes compositeur.rice.s
vidéo
Scarlatti : Sonate en ré mineur K. 18 (Louise Acabo)
Scarlatti : Sonate en ré mineur K. 18 (Louise Acabo)
La claveciniste interprète la Sonate en ré mineur K. 18 de Domenico Scarlatti. Extrait du concert Génération France Musique, le Live, enregistré le 29 août 2020.
3 min
vidéo
Scarlatti : Sonate K 81 en mi mineur (Grave-Allegro-Grave-Allegro) (Paolo Zanzu)
Scarlatti : Sonate K 81 en mi mineur (Grave-Allegro-Grave-Allegro) (Paolo Zanzu)
La sonate K 81 fait partie de l'impressionnant répertoire de Domenico Scarlatti, qui en a composé pas moins de 555. C'est au château d'Assas qu'elle a été jouée par Paolo Zanzu.
4 min
vidéo
Scarlatti : Sonate K 446 en Fa Majeur (Pastorale. Allegrissimo) (Paolo Zanzu)
Scarlatti : Sonate K 446 en Fa Majeur (Pastorale. Allegrissimo) (Paolo Zanzu)
Cette sonate du célèbre claveciniste napolitain Domenico Scarlatti a été interprétée lors du Festival Radio France Occitanie Montpellier, le 14 juillet 2018, par Paolo Zanzu.
4 min