Scarlatti : Sonate pour clavecin en Sol Majeur K 471 L 82 (Minuet), par Francesco Corti

Publicité
Scarlatti : Sonate pour clavecin en Sol Majeur K 471 L 82 (Minuet), par Francesco Corti Publié le

En couple avec la toccata de la Sonate K 470, Scarlatti compose un menuet malicieux dans la Sonate K 471.

Danse gracieuse et élégante très en vogue au XVIIème et XVIIIème siècles, le menuet est ici la base de composition pour la Sonate K 471 de Scarlatti. La mesure de l’œuvre est donc ternaire. Toutefois, Scarlatti – à son image – joue avec les harmonies et fait preuve d’une fantaisie musicale délicieuse dans cette partition que Francesco Corti interprète au Château de Bournazel.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

6 min

Compositeur.rice.s

Domenico Scarlatti
Domenico Scarlatti
Domenico Scarlatti
Compositeur

Artistes

Francesco Corti
Interprète
Des mêmes compositeur.rice.s
vidéo
Scarlatti : Sonate en ré mineur K. 18 (Louise Acabo)
Scarlatti : Sonate en ré mineur K. 18 (Louise Acabo)
La claveciniste interprète la Sonate en ré mineur K. 18 de Domenico Scarlatti. Extrait du concert Génération France Musique, le Live, enregistré le 29 août 2020.
vidéo
Scarlatti : Sonate K 81 en mi mineur (Grave-Allegro-Grave-Allegro) (Paolo Zanzu)
Scarlatti : Sonate K 81 en mi mineur (Grave-Allegro-Grave-Allegro) (Paolo Zanzu)
La sonate K 81 fait partie de l'impressionnant répertoire de Domenico Scarlatti, qui en a composé pas moins de 555. C'est au château d'Assas qu'elle a été jouée par Paolo Zanzu.
vidéo
Scarlatti : Sonate K 446 en Fa Majeur (Pastorale. Allegrissimo) (Paolo Zanzu)
Scarlatti : Sonate K 446 en Fa Majeur (Pastorale. Allegrissimo) (Paolo Zanzu)
Cette sonate du célèbre claveciniste napolitain Domenico Scarlatti a été interprétée lors du Festival Radio France Occitanie Montpellier, le 14 juillet 2018, par Paolo Zanzu.