Publicité

En Russie, le blog de Navalny publie une enquête au vitriol sur la fortune de Gergiev

Par
Valery Gergiev est réputé proche de Vladimir Poutine
Valery Gergiev est réputé proche de Vladimir Poutine
© Maxppp - Michael Klimentyev/Sputnik

Des militants anti-corruption ont passé au crible le patrimoine et les dépenses de Valery Gergiev. Le chef d'orchestre russe aurait, selon eux, omis de déclarer des propriétés à l'administration fiscale, et se serait aussi servi dans les fonds de sa fondation caritative.

C'est une enquête minutieuse, qui dévoile les dessous d'une fortune colossale. Celle de Valery Gergiev, chef d'orchestre russe à la renommée mondiale, ami de Vladimir Poutine, tombé en disgrâce auprès des scènes internationales depuis le début de la guerre en Ukraine. Dans une vidéo de 48 minutes, déjà visionnée plus de 3 millions de fois, deux militants anti-corruption du blog de l'opposant Alexeï Navalny passent au peigne fin les possessions immobilières et certaines dépenses de Gergiev. S'il convient de regarder l'enquête avec un peu de recul - la guerre étant aussi une guerre de communication - ses conclusions n'en sont pas moins édifiantes.

Il y a d'abord cet appartement new-yorkais de 165 mètres carrés, proche de Central Park, que le maestro russe a acquis en 2004 pour la bagatelle de 2,5 millions de dollars, alors qu’il collaborait régulièrement avec le Metropolitan Opera (dont l'appartement se situe à trois minutes à pieds). Problème : Valery Gergiev n’aurait pas, selon l’enquête publiée par le blog de Navalny, déclaré sa propriété à l’administration fiscale russe. Il en irait de même pour d’autres biens immobiliers, notamment ses nombreuses propriétés en Italie, dont la valeur totale s'élèverait à 100 millions de dollars (150 millions même, selon le quotidien Corriere della Serra).

Publicité

À lire aussi : Valery Gergiev, proche de Vladimir Poutine, au pied du mur

Palaces, parc d'attraction et héritage

Gergiev disposerait des biens immobiliers dans huit villes italiennes. 800 000 mètres carrés de terrains à côté de Milan. Un cap sur la mer Tyrrhénienne, à côté de Naples, d'une surface de plus de cinq hectares. Plusieurs boutiques place Saint-Marc, à Venise. Des palaces vénitiens, aussi, dont le Palazzo Barbarigo, détenu par Commercio Edilizo, l'une des sociétés du maestro. Sur les actes d’enregistrement à la chambre de commerce - que les auteurs de l'enquête ont consultés - il est par ailleurs indiqué que Valery Gergiev est Hollandais. Ce qui signifierait que celui qui fut directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Rotterdam, de 1995 à 2008, a discrètement acquis la double nationalité. Plus improbable : à Rimini, station balnéaire très touristique, Valery Gergiev possède un petit parc d’attraction ainsi qu'un terrain de baseball, ont constaté les deux membres du blog qui se sont rendus sur place.

Mais comment expliquer cette profusion de biens, parfois insolites ? L'histoire relève presque du roman, expliquent les auteurs de l'enquête. Ces biens appartenaient en fait à Yoko Nagae, une harpiste japonaise mariée à un conte italien, dont elle a hérité de l'immense fortune. Toute sa vie, la richissime mélomane a dépensé son argent pour soutenir la musique. Et il se trouve que Valery Gergiev était "son favori, son protégé", disent les militants anti-corruption. Yoko Nagae, mécène du théâtre Mariinsky, apparaît d'ailleurs aux côtés du maestro russe sur de nombreuses photographies. Morte en 2015, ses cendres ont été dispersées sur le lac Baïkal par Gergiev lui-même. Ce dernier a hérité d'un quart de sa fortune, dont une partie de son gigantesque parc immobilier.

À lire aussi : Valery Gergiev limogé de l'Orchestre philharmonique de Munich

Une Fondation seulement caritative ?

Les auteurs de l'enquête vidéo se sont également penchés sur la Fondation caritative de Gergiev, dont le but est de "renforcer et de développer le domaine social et culturel, soutenir les jeunes artistes, populariser la musique classique et organiser des concerts et des événements caritatifs". Un fonds qui reçoit des donations d’oligarques russes et de leurs entreprises, dont des sociétés d’État. La Fondation est même soutenue par plusieurs marques internationales, comme MasterCard et Nestlé.

Or, selon les membres du blog de Navalny, le patron du Mariinksy, qui pourrait aussi bientôt devenir celui du Bolchoï, s'est livré à un usage bien particulier de l'argent de cette Fondation. "Il a volé cyniquement pendant des années à une fondation caritative à son nom, il a dépensé l’argent que l’État lui donnait pour aider le théâtre Mariinsky et les jeunes talents à des fins personnelles, dans des propriétés de luxe ou pour son train de vie", chargent les auteurs de l'enquête. Ironique, ajoutent-ils, alors qu'Alexeï Navalny est incarcéré depuis début 2021 pour "fraude", et a depuis été condamné à 9 ans de détention pour "escroquerie", notamment.

Le fonds a notamment servi à payer une datcha du maestro_,_ sorte de résidence secondaire avec salle de concert privée, à côté de Saint-Pétersbourg. Un complexe enregistré comme propriété personnelle du musicien, selon les militants anti-corruption, qui épinglent aussi l'achat de plusieurs appartements de luxe pour un coût total d'un milliard de roubles (plus de onze millions d'euros). L’argent de la Fondation, selon eux, a en outre été utilisé pour certains besoins personnels de Gergiev : 2 550 euros dépensés dans un restaurant de New-York, 2 420 euros pour un docteur à Baden Baden, ou encore 2.5 millions de roubles pour un vol en jet. Entre 2018 et 2020, plus de 300 millions de roubles (4 millions d'euros environ, selon la valeur de l'époque) auraient également été transférés du fonds caritatif vers le compte personnel de Gergiev.

À lire aussi : Mise au ban des artistes russes : où placer le curseur ?