Publicité

[ENFANTS] Il était une fois.. aborder la musique orchestrale à travers le conte

Par
Le Casse-noisette, une production de Deutsche Oper à Berlin
Le Casse-noisette, une production de Deutsche Oper à Berlin
© Getty - picture alliance

On le dit souvent : pour intéresser son enfant à la musique orchestrale, le mieux c'est de raconter une histoire. Et pour y parvenir, rien de mieux que le monde féérique du ballet ! Voici notre sélection de 6 suites de ballet pour découvrir en famille toute la magie de l'orchestre.

Tchaïkovski : Casse-noisette

Il était une fois… une petite fille prénommée Clara, qui reçoit en cadeau de Noel un casse-noisette. Une fois les adultes et les autres enfants partis se coucher, la petite fille, émerveillée par son nouveau jouet, se faufile hors de son lit pour le revoir. Mais se trouve vite emportée dans une furieuse bataille entre les souris et les jouets qui prennent vie. Elle sauve le casse-noisette en jetant son soulier sur la tête du roi des souris. Le casse-noisette se transforme alors en prince et emporte la fillette dans la forêt neigeuse, jusqu'au château de Confiturembourg. Là, un bal féérique commence. Au petit matin, le rêve prend fin et Clara se réveille sous le sapin de Noel, son casse-noisettes dans les bras.

Inspiré de la version d'Alexandre Dumas du conte d'E.T. Hoffmann, intitulée Casse-Noisette et le Roi des souris ou Histoire d'un casse-noisette, le Casse-noisette de Tchaïkovski est le ballet emblématique de Noël et l'une des oeuvres les plus célèbres du compositeur. Il a été créé le 18 décembre 1892 au théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg chorégraphié par Marius Petipa. Le compositeur en a d'ailleurs extrait huit numéros pour composer la suite que l'on entend dans la vidéo :

Publicité
  • Ouverture miniature
  • Marche
  • Danse de la fée Dragée
  • Danse russe (Trépak)
  • Danse arabe
  • Danse chinoise
  • Danse des mirlitons
  • Valse des fleurs

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Tchaïkovski : Le Lac des cygnes

Il était une fois… un prince prénommé Siegfried, qui devait choisir sa future épouse la veille de ses vingt et un ans. Mais en poursuivant un vol de cygnes sauvages dans la forêt, le prince tombe amoureux de leur reine. Elle lui révèle son prénom - Odette : elle est une princesse prisonnière d’un sort jeté par le sorcier von Rothbart sur elle et ses suivantes. Elles sont cygnes le jour et femmes la nuit. Sortilège éternel, à moins qu’un homme ne promette de l’aimer toujours. Au lever du jour, Siegfried quitte Odette en la conviant au bal du soir. Mais Rothbart, pour confondre Siegfried, et garder ainsi son emprise sur Odette, enverra au bal sa fille Odile en lui donnant les traits de la reine des cygnes, mais habillée en noir. Différentes versions du ballet proposent différents dénouements de l'histoire, on vous laisse choisir celui qui vous semble le plus approprié !

Inspiré par des contes et légendes nordiques ayant pour motif principal le maléfice d’une métamorphose en cygne, Le Lac des cygnes est certainement le ballet le plus populaire de l'histoire de la musique et le plus largement représenté à travers le monde. Tchaïkovski voulait en faire une suite d'orchestre, mais n'en eut pas le temps. Il est mort avant la création, le 6 novembre 1893, et seul le deuxième acte est représenté au Théâtre impérial Mariinski à la mémoire du compositeur le 12 mars 1894. L'intégrale est donnée pour la première fois le 15 janvier 1895. Ce sont les éditions Jurgenson qui ont composé la Suite opus 20a, comprenant les numéros suivants :

  • Scène (Acte II, no 10)
  • Valse (Acte I, no 2)
  • Danse des petits cygnes (Acte II, no 13)
  • Scène (Acte II, no 14)
  • Danse hongroise (Acte III, no 20)
  • Scène (Acte IV, no 28-29)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Stravinsky : L'Oiseau de feu

Il était une fois… un oiseau merveilleux, tout d’or et de flammes. Un jour, le fils du Tsar, Ivan Tsarévitch, le voit et essaye de l'attraper. Il ne réussit à lui arracher qu'une de ses plumes scintillantes. Sa poursuite le mène jusque dans les domaines de Kachtcheï l’Immortel, le redoutable demi-dieu qui veut s’emparer de lui et le changer en pierre. Mais les filles de Kachtcheï et les treize princesses, ses captives, tentent de sauver Ivan Tsarévitch. Survient l’Oiseau de feu, qui dissipe les enchantements. Le château de Kachtcheï disparaît, et les jeunes filles, les princesses et Ivan Tsarévitch s’emparent des précieuses pommes d’or de son jardin.

Inspiré d'un conte national russe, l'Oiseau de feu est le premier grand ballet de Stravinsky pour Serge de Diaghilev et les Ballets russes, qui le rend aussitôt célèbre dès sa création à l’Opéra de Paris le 25 juin 1910 sur une chorégraphie de Michel Fokine. Le ballet a servi de matériel pour trois suites d'orchestre, dont celle de 1919, composée des numéros suivants :

  • Introduction — L’Oiseau de feu et sa danse— Variation de l’Oiseau de feu
  • Rondes des Princesses
  • Danse infernale du roi Kachtcheï
  • Berceuse
  • Final

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Dukas : L'Apprenti sorcier

Il était une fois… un apprenti sorcier qui tente d'animer un balai pour qu'il remplisse une bassine d'eau avec des seaux. Mais l'enchantement prend le dessus, et l'apprenti ne peut plus l'arrêter. Il se retrouve face à un ballet des balais qui inondent toute la maison dans une danse endiablée. La mésaventure prend fin lorsque son maître arrive enfin et brise l'enchantement.

Pour son poème symphonique, Dukas s'est inspiré de la ballade Der Zauberlehrling de Goethe, mais c'est grâce à Mickey qui a incarné le malheureux apprenti sorcier dépassé par les balais déchaînés dans le célèbre Fantasia de Disney, que sa musique est devenue mondialement connue. Composé en 1897, sa création a lieu à Paris le 18 mai de la même année lors d'un concert de la Société nationale de musique, sous la direction du compositeur.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Rimski-Korsakov : Schéhérazade

Il était une fois… un sultan prénommé Shahriar, qui, persuadé de la perfidie et de l’infidélité des femmes, jura de condamner à mort chacune de ses épouses au matin de leur nuit de noces. Mais la sultane Shéhérazade réussit à sauver sa vie en le captivant par une suite de contes dont le récit dura mille et une nuits. Pris par la curiosité, le sultan remettait toujours au lendemain la sentence qui devait frapper son épouse et finit par y renoncer. Selon le compositeur, le programme de l'oeuvre suggère plus un voyage aux couleurs orientalistes qu'une transposition des récits, libre à vous d'en dessiner les contours !

Contrairement aux oeuvres précédentes, avec Schéhérazade, c'est la suite orchestrale qui a inspiré le ballet. Le compositeur russe Rimski-Korsakov s'est inspiré des ''Contes des Mille et Une nuits'', recueil anonyme de contes populaires d'origines persanes, indiennes et arabes, pour composer sa suite symphonique Schéhérazade, créée à Saint-Pétersbourg le 3 novembre 1888 dans le cadre des Concerts symphoniques russes. C'est le chorégraphe russe Michel Fokine qui en a utilisé des éléments pour créer un ballet destiné aux Ballets russes de Diaghilev. La suite originale est composée des mouvements suivants :

  • La mer et le vaisseau de Simbad 
  • Le récit du prince Kalender 
  • Le jeune prince et la jeune princesse 
  • Fête à Bagdad — La Mer — Le Vaisseau se brise sur un rocher surmonté d'un guerrier d'airain

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Prokofiev : Roméo et Juliette

Il était une fois… la plus célèbre histoire d'amour de tous les temps, celle de Roméo et Juliette, les amants de Vérone. Prokofiev s'inspire évidemment de la pièce éponyme de William Shakespeare. A vous de la raconter en fonction de l'âge des petites oreilles !

Premier ballet de Serge Prokofiev après son retour en URSS, Roméo et Juliette est le plus populaire des sept ouvrages chorégraphiques du compositeur. Composé en 1935, le ballet ne fut finalement créé que le 30 décembre 1938 au Théâtre Mahen à Brno en République tchèque. Le compositeur l'a adapté en trois suites d'orchestre, dont celle de 1936 :

  • Montaigus et Capulets
  • Juliette jeune fille
  • Masques 
  • Roméo et Juliette 
  • La mort de Tybalt 
  • Frère Laurent 
  • Danse 
  • Danse des jeunes filles des Antilles 
  • Roméo sur la tombe de Juliette 
  • La mort de Juliette

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.