Publicité

Les Musicales de Normandie - Du 29 juillet au 31 août 2022

Du 29 juillet au 31 août 2022
Les Musicales de Normandie - Du 29 juillet au 31 août 2022
Les Musicales de Normandie - Du 29 juillet au 31 août 2022

Cette année, Les Musicales de Normandie vous donne rendez-vous du 29 juillet au 31 août. 33 concerts au programme placés sous le signe de la joie et du partage, avec notamment : Théotime Langlois de Swarte, Lea Desandre, William Christie, Lucile Boulanger...

Les Musicales de Normandie - édition 2022

Les Musicales de Normandie proposent chaque année 30 concerts de musique classique et du monde dans les lieux patrimoniaux les plus remarquables de la région.
En seize ans, les Musicales sont devenues un rendez-vous incontournable pour les mélomanes amoureux de la Normandie.

À cette occasion, nous avons pu tisser des liens chaque année renforcés avec nos partenaires mais aussi et surtout notre public, toujours plus nombreux.
Parce qu’il nous tient à cœur de permettre à tous la découverte et l’accès à nos propositions artistiques, le festival met en place la gratuité de l’ensemble de ses concerts pour les personnes de moins de 18 ans et propose chaque année des tarifs préférentiels à de nombreuses associations normandes dont les bénéficiaires sont des personnes souffrant d’isolement et ou ne bénéficiant pas d’un environnement social et culturel favorable.

Publicité

L’équipe du festival se propose de rencontrer ces associations afin de présenter à ses adhérents et bénéficiaires son offre musicale ainsi que ses actions de médiation proposées autour du festival.
Pour cette nouvelle édition, le festival fait du développement des publics et de la transmission du savoir via la démocratisation des pratiques musicales ses priorités :
- visites du patrimoine en lien avec les lieux de concerts
- actions pédagogiques menées par les artistes programmés

Programmation (non exhaustive)

Samedi 6 août - 20h30

📍 Varengeville-sur-Mer

Jean-Guihen Queyras, violoncelle
Alexander Melnikov, piano

Debussy, Sonate pour violoncelle et piano en ré mineur
Chopin, Sonate pour violoncelle et piano en sol mineur op. 65
Webern, Trois petites pièces pour violoncelle et piano op.11
Rachmaninov, Sonate pour violoncelle et piano en sol mineur op. 19

Né en 1967 a Montréal, Jean-Guihen Queyras se produit dans un répertoire allant du baroque a la musique d’aujourd’hui. Il est membre fondateur du Quatuor Arcanto et forme un trio avec la violoniste Isabelle Faust et le pianiste Alexander Melnikov. Il s’est produit dans des salles et festivals tels que le Concertgebouw d’Amsterdam, le Festival d’Aix-en-Provence, le Vredenburg d’Utrecht, De Bijloke Ghen ou encore l’Orchestre philharmonique de Strasbourg et le Wigmore Hall de Londres.
Alexander Melnikov a fait ses études au Conservatoire de Moscou, chez Lev Naumov. Tres tôt déja, Alexander Melnikov a abordé le problème de l’interprétation historique, sur les traces d’Andreas Staier et Alexei Lubimov. Il donne régulièrement des concerts avec le Freiburger Barockorchester, Musica Aeterna, l’Akademie für Alte Musik Berlin ou encore l’Orchestre des Champs-Élysées. Il a été invité par ailleurs par les formations les plus prestigieuses et a joué sous la direction de Mikhail Pletnev, Teodor Currentzis, Charles Dutoit, Paavo Järvi, Thomas Dausgaard, Valery Gergiev, etc.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Dimanche 7 août | 20h30

📍 Varengeville-sur-Mer

Les Recettes de l'amour
William Christie, clavecin
Lea Desandre, soprano
Thomas Dunford, théorbe

Il est des connivences qui dépassent les générations : c’est le cas de celle, musicale et humaine, qui unit William Christie à Lea Desandre et Thomas Dunford. Si l’un a révélé les deux autres au grand public, et si de nombreuses années les séparent, tous trois partagent un même goût pour la musique, fait d’audace, de brio, de fantaisie – et surtout, de passion. C’est donc dans l’intimité d’une famille de cœur et de musique que nous convie ce programme insolite, à l’image de ces trois personnalités inclassables. Faisant voler en éclat les barrières entre les styles ou les époques, ces Recettes de l’amour marient airs baroques, mélodies et extraits de comédies musicales – de Marc-Antoine Charpentier à Michel Legrand, en passant par Reynaldo Hahn, Michel Lambert, Jacques Offenbach ou Barbara – avec pour fil conducteur la langue française si chère à ce trio cosmopolite.
Un menu savoureux… et réjouissant !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Samedi13 août | 20h30

📍 Fécamp

Ensemble Correspondances
Sébastien Daucé, direction

Charpentier, Motets, Missa Assumpta est, Te Deum

Après une carrière musicale au service de sa protectrice Marie de Guise, des Jésuites et des Comédiens Français, Marc-Antoine Charpentier obtient à la fin de sa vie l’un des postes de maître de chapelle les plus convoités de France : celui de la Sainte-Chapelle de Paris. En plein cœur de la capitale, au milieu du Parlement, c’est dans cette superbe architecture aux vitraux élancés vers le ciel qu’il passera les dernières années de sa vie jusqu’en 1704. On y sonne très régulièrement le Te Deum pour les occasions royales et les cérémonies exceptionnelles comme celle de l’Assomption pour laquelle il compose la formidable Missa Assumpta est, chef d’œuvre absolu de son art tout au service des voix, de l’expression et de l’harmonie. Retrouvez les chanteurs et instrumentistes de l’ensemble Correspondances sous la direction du claveciniste et organiste Sébastien Daucé dans la somptueuse Abbatiale de la Trinité de Fécamp.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Mardi 23 août | 20h30

📍 Rouen

La Tempête   
Simon-Pierre Bestion
, direction

Rachmaninov, Vêpres

Un Rachmaninov dépouillé, sans artifice, sans piano ni orchestre. Un Rachmaninov pétri de tradition populaire russe, de foi et de ferveur. Les Vêpres de Sergueï Rachmaninov sont un témoignage émouvant d‘un homme profondément imprégné d’une tradition orthodoxe millénaire. Écrites en 1915 en moins de deux semaines, elles furent ensuite créées en pleine période de Grande Guerre, le 10 mars 1915 à Moscou, avant de devenir finalement interdites par le régime soviétique dès 1917. Ce concert veut créer un rituel imaginaire, mêlant les Vêpres de Rachmaninov aux chants byzantins orthodoxes, et se déployant aussi dans l’utilisation totale de l’espace par les chanteurs, proposant ainsi un voyage intense dans une des plus grandes œuvres de l’art vocal.

Mercredi 24 août | 20h30

📍 Rouen

Les Musiciens de Saint-Julien   
François Lazarevitch
, direction

Bach, Concertos Brandebourgeois

Les six Concertos Brandebourgeois sont d’une diversité étonnante, tant du point de vue de la structure formelle que de l’appareil instrumental. Mais surtout, aucun ne se rattache strictement à un style alors en vigueur : concerto grosso ou soliste, style français ou italien, contrepoint austère ou virtuosité pure. Au contraire, les six concertos semblent faire une synthèse de l’art musical de leur temps. Sans doute serait-il excessif de faire de ce recueil le pendant « concertant » d’autres œuvres telles que L’Art de la fugue du même Bach, par exemple. Toutefois, il n’est pas improbable que la motivation de Bach ait été de présenter au dédicataire de l’œuvre, le Margrave de Brandebourg, « son art du concerto »

Samedi 27 août | 20h30

📍 Saint-Martin-de-Boscherville

Le Caravansérail

Scarlatti, Stabat Mater, Missa quatuor vocum, Te Deum

Le Domenico Scarlatti que nous connaissons le mieux est certainement celui qui composa un magnifique et impressionnant corpus de sonates pour clavecin. En créant cette œuvre libre, novatrice, et affranchie, il transgressa systématiquement les règles de l’harmonie et du contrepoint. Comme il le déclarait, il n’y avait « guère d’autre règle digne de l’attention d’un musicien que de ne pas déplaire au seul organe des sens qui soit l’objet de la musique », l’oreille donc.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site des Musicales de Normandie .

Pour aller plus loin

À réécouter : William Christie

À réécouter : Jean-Guihen Queyras (1/5) : "Même quand on ne croit pas en Dieu, quand on écoute Bach on y croit un petit peu"

À réécouter : C. P. E. Bach: Sonatas for Flute and Fortepiano - François Lazarevitch, Justin Taylor