Publicité

Réécoutez la journée Boléro de Ravel sur France Musique

Le mardi 3 mai 2016 à 00h00

Le 3 mai 2016, le Boléro de Ravel est tombée dans le domaine public. Une oeuvre musicale que l'auteur considère expérimentale, va recevoir un accueil populaire, un triomphe qui stupéfiera tout le monde, à commencer par son auteur.

Bien que les critiques se moquaient de ce qu'ils percevaient comme simple voire vulgaire, l’oeuvre a causé une sensation immédiate, et ce dès la première réalisation. Une vieille dame dans la salle cria « au fou ». Ravel hochant la tête, dit à son frère : « En voilà une qui, au moins a compris ».

Cette oeuvre n’échappa pas non plus à la critique de son concepteur. Ravel faisait remarquer que ce qu’il considérait comme son unique chef d’oeuvre, le Boléro, était malheureusement dépourvu de musique ; bien conscient qu’une telle oeuvre servait avant tout comme toile de fond pour la danseuse, actrice et commanditaire Ida Rubinstein.

Publicité

Bien que l'essentiel de l’oeuvre réside en un long et lent crescendo, on y retrouve des éléments rythmiques insistants et sinueux ainsi que des mélodies habituelles de type arabo-espagnol singulières créant un effet hypnotique et passant d'une section de l'orchestre à l'autre jusqu’à une apogée explosive réunissant tout l’orchestre.

« Une écriture simple et directe sans la moindre tentative de virtuosité » précisait le compositeur. Son caractère musico-sexuel est explicite au point que Rubinstein dépeint une femme tsigane qui danse devant une foule d’hommes sur une table dans un salon espagnol.

Au programme

07h00 - 09h00 lLa Matinale , Vincent Josse
Manuel Cornejo, président des Amis de Maurice Ravel ; Claude Duparfait, comédien et metteur en scène, auteur du spectacle La Fonction Ravel (création au Festival de Besançon 2016), **Vanessa Wagner ** qui créera plusieurs pièces de piano de Roland-Manuel inédites dédiées à Maurice Ravel retrouvées par Manuel Cornejo, etc.
Dossier du jour : à qui profitent les droits du Boléro ?