Publicité

France Musique Education |Révisez le Bac de Philo avec France Musique !

Par
Révisez le Bac Philo avec France Musique
Révisez le Bac Philo avec France Musique
© Getty - Francesco Carta fotografo

Quelle place de la musique dans la pensée des grands philosophes ? Pour enrichir vos révisions du Baccalauréat, voici notre sélection, à lire ou à écouter.

L'Abrégé de musique, prémices de la méthode cartésienne

Pilier de la pensée philosophique du XVIIe siècle, René Descartes s’est particulièrement distingué par ses réflexions sur l’édification d’une science universelle ou encore sur la métaphysique. Sa contribution au discours musical n’est malheureusement que très peu soulignée. Son premier ouvrage – qu’il rédige à l’âge de 22 ans - traite pourtant de musique : un abrégé intitulé Compendium musicae, dédié à son ami Isaac Beekman.

À lire aussi : L'Abrégé de musique, prémice de la méthode cartésienne

Platon, ou la musique au cœur d'un projet politique

Si Platon n’a jamais consacré un dialogue à la musique, c’est parce qu’elle nourrit l’ensemble de son œuvre. La musique est partout et contribue à édifier le projet d’une nouvelle cité. Épuisée par un siècle de guerres presque successives, Athènes perd peu à peu son hégémonie sur les cités grecques. Platon est Athénien, et il pressent la chute de sa cité. C’est ce contexte politique mouvementé (rafle du pouvoir par les Trente Tyrans, mise à mort de Socrate) qui conduit le philosophe à réfléchir une alternative à ce système politique en déliquescence.

Publicité

À lire aussi : Platon, ou la musique au cœur d'un projet politique

Voltaire, le philosophe et le despote éclairé

Le 8 août 1736, Voltaire reçoit la première lettre de Frédéric le Grand. Commence dès lors une correspondance d'une quarantaine d'années entre l'homme de lettres et le futur roi de Prusse. Mais le propos "on presse l'orange et on jette l'écorce" est alors rapporté…  

À réécouter : Le philosophe et le despote éclairé

1752, Jean-Jacques Rousseau : Création de son opéra ''Le Devin du village''

Aujourd’hui, on connaît plutôt Rousseau comme philosophe et homme de lettres. Pourtant, jusqu'en 1750, où il écrit à 38 ans son Discours sur les Sciences et les Arts, il a été connu comme musicien, et il se considérait comme tel. Pour vivre, Rousseau donne des leçons de musique, et à partir de 1751, sa principale source de revenus sera le métier de copiste. On évalue son travail à des dizaines de milliers de pages de copie. Rousseau aime la musique italienne, mais il aime surtout la musique tout court.

À réécouter : 1752, Jean-Jacques Rousseau : Création de son opéra ''Le Devin du village''

La querelle des bouffons

D'un plaisir de plume ou de l'art du trait et de la polémique. Par l'ironie et la critique, les philosophes demeurent les acteurs de la pensée nouvelle...   

À réécouter : La querelle des Bouffons

La vraie nature des Bouffons (2/16)

Au beau milieu du XVIIIe siècle, c’est la guerre à l’Opéra de Paris ! La querelle des bouffons fait rage, une guerre artistique où chaque clan s’affronte sans pitié...
 

À réécouter : La vraie nature des Bouffons (2/16)

Nietzsche ou les errances d’un philosophe

« Je suis un voyageur et un grimpeur de montagnes, dit-il à son cœur, je n’aime pas les plaines et il me semble que je ne puis pas rester tranquille longtemps. (…) » Sur les pas de l’auteur d’Ainsi parlait Zarathoustra

À réécouter : Nietzsche ou les errances d’un philosophe

Quelle place pour la musique dans l'univers de Nietzsche ?

« A-t-on remarqué à quel point la musique rend l’esprit libre ? Donne des ailes aux pensées ? Que, plus on devient musicien, plus on devient philosophe ? » Cette déclaration de Nietzsche, extraite du livre Le cas Wagner, fut constatée à travers le prisme de sa propre sa vie. Lorsque l’on prête attention aux détails de la courte existence du philosophe, il est évident de constater que la musique a structuré sa réflexion philosophique, elle l’a « fait » en tant que philosophe.

À lire aussi : Quelle place pour la musique dans l'univers de Nietzsche ?

Friedrich Nietzsche découvre Georges Bizet dans "Le Cas Wagner"

Dans « Le cas Wagner », un écrit de Nietzsche, le philosophe parle de Georges Bizet et de son chef-d'œuvre Carmen, de la façon dont l'opéra traite de « l’amour, dans ce qu’il a d'implacable, de fatal, de cynique, de candide, de cruel ».

À réécouter : Friedrich Nietzsche découvre Georges Bizet dans "Le Cas Wagner"

La fantastique étrangeté des Contes d'Hoffmann

Dès que l’on entend son nom, il faut fermer deux doigts de la main droite pour se préserver du mauvais œil. ” Voilà ce que l’on peut lire dans le Dictionnaire des idées reçues de Flaubert , à propos du jettatore Jacques Offenbach . “Jeteur de sorts”, Offenbach ? Il n’en est rien, et le compositeur doit surtout cette réputation à sa prédilection pour le genre de l’opérette dont il est le créateur. Compositeur de génie, le plus français des compositeurs allemands nous a laissé un catalogue d’œuvres impressionnant dont on retient par exemple La Fille du Tambour Major, La Belle Hélène, La Vie Parisienne, et surtout Les Contes d’Hoffmann. Offenbach a mis plus de vingt ans à écrire ce chef-d'œuvre, certainement le plus aboutit de son répertoire.

À lire aussi : La fantastique étrangeté des Contes d'Hoffmann

Tout est Dada !

Ils sont artistes, poètes et écrivains, citoyens du monde et ils rejettent en bloc les abattoirs et l'absurdité de la Première Guerre mondiale. Ils refusent les catégories établies. Ils abolissent les étiquettes, les contraintes.

À réécouter : Tout est Dada !

VIDEO - La musique, ce "presque-rien" de Vladimir Jankélévitch

Pour Vladimir Jankélévitch, philosophe et pianiste amateur passionné, la musique est un art du temps, "un presque-rien (...) comme une bulle de savon".

À lire aussi : VIDEO - La musique, ce "presque-rien" de Vladimir Jankélévitch