Publicité

Harcèlement et discriminations : un sondage révèle le malaise des musiciens britanniques

Par
70% des faits évoqués se sont produits au cours des cinq dernières années
70% des faits évoqués se sont produits au cours des cinq dernières années
© Getty - Paulo Sousa / EyeEm

66% des musiciens britanniques ont déjà vécu une discrimination au travail, selon les résultats d'un sondage publiés ce jeudi. Dans 58% des cas, ces discriminations sont assimilées à du harcèlement sexuel.

Les chiffres sont préoccupants. 66% des musiciens britanniques interrogés ont déjà vécu une discrimination au travail, selon les résultats d'un sondage publié ce jeudi par l'Incorporated Society of Musicians (ISM). L'association, qui regroupe 11.000 musiciens professionnels, a sondé ses membres entre mai et juin 2022. 660 ont répondu. Les faits sont-ils de plus en plus fréquents ou la parole s'est-elle libérée ? Force est de constater qu'en 2018, seuls 47% des musiciens interrogés rapportaient avoir été victimes de discriminations.

58% des actes signalés relèvent du harcèlement sexuel, avec des témoignages éloquents. "On m'a dit qu'en tant que femme, la seule manière d'avancer dans ma carrière était de me résigner à rendre des services sexuels", rapporte une musicienne. Une autre confie : "J'ai été agressé sexuellement durant une représentation et je ne me suis pas sentie capable d'en parler, car nous devions encore travailler trois mois ensemble. C'était l'une des périodes les plus difficiles de ma carrière" Ou encore : "Un chef d'orchestre m'a dit qu'il voulait m'embrasser. J'ai refusé, et il n'a plus jamais fait appel à moi."

Publicité

Discriminations en raison du genre ou de la couleur de peau

70% des faits évoqués se sont produits au cours des cinq dernières années. Les femmes restent les plus exposées à ces discriminations - elles représentent 78% des signalements - ainsi que les musiciens noirs (94% disent avoir déjà été discriminés). L'âge (7%), le handicap (5%) la maternité (4%) et l'orientation sexuelle (3%) ont également été cités comme facteurs de discrimination par les musiciens sondés. Des faits qui, dans 74% des cas, auraient été commis par des personnes ayant plus d'ancienneté que la victime, ou alors ayant le pouvoir d'influer sur leur carrière.

Avec une omerta ? 77% des musiciens interrogés déclarent ne pas avoir rapporté les faits décrits. Dans 55% des cas, car ils estiment que ces abus "font partie de la culture du monde de la musique". L'absence de dispositif d'écoute, ainsi que la peur de perdre son travail, sont respectivement les deuxièmes et troisièmes raisons invoquées. Trois quart des répondants, enfin, déplorent l' "absence de procédure claire" en cas de discrimination.