Publicité

Jazz au Trésor : Pat Martino - El Hombre

Pat Martino
Pat Martino
© Getty - Michael Ochs Archives

La séquence des perles et des inédits ressortis de l’oubli. Cette semaine, , un hommage à ce magnifique guitariste pour guitaristes, Pat Martino, disparu au début du mois.

Le guitariste de jazz Pat Martino est décédé le 1er novembre à l'âge de 77 ans des suites d'une longue maladie.

Connu pour son incroyable technique de guitare et la limpidité de son jeu, Martino est décédé après avoir lutté contre un trouble respiratoire chronique qui empêchait ses poumons d'apporter de l'oxygène et nécessitait un traitement 24 heures sur 24. Martino ne s’était plus produit en public depuis 2018 en raison de cette maladie.

Publicité

"Il va nous manquer - il nous a certainement laissé à tous un héritage musical incroyable et restera toujours dans les mémoires comme l'un des plus grands guitaristes de tous les temps", a déclaré Joey DeFrancesco, un philadelphien comme lui, qui avait souvent joué avec Pat Martino au fil des ans.

"Pat Martino 1944-2021… mon héros adolescent, et toujours… quand je l'entends, j'essaie de jouer de la guitare comme ça, mais c'est impossible", a écrit John Scofield. « C'était un homme tellement gentil avec nous, les jeunes guitaristes. Merci, Pat. Je me sens déchiré."

"Son héritage est un cadeau pour nous tous", a déclaré Joe Donofrio, le manager de longue date de Martino. "Depuis l’instant où il a pris la guitare pour la première fois dans ses bras jusqu'à son dernier jour sur terre, Pat n'a jamais dévié de sa véritable vocation."

"Je ne suis pas sûr de pouvoir exprimer ce que la perte de Pat Martino signifie pour moi ou pour le monde du jazz", a déclaré son collègue guitariste Mike Allemana.  « Quand Fareed Haque (qui est probablement l'encyclopédie sur Pat) a commencé à enseigner à [Northern Illinois University], il m'a fait transcrire le solo de Pat sur Sunny_. Ce solo a ouvert un nouveau monde de musique et de guitare que j'ai exploré depuis. Quand j'enseigne à mes élèves, je ne peux m'empêcher de m'inspirer de l'approche de Pat à la guitare._ »

Le batteur Questlove Thompson, a joué sur l’album « The Philadelphia Experiment » avec Pat Martino : "Il est la légende de Philadelphie. Un maître de la guitare. Qui est même devenu plus légendaire quand, à la suite d'une crise d'épilepsie due à une malformation artério-veineuse, il s’est retrouvé amnésique à 36 ans en 1980 et a dû tout recommencer… Il a plaisanté avec moi quand je lui ai demandé de jouer des chansons simples comme Body And Soul. Il a répliqué : « Je ne pourrais même pas jouer Mary Had A Little Lamb »… Vous imaginez ça ? A moins de 40 ans, vous oubliez tout, y compris votre passion. Il lui aurait été très facile de se complaire dans la dépression et de compter sur ses amis et sa famille pour lui rappeler qui il était autrefois. Mais au lieu de cela, il a décidé non seulement de recommencer, mais a dépassé le niveau qu'il lui a fallu plus de trois décennies pour atteindre. Il l'a fait, avançant bien, bien au-delà de ses niveaux de pré-amnésie pour assurer son statut de dieu. … Qu'il repose dans la mélodie. »

Né Patrick C. Azzara le 25 août 1944 à Philadelphie, Pat Martino a été initié au jazz par son père, qui a chanté localement et a brièvement étudié la guitare avec Eddie Lang. Pat Martino a commencé à jouer de la guitare lui-même à l'âge de 12 ans et a quitté le lycée pour se consacrer à la musique, étudiant avec le célèbre professeur Dennis Sandole, qui a également enseigné à John Coltrane. Rien d’étonnant donc à ce que Pat Martino nous ait ébloui bien plus tard, en 1974, par sa reprise de Impressions de Coltrane, dans l’album « Consciousness ».

Il est devenu actif dans la scène rock autour de Philly, jouant avec Frankie Avalon, Bobby Darin et plus encore. Son premier concert de tournée dans le jazz était avec l'organiste Charles Earland, qui était un ami du lycée. Au fur et à mesure que sa réputation grandissait, Martino a joué avec des artistes tels que Slide Hampton et Red Holloway, mais aussi des piliers du R&B comme Lloyd Price. Il s’en souviendra dans les seventies en nous donnant quelques jalons marquants du jazz fusion.

En tant qu'artiste leader, Martino a d'abord signé sur le label Prestige et a sorti cinq albums entre 1967 et 1970 : « El Hombre », « Strings ! », « East ! », « Baiyina (The Clear Evidence) » et « Desperado » Il a ensuite enregistré pour Muse, Warner, Blue Note, High Note et d'autres au fil des ans. Son dernier enregistrement, « Formidable », est sorti en 2017 sur High Note.

Mais sa plus grande réussite a peut-être été de se remettre d'une intervention chirurgicale pour un anévrisme cérébral grave qui avait également endommagé sa mémoire. Grâce à une étude intensive de sa musique et à l'aide de la technologie informatique, Martino a pu inverser la perte de mémoire et a repris sa carrière d'enregistrement et de concerts. C’est à la fin des années 80 qu’il retrouvera la totalité de ses moyens, signant son rtetour en trio avec Steve LaSpinna et Joey Baron. En 2004, DownBeat le consacrera comme « guitariste de l’année ». Ses ultimes albums, chez HighNote prennent aujourd’hui valeur de référence pour les guitaristes adeptes de la ligne claire.

  • El Hombre

"El hombre"
Pat Martino (guitare)
Danny Turner (flûte)
Truddy Pitts (orgue Hammond)
Mitch Fint (batterie)
Vance Anderson, Abdu Johnson (congas)
Enregistré à Englewood, NJ, 1er mai 1967

  • Close Your Eyes

"East !"
Pat Martino, guitare
Eddie Green, piano
Ben Tucker, contrebasse
Lenny McBrowne, batterie
Enregistré à New York, 8 janvier 1968

  • Lean Years

"Undeniable"
Pat Martino, guitare
Eric Alexander, sax ténor
Tony Mionaco, orgue Hammond
Jeff “Tain” Watts, batterie
Enregistré au Blues Alley, Washington, 26-26 juin 2009

  • El niño

"Formidable"
Pat Martino, guitare
Alex Norris, trompette
Adam Niewood, sax ténor
Pat Bianchi, orgue Hammond
Carmen Intorre, Jr., batterie
Enregistré à Wall Township, NJ, 17-19 avril 2017