Publicité

Jazz Bonus : Albert Ayler - La Cave Live, Cleveland 1966

Albert Ayler
Albert Ayler
© Getty - David Redfern

Parution sur ezz-thetics des deux concerts d’Albert Ayler enregistrés à la Cave à Cleveland les 16 et 17 avril 1966, entièrement remasterisés et initialement inclus dans le coffret “Holy Ghost” paru chez Revenant en 2004 .

Sur son site consacré à Albert Ayler, Patrick Regan évoque cette sortie :

“Je ne veux pas revenir sur l'histoire mouvementée du coffret de Revenant, il suffit de dire que des avocats se sont impliqués et que le “Holy Ghost” a fini dans les limbes. Les CD du coffret contiennent quelques morceaux remarquables (le Don Ayler Sextet de janvier 1969 en particulier) mais la pièce maîtresse est le matériel de La Cave qui occupe les CD 3 et 4. Il est remarquable parce qu'il a surpris le groupe d'Albert Ayler en pleine transition. Charles Tyler est parti, et Michel Samson (à l'époque violoniste classique, qui n'avait que récemment prêté son archet à l'avant-garde du jazz par le biais d'Ornette Coleman) est arrivé, et le concert du 16 avril marque ses débuts. Et la musique d'Albert Ayler changea à nouveau.

Publicité

À lire : Jazz Bonus : Albert Ayler - Prophecy Revisited

Ce que Werner X. Uehlinger de Hat Hut/ezz-thetics a réussi à faire, c'est sauver de l'oubli la musique de ces deux nuits d'avril à Cleveland et la remettre sur le marché. C'est déjà bien, mais ce qui est encore mieux, c'est que les morceaux ont été remastérisés et que la qualité du son est beaucoup plus claire. Si l'on considère ce à quoi les ingénieurs du son de Revenant et maintenant de Hat Hut ont dû faire face, les résultats sont assez étonnants. Il y a cette précision sur la pochette de la nouvelle version :

À lire : Jazz Bonus : Albert Ayler - New York Eye and Ear Control, Revisited

"Les concerts ont été enregistrés dans des circonstances techniques difficiles : un seul micro et des bandes recyclées le 16 avril 1966. Le remarquable mastering de Michael Brändli a rendu possible la sortie de ces performances exceptionnelles dans le cadre de la série Revisited."

Ce n'est peut-être pas Rudy Van Gelder à Englewood Cliffs, mais lorsque j'ai entendu la version Hat Hut pour la première fois, après m'être souvenu du CD Holy Ghost, ce qui m'est venu à l'esprit, c'est une phrase tirée des notes de l'album “Meditations” de John Coltrane - "nous devons continuer à nettoyer le miroir".

À noter que la liste des morceaux a changé. Bien que les noms des morceaux n'aient pas été modifiés (et avec Albert Ayler, les titres des morceaux sont une question plutôt floue), les deux brèves introductions de Peter Bergman ont été supprimées et l'ordre des ensembles a été modifié. Au lieu de suivre l'ordre chronologique (comme le faisait “Holy Ghost”), le premier CD contient le premier set du 17 avril, suivi de trois morceaux du deuxième set, qui se termine sur le deuxième CD, avant le concert du 16 avril.
(traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

À écouter dans l'émission sur Joel Lyssarides : Joel Lyssarides, la relève du piano suédois