Publicité

Jazz Bonus : bon anniversaire Charlie Parker !

Charlie Parker
Charlie Parker
© Getty - Michael Ochs Archives

“Bird” aurait eu 99 ans aujourd’hui…

Charlie Parker était destiné à une carrière médicale… Mais il se passionna très tôt pour le jazz. Professionnel à 17 ans, il joua dans les meilleurs orchestres de Kansas City où il a enregistré  ses premiers solo en 1941. A New York, il se fit remarquer dans les jam’s session, où Kenny Clarke et Thelonious Monk l’introduisirent. Il eut pour partenaire Dizzy Gillespie, qui allait s’affirmer aux yeux du public , vers la fin de la guerre, comme le chef de file du mouvement bop, statut que Parker, favori des musiciens, ne put lui contester. 

À lire aussi : Jazz Culture : Charlie Parker

Les deux musiciens s’associèrent et devinrent les phares de la 52ème rue à New York (1944-45). Au cours d’un séjour sur la Côte Ouest (1945-46), Charlie Parker fut enrôlé dans la troupe du Jazz at The Philharmonic et fonda son propre ensemble. En 1947, après une hospitalisation pour désintoxication, il forma un quintette avec Duke Jordan, Tommy Potter, Max Roach et le tout jeune Miles Davis. Pendant les dernière années de sa vie, assombries par la maladie, il ne rencontra plus guère la faveur du public.

Publicité

À lire aussi : Jazz Culture : Cocteau écoutant Charlie Parker

Si le succès de Charlie Parker resta limité - en dépit d’une célébrité mondiale - ce fut la conséquence d’une conduite irrationnelle. Sa fantaisie, son indépendance, ruinèrent sa vie ; ses problèmes psychologiques firent de lui un musicien maudit. Mais peut-être a-t-il, par là, et mieux qu’aucun autre, incarné l’homme de jazz, marginal par excellence, né dans le peuple et rejeté par lui… Né le 29 août 1920 à Kansas City, il s’éteignit le 12 mars 1955 à New York City. Entre temps, il avait changé le cours du jazz.
( d’après “le Nouveau Dictionnaire du Jazz”, André Hodeir)

À lire aussi : Jazz Culture : Charlie Parker interviewé par Paul Desmond (1954)

À lire aussi : Jazz Bonus : Intégrale Charlie Parker, Volume 10

A écouter dans l'émission sur Christophe Dal Sasso : Dal Sasso Big Band, quand Margaux dégrafe son Palmer