Publicité

Jazz Bonus : Gábor Bolla - On the Move

Gábor Bolla
Gábor Bolla
- Annett Ahrends

Le saxophoniste hongrois Gábor Bolla a posé durablement ses valises à Copenhague. “On the Move”, qui sort chez Stunt / UVM, témoigne de son adoption à bras ouverts.

Dans les années 1960, de nombreuses stars américaines du jazz ont débarqué à Copenhague pour jouer au légendaire Jazz House Montmartre - plusieurs des instrumentistes les plus en vue se sont installés dans la capitale danoise et ont ensuite enrichi la scène musicale locale par leur présence et leur jeu. Pour les auditeurs qui étaient dans le public à l'époque, il est impossible de parler du jazz d'aujourd'hui très longtemps sans évoquer des expériences de concert avec Ben Webster, Dexter Gordon, Stan Getz, Ed Thigpen, Brew Moore, Duke Jordan, Bud Powell ou Oscar Pettiford. 

Le flux régulier de stars du jazz américain s’installant au Danemark a quelque peu diminué ces dernières années, mais il arrive de temps en temps qu'un phénomène étranger en pleine maturité s'installe dans le paradis scandinave du jazz. Et lorsque les amateurs de jazz d'aujourd'hui entendent le saxophoniste hongrois Gábor Bolla jouer dans des salles de Copenhague, cela leur rappelle une époque luxuriante et joyeuse du jazz au Danemark. Comme les expatriés américains susmentionnés l'ont fait dans les années 60, Gábor Bolla monte avec soin et assurance des groupes composés de talents locaux et de stars étrangères. Sur ce nouvel album, le saxophoniste a réuni une équipe de choc et présente un programme composé de ses propres compositions et de standards du jazz. 

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gábor Bolla est né en 1988 et a grandi à Budapest, mais son histoire musicale a commencé lorsque, à l'âge de dix ans, Gábor Bolla a commencé à jouer de la clarinette et a remporté un concours national d'école de musique deux ans plus tard. Trois ans plus loin, il se met au saxophone et atteint presque immédiatement les demi-finales du concours international du Festival de jazz de Montreux. Il engage alors le pianiste Robert Lakatos dans son propre groupe - un musicien de treize ans son aîné et déjà une star établie à l'époque.

Les deux hommes se sont liés au fil des ans, explique Gábor Bolla : "Nous sommes depuis lors des compagnons et des amis musicaux très proches. J'ai tellement appris de lui et nous avons une connexion très forte. Nous jouons chacun sur les albums de l'autre et nous essayons de nous lancer des défis en permanence. C'est un pianiste vraiment passionnant et extraordinairement brillant". 

En tant que saxophoniste, Gábor Bolla est connu pour sa sonorité puissante et son phrasé tranchant. Il n'est pas surprenant d'apprendre qu'il a étudié la grande tradition du saxophone ténor de jazz, en particulier le jeu de John Coltrane et de Sonny Rollins. Il a vécu une expérience extraordinaire lorsque, avec l'aide de son collègue Don Menza, il s'est soudainement retrouvé à parler au téléphone avec Sonny Rollins. Gábor Bolla décrit cette expérience avec ses propres mots : "J_e me suis toujours senti très inspiré et proche de Sonny à travers la musique. Le sentir si humble et d'un grand soutien... Ça peut paraître ringard, mais c'est une expérience qui a changé ma vie. C'est comme ça que je veux être, moi aussi !_". Il poursuit : "L'invention musicale est un moteur pour moi. Je veux m'améliorer chaque jour, et j'aime vraiment prendre des risques. Je ne veux pas être celui qui joue les mêmes lignes encore et encore sur les mêmes mélodies. Je veux faire partie du développement musical et de la découverte de nouvelles choses. J'essaie de créer de nouvelles façons de m'exprimer...". 

C'est une bénédiction d'être un amateur de jazz à Copenhague en ce moment - un sentiment qui rappelle les jours d'antan. Il est rassurant et inspirant de savoir que des musiciens comme Gábor Bolla choisissent encore parfois Copenhague comme base. 
(extrait du communiqué de presse)

À écouter dans l'émission sur Keith Jarrett : Keith Jarrett : « Expectations », 50 ans après