Publicité

Jazz Bonus : Veronica Swift - Confessions

Veronica Swift
Veronica Swift
- Bill Westnoreland / www.veronicaswift.com

“Confessions” est le premier album de la chanteuse Veronica Swift pour Mack Avenue. Ce sont aussi ses débuts en tant que leader.

Sur “Confessions”, accompagnée à tour de rôle par Benny Green et Emmet Cohen, deux des meilleurs pianistes de jazz de leurs générations respectives, Veronica Swift présente la voix puissamment expressive et délicieusement évocatrice qui lui a valu jusqu’ici nombre d’opportunités dans les enregistrements d’autres musiciens. Mais il y a plus ; certains facteurs X qui, de manière furtive, rendent ces “Confessions” plus intelligentes, plus risquées et plus profondes que la plupart des albums actuels de jazz vocal.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

À 25 ans, Veronica Swift possède la confiance d’une interprète chevronnée. Élégante sur scène, la chanteuse peut glisser sans difficulté d’un rythme syncopé complexe à une chanson d’amour mélancolique jusqu’à un nouvel arrangement d’un vieux standard. Née à Charlottesville, en Virginie, du pianiste Hod O'Brien et de la chanteuse Stephanie Nakasian, tous deux artistes de jazz, elle a fait ses débuts au Jazz Standard de New York avec ses parents. Elle a enregistré deux CD dans son enfance : l’un à neuf ans avec le saxophoniste Richie Cole et la section rythmique de ses parents, et un autre à 13 ans avec le saxophoniste Harry Allen. La première apparition de Veronica Swift au Jazz at Lincoln Center avait 11 ans lorsqu'elle s'est produite dans la série «Women in Jazz» du Dizzy's Club.
(extrait du communiqué de presse et de la biographie de Veronica Swift en anglais - traduction E. Lacaze/A. Dutilh)

Publicité

A écouter dans l'émission sur Loïs Le Van : Loïs Le Van, le vent du large