Publicité

Jazz Bonus : Wayne Wallace "The Rhythm of Invention"

Wayne Wallace
Wayne Wallace
- Edwin Hacking

Sur “Rhythm of Invention” qui paraît chez Patois, le tromboniste afro-caribéen Wayne Wallace invite orchestre de chambre, cuivres de jazz, spoken word autour de son célèbre quintet de latin jazz. Il bouscule la tradition pour honorer les grands du jazz.

Sur son précédent album, “Canto América”, Wayne Wallace a pris ses distances avec sa propre tradition en co-dirigeant un orchestre de chambre composé de cuivres, de vents, d'un double quatuor à cordes et d'un ensemble de vocalistes. Sur “The Rhythm of Invention” Wayne Wallace s'est fixé un objectif tout aussi ambitieux : combiner ces ressources supplémentaires avec son Latin Jazz Quintet, trois fois nominé aux Grammys.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

"J'ai voulu trouver un moyen d’associer de façon cohérente le quintette avec les cuivres et les cordes du Canto", explique le tromboniste. Ce désir s'exprime aujourd'hui dans un ensemble de nouvelles compositions et de standards du jazz sur lesquels Wayne Wallace utilise la palette sonore élargie d'un orchestre pour souligner les forces de son quintet de base. Ce qui sous-tend tout cela, c'est un catalogue maîtrisé des rythmes latins, du familier à l'obscur, qui reflètent la connaissance intime qu’en possède Wayne Wallace. 

Publicité

"Je voulais conserver l'énergie du Canto sans le répéter”, explique-t-il. Pour ce faire, il a choisi de réorienter la musique vers le quintet, tout en conservant la richesse presque tangible des chorals de cuivres et l'élégance de l'écriture de l'ensemble à cordes ; les solos de Mary Fettig (flûte) et Melecio Magdaluyo (saxophone baryton) sont les piments de cette œuvre. Wayne Wallace met également en vedette le rappeur et artiste de spoken word Akida Thomas sur la chanson-titre.
(communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

A écouter dans l'émission sur Laurent Coulondre : Laurent Coulondre, hymne à la joie de Petrucciani
54 min