Publicité

Jazz Culture : Festival Jazz & Images au Balzac

Festival Jazz & Images au Balzac
Festival Jazz & Images au Balzac

Pour sa quatrième édition, le Balzac propose durant trois soirées un jeu de miroirs entre films d’archives et concerts vivants.

La  soirée  d’ouverture  du  Festival Jazz & Images au cinéma Le Balzac à Paris,  sera consacrée  à Phil  Woods,  saxophoniste  flamboyant, et son European Rhythm Machine. Sur scène, quoi de mieux que d’accueillir le trio Modern Art de Daniel Humair pour jouer en résonance, une petite cinquantaine d’années après sa collaboration avec Phil Woods, vendredi 12 avril à 20h30 (3 invitations pour 2 à gagner).

Phil Woods
Phil Woods
  • Sur scène : Daniel Humair Modern Art Trio

Daniel Humair (batterie)
Stéphane Kerecki (contrebasse)
Vincent Lê Quang (saxophones)

Publicité

Pilier  du  jazz  moderne  en  Europe,  Daniel  Humair  est  de ces  artistes  toujours  à  l’affût,  menant  une  carrière  aux côtés des géants du jazz tout comme de jeunes musiciens qu’il sait prendre sous son aile. S’entourant de Vincent Lê Quang et Stéphane Kerecki, il nous démontre combien le jazz, musique de partage, intergénérationnelle, continue d’aller de l’avant.

À lire aussi : Jazz Culture : Daniel Humair, Vincent Lê Quang, Stéphane Kerecki - Modern Art

  • Le film : Phil Woods European Rhythm Machine au Molde Jazz Festival (1969, 45’)

Réalisation Jean-Christophe Averty

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Si  sa  carrière  a  débuté  dans  l’ombre  tutélaire  de  Charlie Parker, l’altiste Phil Woods a rapidement conquis le devant de  la  scène  internationale,  avec  la  musique  lyrique  et  chaleureuse  de  sa  European  Rhythm  Machine.  En  1969, Phil Woods joue au festival de Molde une musique d’une modernité qui saisit encore aujourd’hui. En maître de l’espace laissé à chaque membre du groupe, Phil Woods fait rutiler sa Rhythm Machine : outre l’énergie irrésistible de la section rythmique avec l’Anglais Gordon Beck qui donne là son premier concert dans le groupe, on remarquera le grand lyrisme d’Henri Texier et la richesse pyrotechnique de la batterie de Daniel Humair.

A écouter dans l'émission sur Norah Jones : Norah Jones, collection de singles