Publicité

Jazz Trotter : Danilo Pérez - Crisálida

Danilo Pérez
Danilo Pérez
- Tito Herrera

Le pianiste Danilo Pérez et son ensemble les Global Messengers choisissent de nous interpeller sur les enjeux actuels de la condition humaine avec un album manifeste, “Crisálida”, qui se traduit en français par "chrysalide". Parution chez Mack Avenue.

Intégrant de multiples disciplines artistiques, dont des œuvres de la peintre panaméenne Olga Sinclair, du photographe panaméen Tito Herrera et des paroles de son épouse chilienne et saxophoniste Patricia Zárate, “Crisálida” est un projet interdisciplinaire qui invite les auditeurs à réimaginer un monde dans lequel nous créons tous notre propre chrysalide, afin que notre lumière individuelle et notre humanité puissent rayonner indépendamment de la race, de l'ethnie ou de l'orientation sexuelle. Et, à notre tour, nous entretenons cette capacité pour mieux prendre soin de l'environnement et de l’avenir de l’humanité.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

"J'envisage la Crisálida comme un espace protégé où nous nous rassemblons tous, que nous abordions les questions d'immigration, le changement climatique, la justice environnementale, la science, l'interconnexion de différentes formes d'art", explique Danilo Pérez. "Nous devons travailler ensemble pour construire notre nouvelle crisálida*, qui, pour moi, est l'état émotionnel, mental et physique qui nous protège dans notre développement précoce*."

Publicité

“Crisálida” est composé de deux suites sur lesquelles il dirige les Global Messengers, un nouvel ensemble composé d'anciens élèves du Global Jazz Institute au Berklee College of Music. À l'instar de l'Orchestre des Nations unies de Dizzy Gillespie, qui a contribué à lancer la carrière internationale de Danilo Pérez, les Global Messengers sont un groupe multiculturel composé du percussionniste Tareq Rantisi (Palestine), du joueur de laouto Vasilis Kostas (Grèce), du violoniste et chanteur Layth Sidiq (Irak, Jordanie), du violoncelliste Naseem Alatrash (Palestine) et de la chanteuse Farayi Malek (États-Unis). Le batteur batá Román Diaz (Cuba), le flûtiste Ney Faris Ishaq (Palestine), Zárate (Chili), la chanteuse Eirini Tornesaki (Grèce) et le chœur d'enfants Kalesma de l'Arche du monde (Kivotos tou Kosmou) (basé en Grèce) sont invités sur plusieurs morceaux.

À lire aussi : Le Best Of du Festival de Montréal : Joshua Redman, Charles Bradley, Laurent Coulondre, Danilo Perez and more

"Ces musiciens sont très intéressés à cultiver leurs dons pour devenir des modèles pour l'amélioration de l'humanité. J'aime cette ouverture d'esprit, cette volonté d'explorer et de se connecter", déclare Danilo Pérez, qui, en plus d'être le fondateur du Berklee Global Jazz Institute, est un artiste de l'Unesco pour la paix, l'ambassadeur culturel de la République du Panama, et le fondateur et directeur artistique du Panama Jazz Festival.

"Au Berklee Global Jazz Institute, nous parlons beaucoup de trouver de nouveaux sons à travers le blues et de se connecter à ses propres racines - en développant les éléments folkloriques de l'endroit d'où l'on vient", ajoute-t-il. "Les Global Messengers sont une nouvelle famille qui explore le pouvoir de la musique comme outil de dialogue interculturel.”

Avec leur instrumentation intrigante et non conventionnelle (par rapport aux standards du jazz), les Global Messengers confèrent à la musique une qualité "hors catégorie" qui fait allusion à la musique de chambre, à la partition cinématographique et, bien sûr, à l'improvisation pétillante associée au jazz. La Muralla (Glass Walls) Suite, en quatre parties, occupe la première moitié de l'album, tandis que Fronteras (Borders) Suite, en quatre parties, conclut le programme.

Lorsqu'on lui demande de faire le point sur sa carrière à l'heure actuelle, Danilo Pérez répond : "Je veux poursuivre mon voyage d'exploration de cette voie qui consiste à utiliser le pouvoir de la musique pour unir et humaniser. Je veux promouvoir la musique qui agit comme un pont et inspirer les jeunes artistes à poursuivre le voyage et à laisser quelque chose de positif dont les générations suivantes pourront s'inspirer.
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

À écouter dans l'émission sur Claude Tchamitchian : Claude Tchamitchian, sorties libres